Ne manquez rien avec l’infolettre.
BloguesVoix publique

Grandeurs et misères des sondages

 

Au-delà de la valse des sondages qui, on dirait bien, ne prendra une brève pause qu’avec la dinde et la tourtière, il reste que du côté de la CAQ, depuis plus d’un an déjà, la tendance se maintient.

Et donc, ce matin, autant Léger Marketing que CROP placent, une fois de plus, les caquistes en première position.

Chez Léger Marketing, après répartition, la CAQ de François Legault (et de Charles Sirois) est à 37% au Québec et 42% chez les francophones. Chez CROP, il est à 39% au Québec et 44% chez les francophones.

On aimerait bien dire que la différence est dans la «marge d’erreur», mais comme ces sondages sur internet aux échantillons non probabilistes n’en ont pas…

(Sur ce sujet, voir ici et ici.)

Pour le PLQ de Jean Charest, la disette se poursuit inexorablement.

C’est donc 28% au Québec et 19% chez les francophones pour CROP, mais c’est 22% au Québec et 16% chez les francophones pour Léger Marketing.

(Si la différence dans le vote francophone est négligeable, dans le Québec entier, on note tout de même un écart important de 6 points entre les deux maisons de sondage.)

Une chose, par contre, demeure: le PLQ ne réussit toujours pas à se sortir des sables mouvants auprès de l’électorat francophone.

Quant au PQ de Pauline Marois, CROP le place à 18% au Québec et chez les francophones, à 21%.

Pour Léger Marketing, il est à 24% pour le Québec et 28% chez les francophones. Soit un écart de 7 points entre le CROP et le Léger chez les francophones.

Mais encore ici, hormis cet écart, pour le Parti québécois, ces chiffres demeurent désastreux.

(Pour fin de mémoire et à titre de référence, rappelons qu’à l’élection générale de 2007, le PQ avait eu un score catastrophique sous André Boisclair. Et ce score était de 28%…)

 ***

Pendant ce temps, au fédéral…

Selon le même CROP, le NPD aurait perdu des plumes au Québec, mais demeurerait tout de même en première place à 36%; le Bloc à 22%; le PCC aussi à 22%, le PLC à 16%.

Or, un sondage Harris-Decima récent plaçait plutôt le NPD nez à nez avec le Bloc à 26% d’appuis respectivement… soit une chute de 16 points depuis l’élection du 2 mai. (Mais ce sondage avait une marge d’erreur de 4,4 points 19 fois sur 20).

Que ce recul soit aussi marqué ou non, les sondeurs avancent le décès de Jack Layton comme étant sa principale cause.

Sans oublier son équipe de députés québécois, pour la plupart, des néophytes.

Sans oublier une chef intérimaire qui peine à s’imposer.

Sans oublier une course à la chefferie qui retire du radar politique le populaire député d’Outremont, Thomas Mulcair – aussi un redoutable communicateur.

Et si c’était surtout parce que le NPD n’a pas encore réussi à s’établir clairement comme le porteur principal de la «voix» distincte du Québec à la Chambre des communes?

Et si c’était parce que l’impression est que Brian Topp demeure le candidat de l’establishment néodémocrate – nonobstant les forces évidentes d’un Mulcair face à un Stephen Harper?

Et si c’était parce que malgré la présence massive de ses 59 députés élus au Québec, ce parti peine à projeter l’image d’un parti où la langue française y joue un rôle important? Autant dans son fonctionnement à l’interne qu’au Parlement?

Et si cette difficulté était prévisible? Bref, comme je l’écrivais ici, le NPD étant appelé à rester coincé entre les intérêts du reste du Canada et ceux du Québec?..

Mais bon… les sondages sont ce qu’ils sont.

Et au fédéral, il reste encore plus de trois ans avant la prochaine élection générale…

Qui plus est, entre temps, il y aura eu une élection au Québec. Une élection où le sort du PQ risque fort de se jouer.

Et où, par conséquent, celui du Bloc, déjà fort amoché, avec ou sans un nouveau chef, s’y jouera également…