Mais qui lit tout ça?
Théologie Médiatique

Mais qui lit tout ça?

Jeune étudiant en théologie à l’université, dès la première session, je me suis inscrit à un cours d’exégèse biblique, cette discipline qui consiste à lire, à comprendre et à interpréter les saintes Écritures. Comme première incursion dans le vaste monde des textes anciens, j’avais choisi l’étude des écrits sapientiaux – les livres de la sagesse, comme celui de Job, le Qohelet, le Cantique des cantiques, les proverbes et les Psaumes.

Il faut que je vous dise, je n’allais pas devenir bibliste. Mais j’adorais ça. Pas pour le texte lui-même, mais pour la discipline, le doute et l’érudition du professeur qui, devant nous, décryptait une à une les lignes de cet immense bouquin mystérieux et hermétique. Il se nommait Guy Couturier, spécialiste de l’Ancien Testament. Il prenait un texte, n’importe lequel, et il pouvait nous renseigner sur tous les détails dissimulés. Ici, un passage en grec avait été ajouté tardivement. Pourquoi? Comment? Là, tel ou tel mot traduit en français ne permettait pas de saisir le sens du texte original. Je ne sais combien de langues il parlait et comprenait.

En l’écoutant, j’ai vite compris deux choses. D’abord, je n’aurais jamais les compétences pour saisir toutes ces subtilités. Il m’aurait fallu toute une vie, comme lui. Il était déjà trop tard pour moi. Je ne pouvais que m’en remettre à son érudition. Ensuite, ces écrits, qu’on récite machinalement dans les églises sur la base d’un acte de foi, les fidèles ne les lisent pas vraiment et les prêtres n’ont pas les connaissances pour les expliquer en profondeur. On les récite platement, on répond amen. Pour la liturgie, ça suffit.

En simple, voilà, ces textes bibliques anciens comportent des milliers de pages, des modifications apportées au cours de l’histoire, parfois ils se contredisent et, pour les comprendre dans le détail, il faut rassembler des savants capables de les déchiffrer. Ces mêmes savants, à force de travail et d’interprétation, remettent inévitablement en question les certitudes inébranlables de la foi fondée sur ces textes.

Dernièrement, Donald Trump, nouveau président américain, a signifié qu’il allait remettre sur la table l’accord de libre-échange nord-américain et a signé l’acte de retrait des États-Unis du partenariat transpacifique (PTP).

J’ai bien écouté tous les commentateurs, journalistes et chroniqueurs s’exprimer sur ces nouvelles. J’ai aussi entendu des politiciens discourir sur l’importance fondamentale de ces traités, sur les milliers d’emplois, sur la force de nos économies. Toutes ces idées sont répétées comme des prières et prennent place dans des homélies. Elles sont même un gage de rédemption. Elles annoncent un monde meilleur qui devrait finir par arriver, un jour.

Devant tous ces discours, de toutes les questions que j’aurais pu poser, une seule demeurait sans réponse, persistante: mais qui, au monde, lit tout ça? Qui comprend? Qui connaît toutes les difficultés de ces écritures auxquelles nous sommes liés, comme une communauté de croyants? J’ai beau essayer de m’en convaincre, je n’arrive pas à croire une seconde qu’un chroniqueur, un politicien ou Justin Trudeau puissent décrypter toutes ces lignes de textes qui tissent désormais les liens qui unissent les humains entre eux.

Curieux, je me suis faufilé sur le site web des Affaires mondiales du Canada pour trouver le texte de l’accord du PTP. On y trouve 32 chapitres et trois annexes, des appendices, des notes, des listes tarifaires. À elle seule, la liste tarifaire du Pérou fait 215 pages. Celle du Mexique en compte 396. Celle du Brunei, petite monarchie de droit divin sur l’île de Bornéo qui compte 436 000 habitants gouvernés par un sultan dont j’ignorais l’existence, nous propose 345 pages.

Les règles qui régissent nos vies atteignent désormais un tel niveau de complexité qu’on doit s’en remettre à des résumés, à des extraits choisis et à des textes didactiques sous forme de «foires aux questions» qui ont tous les aspects de petits catéchismes qu’on doit apprendre par cœur.

Pour l’ALENA, on trouve en ligne un site intitulé ALENA Aujourd’hui, une initiative conjointe du Canada, des États-Unis et du Mexique. Vous avez des questions? Nous avons des réponses!

Question: Quels sont les avantages de l’ALENA?

Réponse: Depuis l’entrée en vigueur de l’ALENA, les échanges commerciaux et les investissements en Amérique du Nord ont augmenté, se traduisant par une forte croissance économique, la création d’emplois et un plus vaste éventail de biens de consommation à meilleurs prix. Les entreprises, les consommateurs, les ménages, les travailleurs et les agriculteurs de toute l’Amérique du Nord ont tiré profit de ces avantages.

On nage ici en pleine liturgie économico-politique. Est-ce vrai? Est-ce faux? Qui sait? Nous sommes confrontés à des mystères expliqués en peu de mots afin de cerner des choses insondables. Des explications auxquelles on ne peut qu’adhérer sans trop savoir. Le commun des mortels, comme le pécheur qui communie, doit confesser son ignorance.

Devant les aspérités du quotidien, on nous propose ni plus ni moins qu’une théodicée: nous vivons dans le meilleur des mondes possibles et si, dans nos vies particulières et contingentes, nous n’arrivons pas à nous en rendre compte, c’est que nous ne pouvons saisir le vaste plan global et transcendant qui est en œuvre.

Il est de bon ton, depuis quelque temps, de s’inquiéter des fausses nouvelles et des «faits alternatifs». N’en doutons pas, ce sera le grand défi médiatique de 2017. Nous passerons au crible la vérification de telle ou telle rumeur ou de tel ou tel bobard colporté par les politiciens ou leurs partisans. Tant mieux. Mais il faudra aussi, bientôt, envisager de décrypter ce que nous pourrions appeler les «faits mystérieux», ces vérités tirées des milliers de pages qui forment désormais le canon législatif et économique de la globalisation. Il faudra peut-être non plus se demander «qui peut croire de telles sornettes?», mais bien «qui, au juste, a lu tout ça?»

ac#TOD#riov#TA#niodojs

Les offres sur Boutique.Voir.ca

Obtenez de 25% à 40% de plus dans ces établissements!

East + 25 à 40 %
Prévente exclusive

East