Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
Théologie Médiatique

Morale vestimentaire

Vous allez bien en prendre trois caisses. C’est la saison.

C’est que je vous sens en appétit ces jours-ci. Vous en voulez encore et encore, que ça ne finisse jamais.

Allez, quoi, mouille-toi! Plonge! Dis-le! Saute dans le bain toi aussi! Tu dois dire quelque chose! C’est suspect ton silence. Tu ne serais pas un peu complice de quelque chose? Il y a même ces bonnes femmes et ces bonshommes de ma tribu numérique qui reviennent m’apostropher aussi souvent qu’ils le peuvent, comme des pies-grièches au printemps, en me reprochant de demeurer trop confortablement au-dessus de la mêlée.

Comment vous dire? Je ne suis pas au-dessus, pauvres mouettes, je suis en dessous. Juste assez bien placé pour mesurer l’ampleur de votre lourdeur.

Vous voulez vraiment savoir?

Je ne me suis jamais expliqué qu’on puisse accorder autant d’importance aux divers costumes, accessoires et bijoux religieux. En matière de garde-robe, je suis radicalement libéral. Vous pouvez bien porter le costume que vous voulez. Ça me cause d’ailleurs certains soucis car je suis aussi convaincu que vous pouvez vous coiffer en rasta, porter un sombrero, un poncho, un sari, des mocassins, un kimono, l’ouchanka et même des bottes en fourrure de phoque sans qu’on ait à en faire tout un fromage.

Vos morales vestimentaires m’ennuient, pour tout vous dire. J’ai le vague sentiment de faire partie d’une vaste confrérie de citoyens qui estiment qu’interdire ou obliger, en matière de vêtements, relève de la même obsession.

Il m’arrive aussi, toutefois, de considérer que porter une burqa en mangeant une fondue savoyarde puisse s’avérer assez peu pratique.

Je sais. Ne me le dites pas. Vous ne me trouvez pas drôle. On ne rigole pas avec ces questions. Ou on ne rigole plus, plus précisément.

Voyez-vous, c’est ça qui m’inquiète un peu. Qu’on ne puisse pas trouver ça drôle, quand même, des fois. Que ces atours soient à ce point sacrés qu’il faille ou bien les défendre ou bien les détester.

Voilà, j’y arrive. C’est l’ambiance que je trouve ostentatoire par les temps qui courent, pas tel ou tel costume, mais bien toute cette liturgie où on répète solennellement que l’heure est grave et que les enfers sont à nos portes.

Simplement ouvrir les fenêtres me semblerait amplement suffisant. Dans toutes ces discussions, nous sommes moins devant des problèmes à régler que devant une ambiance à désamorcer.

Il suffirait de le dire, voilà, le Québec est un État laïque. On ne lapidera personne au nom de Dieu et on ne brûlera pas de sorcières. Ce serait déjà un premier pas. Écrivons cela et allons nous reposer.

Après ça, oui, il y a des rôles au sein de l’État pour lesquels il ne m’apparaît pas extravagant de limiter les excentricités personnelles et les fantaisies spirituelles. On le fait déjà, d’ailleurs. À ce titre, on a peut-être fait fausse route avec la notion de «position d’autorité» qu’on évoque à toutes les sauces. Je préciserais, avec une question: qui peut, dans l’exercice de ses fonctions, afficher son originalité individuelle? C’est toute la notion d’uniforme qui entre ici en ligne de compte. Un uniforme qui est, par définition, de forme unique. Bref, il suffit d’identifier où et quand ce n’est plus l’individu qui parle, mais l’État. Qu’on dise aux policiers et autres agents de l’ordre qui agissent «au nom de la loi» que l’expression de leur singularité par des coquetteries personnelles n’est pas bienvenue, pourquoi pas?

C’est en incluant les enseignants et les enseignantes dans ce projet de loi qu’on a mis le feu aux poudres, encore une fois. C’est effectivement une question beaucoup plus difficile à trancher. L’enseignant, comme on le sait, demeure un individu singulier, en relation constante avec ses élèves, la famille et les gens du quartier. On discute avec lui, il arrive qu’il change d’idée, on peut dialoguer. Ce n’est pas matricule 728 ou monsieur l’agent, c’est Pierre, Manon, Jacynthe. Celle-ci n’aime pas les pommes, donc on lui apporte des biscuits, celui-là aime Elvis, cet autre a tous les albums de Belgazou. Il doit tenir compte de difficultés individuelles, appliquer son libre arbitre, moduler ses interventions selon certaines particularités. Celui-ci est un petit tannant, celui-là sa mère n’est pas parlable, vaut mieux agir comme ça ou comme ça dans tel ou tel cas. Bref, voilà, l’enseignant est un phénomène complexe qui colore, au jour le jour, un milieu de vie. Ce n’est pas aussi simple qu’on tente de nous le dire et la question me semble assez délicate pour considérer que de tenter de la régler avec les gros bras d’une loi ferait plus de mal que de bien.

Voilà où j’en suis, sans trop me prendre la tête.

Mais il y a toujours un con pour venir me compliquer la vie. Il y a quelques jours, un ami avec qui je discutais me demandait ce que je ferais avec un enseignant qui porterait un gros médaillon raëlien?

Facile.

Je lui dirais de devenir militaire.

ac#TOD#riov#TA#niodojs

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie