Ne manquez rien avec l’infolettre.
Bilan cinéma 2014 : 5 documentaires à voir
On emballe 2014: La langue rapaillée, idées cadeaux et coups de cœur

Bilan cinéma 2014 : 5 documentaires à voir

Que ce soit l’histoire d’une scène musicale locale, celle d’un héros du web ou d’un martyr, ou bien le parcours atypique d’une idole maltraitée, ces documentaires nous permettent d’approfondir notre regard sur le monde.

En plus de créer une certaine indignation face aux injustices qu’on y retrouve, les documentaires peuvent également rendre fébriles, comme si l’accès soudain à une information compromettante pour telle ou telle élite devenait un acte subversif en soi. Certes, les documentaires peuvent dresser le tableau bien sombre d’une réalité qui compte les cyniques et les corrompus parmi les vainqueurs récurrents d’une éternelle lutte de pouvoir, mais dans leur travail de longue haleine, dans leur rigueur souvent absente des récits retrouvés dans les quotidiens qui nous racontent des anecdotes divertissantes, on peut y trouver la base d’une réflexion plus profonde, et créer par le fait même un besoin urgent d’agir. Voici quelques documentaires bien pertinents sortis en salle ou sur le web en 2014.

1. CitizenFour

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=XiGwAvd5mvM[/youtube]

Les révélations d’Edward Snowden à propos de l’espionnage massif de la NSA sont désormais tristement célèbres: à peu près toutes nos traces virtuelles, autant sur les médias sociaux que nos historiques de recherche que nos appels et nos déplacements, sont documentés par cette organisation géante qui justifie cette terrible invasion de la vie privée dans le contexte plus large d’une lutte contre le terrorisme. Nous vivons, dans ce documentaire qui prend parfois des airs de thriller politique, les premiers moments enivrants, fébriles et effrayants dans une chambre d’hôtel à Hong Kong tandis que Snowden et le journaliste Glenn Greenwald planifient le dévoilement de ces informations troublantes au monde entier. On voit Snowden dans son humanité, son idéalisme, sa peur, et ses déguisements maladroits mais attendrissants. Un moment marquant de notre histoire, réalisé par Laura Poitras.

2. The Land Between

[vimeo]https://vimeo.com/77953858[/vimeo]

L’Europe demande au Maroc de resserrer ses frontières, tandis que des Africains de différents pays tentent d’en outrepasser les barrières pour tenter leur chance vers l’El Dorado européen. L’étau se reserre sur ces nouveaux fugitifs qui, vivant humblement, un peu comme des bandits, dans des zones abandonnées, sont régulièrement victimes de raids de nuits, de vols des figures autoritaires et ne sont pas du tout étrangers à la mort, qui guette de nombreux camarades sous formes de balles de fusils et autres agressions des militaires marocains. Une petite communauté se créé autour de cette urgence de quitter, mais les relations sont brèves, teintées par les départs inévitables et les morts récurrentes. Une triste situation, présentée calmement avec l’aide d’une caméra passe-partout et de témoignages touchants.

3. Montreal Underground

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=zMuJ7ro4c8M[/youtube]

Documentaire réalisé par Giuliano Bossa, Montreal Underground présente d’un coté une critique acerbe d’une industrie musicale dont la vitalité est compromise par la gentrification de certains quartiers et par la paresse institutionnelle de certains groupes ou compagnies de disque, et d’un autre coté un portrait probant d’artistes originaux capables de présenter des sons et des projets novateurs dans la métropole. On s’entretient avec différents acteurs pertinents de ce petit milieu, en proposant des pistes de réflexion pour revitaliser le rapport montréalais à la musique, et au concept du divertissement plus généralement, sans se laisser avaler par la standardisation apportée par des initiatives comme le Quartier des spectacles. Inspirant, envoûtant, ce film vous donnera le goût d’assister à un concert improvisé dans un appartement interrompu par l’arrivée de la police et des pompiers.

4. The Internet’s Own Boy: The Story of Aaron Swartz

Le suicide d’Aaron Swartz en 2013 a bouleversé la communaunté web: le jeune prodige était une figure importante de différentes périodes dans l’évolution d’Internet. En tant que garçon impliqué dans des projets similaires à Wikipedia (avant l’arrivée de Wikipedia), dans le perfectionnement du système des fils RSS, dans l’arrivée de Reddit et dans la lutte active contre SOPA et PIPA, Aaron Swartz est un réel pionnier du web, qui a mis sa liberté en péril dans le but de rendre disponible au monde entier des documents légaux et académiques protégés par des intérêts commerciaux plus ou moins intéressés par la démocratie et le libre accès à l’information. Portrait touchant d’un génie et d’un idéaliste qui a lutté contre une institution américiane plus ou moins transparente.

5. The Search For Weng Weng

Histoire particulièrement triste et pathétique que celle d’Ernesto de la Cruz. Objet d’un succès culte dans les soirées vidéos séries B et récupéré depuis dans les collections de vidéos d’archives étranges retrouvées ça et là sur le web, l’homme de bien petite taille est devenu la tête d’affiche du cinéma Philippin des années 60 et 70, incarnant Weng Weng, un petit espion dans la même veine de James Bond. Exploité par des producteurs avares, adulé ironiquement par une société qui y voyait une petit bête curieuse, mort dans l’indifférence générale et la pauvreté, Weng Weng a frappé l’imagination de l’australien Andrew Leavold, qui y a consacré un documentaire rigoureux, triste et révélateur.