281 St-Vallier Est : Vaste laboratoire
Visite libre

281 St-Vallier Est : Vaste laboratoire

Une vingtaine de finissants du bac investissent la bâtisse à Ricard, énigmatique grossistes d’articles souvenirs, pour présenter une série d’œuvres installatives.

C’est grand, immense à vrai dire, ça sent la cave humide et les murs aux couleurs démodées se sont écaillés sous le point des années. L’immeuble en apparence abandonné et voisin du Scanner est l’écrin tout désigné pour une expo qui célèbre la jeunesse et une certaine idée de l’underground artistique à la berlinoise/brooklynoise. C’est précisément sur ce genre d’endroit, de décor de cinéma sans caméra, qu’on rêve de tomber en voyage.

Ce lieu, hautement inspirant il va sans dire, a servi de ligne directrice pour les deux commissaires Fanny Mesnard et Isabelle Demers. Des guides choisies par ces élèves qui financent eux-mêmes cet événement qui n’a, précisons-le, rien à voir avec leur cursus scolaire sinon que tous se sont rencontrés sur les bancs de La Fabrique – pavillon de L’École d’art de l’Université Laval. Sur la chambranlante passerelle entre vie estudiantine et professionnelle, exemptés d’évaluations par des profs qui ont déjà dit leurs derniers mots, le collectif s’émancipe en tirant meilleur profit de leur liberté fraîchement acquise. Ils mettent tout en œuvre pour briller. En groupe, oui, mais individuellement aussi.

Les esthétiques s’entrechoquent dans ce cadre déjà brut, si bien que le minimalisme de Jérôme Trudelle sort du lot et séduit. De par sa blancheur pure, certes, mais également la maîtrise du matériau qu’il a choisi, ce plâtre suspendu au bout de fils de pêche comme pour simuler une explosion qui aurait surréellement été mise sur pause.

Vue d'une oeuvre de Jérôme Trudelle (Crédit: C. Genest)
Vue d’une oeuvre de Jérôme Trudelle (Crédit: C. Genest)

Issues d’un triptyque essentiellement vidéo, des images en mouvements notamment projetées sur de vieilles portes trouvées in situ, les sculptures flottantes de l’ultime tableau de Trudelle appellent à la contemplation. Une pause, un temps d’arrêt dans cette visite qui stimule tous nos sens.

Vue d'une oeuvre de Jérôme Trudelle (Crédit: C. Genest)
Vue d’une oeuvre de Jérôme Trudelle (Crédit: C. Genest)

Originaire des Îles de la Madeleine, d’Alphiya Joncas s’inspire des dunes de son enfance en plus d’évoquer la nordicité en proposant Objet Géographique II. Une pièce qui charme par sa palette monochrome, la simplicité de ses formes.

(Crédit: C. Genest)
Objet Géographique II, Alphiya Joncas (Crédit: C. Genest)

Dans un style diamétralement opposé, mais complètement assumé, l’installation immersive d’Andréanne Yevrah Perron marque tout aussi fortement les esprits. Une œuvre théâtrale et bordélique qui rappelle le plateau de la défunte émission Le Fric Show animée par Marc Labrèche – l’esprit circassien en moins.

Moult artéfacts de J.C. Ricard, comme une salière poivrière « Percé » qui imite grossièrement la céramique chinoise, trouvent leur place dans ce capharnaüm savamment organisé. Une célébration du kitsch, en quelque sorte!

(Crédit: C. Genest)
Vue de l’installation d’Andréanne Yevrah Perron (Crédit: C. Genest)
Vue de l'installation d' (Crédit: C. Genest)
Vue de l’installation d’Andréanne Yevah Perron (Crédit: C. Genest)

L’approche artisanale, très délicate de Jasmine Guay s’impose aussi comme un coup de cœur de par ses motifs nostalgiques (la courtepointe en papier fait main) ainsi que l’étonnant oreiller de plâtre en trompe-l’œil. L’illusion est parfaite : on jurerait voir des tissus.

Les objets, Jasmine Guay (Crédit: C. Genest)
Les objets, Jasmine Guay (Crédit: C. Genest)

Entre-temps, les choses se pensent
Du 18 au 28 mai
Vernissage : Jeudi 18 mai dès 17h

Infos
Fermer
Plein écran

      Les offres culturelles sur Boutique.Voir.ca

      Obtenir plus d’argent pour voir des spectacles? OUI C’EST POSSIBLE!