Théologie Médiatique

Option nationale et le paradoxe constitutionnel

Ceux qui s’imaginaient depuis quelques années que le débat constitutionnel, entraînant avec lui au Québec la question nationale et le projet de souveraineté, n’allait pas ressortir de sous le tapis où il a été balayé commencent peut-être à nourrir un certain doute. Tous les éléments d’une étincelle semblent en place pour allumer la mèche: réaménagement des politiques linguistiques, dérapages à l’OQLF, mobilisation des anglophones et, samedi et dimanche derniers, un conseil national d’un tout nouveau parti, Option nationale, mené par Jean-Martin Aussant, qui étonne par sa vigueur et sa capacité à rallier des jeunes qu’on croyait cyniques. Ajoutez à cette recette un peu de royalisme à la Harper et un Justin Trudeau qui n’hésite pas à se mettre le pied de la Loi sur la clarté dans la bouche, et soudain, le plat semble prêt à aller au four.

La question: le gâteau peut-il lever?

L’idée de fonder un État n’est pas mauvaise en soi. L’indépendance n’est pas un projet non réalisé parce qu’il est intrinsèquement injuste ou mauvais. Il demeure inachevé simplement parce qu’il a été jusqu’à maintenant impossible d’y rallier une majorité de citoyens. Tout est ici affaire de contexte et de guise historiques. Il s’agit d’une difficulté d’époque. Il en va de même avec la fédération canadienne, d’ailleurs.

C’est ce que j’appellerais le paradoxe constitutionnel. Devant une population divisée –acceptons aux fins d’hypothèse une proportion de 50% pour et 50% contre –, chaque camp devrait songer à aller chercher des appuis dans l’autre. Répéter les mêmes arguments jusqu’à la fin des temps ne donnerait pas grand-chose, sinon conforter les convaincus dans leurs convictions.

Or, convaincre l’autre, le rallier à sa cause, c’est inévitablement une affaire de compromis et de remise en question. Et c’est là que se trouve le paradoxe: sitôt que l’on tentera de diverger un tant soit peu du credo souverainiste ou fédéraliste, on sera fustigé par une base militante qui désertera aussitôt la barque politique où l’on essaie de faire monter de nouveaux passagers. Les uns vous soupçonneront de pactiser avec des envahisseurs colonialistes, et les autres, de flirter avec de méchants séparatistes. À vouloir convaincre une plus grande partie de la population de prendre part à un projet d’État, on s’aliène la base militante pour qui aucun compromis n’est possible.

Pire encore, plus on s’aliène cette base, plus elle se radicalise. Il suffit de contempler depuis quelques années l’état des troupes souverainistes, qui se désagrègent en groupuscules souvent plus bruyants que convaincants. C’est le piège dans lequel est tombé assez maladroitement le PQ. En se confortant dans l’attente des conditions gagnantes – équivalent politique d’un horoscope favorable –, l’église s’est vidée de ses croyants, si on peut dire les choses ainsi. Or, ces croyants sont désormais devenus parfois si sectaires qu’on voit mal comment le parti pourrait les récupérer, sinon en adoptant des positions carrément radicales, ce qui aurait pour effet de le condamner à la marge.

La solution en vogue depuis 15 ans au Canada a été tout bonnement de ne pas parler de ces questions. Du côté fédéraliste, on considère avec une légèreté déconcertante le problème comme étant réglé, ou à tout le moins trop peu important pour agacer les électeurs avec le non-sens d’une Constitution où il manque la signature du quart de la population. De vieilles chicanes, aiment-ils faire valoir.

Du côté souverainiste, comme je le mentionnais plus haut, on a d’abord choisi de se croiser les doigts en espérant des jours ensoleillés, pour ensuite tenter d’incarner un «bon gouvernement» afin de gagner en crédibilité. En ce sens, le PQ vit sans doute sur du temps emprunté. Il a troqué sa base militante contre une image de solution de rechange crédible aux libéraux. C’était fort mal évaluer le cynisme ambiant. À ce jeu, il risque de tout perdre, si ce n’est déjà fait.

C’est précisément ce paradoxe qu’Option nationale devra tenter de dénouer si ce jeune parti désire devenir autre chose qu’un mouvement de pression ou de contestation du PQ. Il n’y a pas à en douter, il a su rassembler des citoyens motivés par une reprise intelligente et de bonne foi de ces réflexions, mais aussi une belle brochette de zélotes sauce révolutionnaire devenus presque irrécupérables et enfoncés jusqu’au cou dans une logique de détestation de l’ennemi héréditaire colonialiste. En témoigne l’élection de Patrick Bourgeois, leader du RRQ – sorte de club voué à la «résistance» –, au conseil national du parti.

Il faudra un certain doigté à Jean-Martin Aussant pour ne pas répéter l’erreur de l’attentisme péquiste afin de se faire élire clairement pour préparer la souveraineté, tout en se plaçant dans une position de compromis lui permettant de convaincre ceux qui se confortent dans le statu quo, notamment par crainte des dérives de certains groupes jusqu’au-boutistes. À tout prendre, nous sommes assez nombreux à préférer l’inconfort momentané d’un pays inachevé à l’inimitié éternelle… Les membres d’Option nationale devraient en prendre bonne note.

Chose certaine, Option nationale a réussi jusqu’à maintenant là où le PQ a échoué en mobilisant une jeunesse sur cet enjeu de la question nationale. Reste à savoir maintenant si ce jeune parti saura se sortir de ce paradoxe qui risque de devenir le cercueil des péquistes.

On ne peut que lui souhaiter bonne chance. Il en aura besoin. 

Les offres culturelles sur Boutique.Voir.ca

Obtenir plus d’argent pour voir des spectacles? OUI C’EST POSSIBLE!