BloguesMarie D. Martel

Faire de l’art, créer de la solidarité et réinventer les tiers lieux culturels

dsc_0027

Pratiquer le tourisme culturel dans sa propre ville, c’est ce que des passionné.e.s de bibliothèques, maisons de la culture et autres se sont engagé.e.s à expérimenter dans le cadre d’une expédition apprenante organisée dans le réseau des Ruches d’art de Montréal.

La responsable de ce réseau, Rachel Chainey, a guidé cet équipage à travers quelques Ruches emblématiques : la COOP Le Milieu, La flèche rouge, le Repair Café chez ÉchoFab, La Ruche d’art Pointe St-Charles et celle de St-Henri.

Chacune des Ruches est unique et se développe suivant l’identité de son quartier et des communautés qui l’animent, proposant une diversité d’ambiances, de projets et de possibilités.

Premier arrêt, la COOP LE MILIEU

Située dans le quartier Centre-Sud de Montréal, Le Milieu est un atelier d’art communautaire et un café. Tout le monde y est bienvenu, des matériaux d’art recyclées sont gratuitement mis à la disposition des participants pendant les heures de création libre ou les ateliers de partage de savoir-faire qui sont proposés par des membres de la communauté. Le coin café, pas cher, équitable, végane, célèbre les ingrédients locaux et biologiques. On y mitonne une excellente soupe qui réchauffe les coeurs.

Autant que le souci d’une participation active et inclusive, on soutient des principes de vie écologique à travers l’art, la nourriture et le dialogue.

D’où viennent les ruches d’art ?

Une ruche d’art est une forme de tiers lieu qui vise à favoriser l’inclusion sociale par le biais des pratiques artistiques. Les Art Hives sont nées aux États-Unis, se sont répandues au Canada et ont fleuri à Montréal grâce aux travaux de la chercheure Janis Janis Timm-Bottos de l’Université Concordia qui soutient ces initiatives. Montréal possède déjà un réseau d’une vingtaine de ruches d’art, dispersées à travers la ville, qui encouragent de nouvelles manières de concevoir les espaces de participation culturelle.

L’approche des Ruches d’art vise à favoriser la solidarité ainsi que le partage des savoirs sur le modèle du pair à pair et des biens communs :

Le Réseau des Ruches d’Art relie une multitude de petits espaces régénératifs d’art communautaire, avec l’objectif de bâtir des solidarités à travers la distance géographique. Cette initiative vise à renforcer et à promouvoir les bienfaits de ces ateliers collectifs inclusifs et accueillants, à travers le Canada et le monde. Aussi connus sous le nom de « maisons publiques », ces tiers-espaces créent de multiples occasions de dialogue, de partage de savoir-faire et de création artistique, entre des gens de divers horizons socio-économiques, âges, cultures et capacités.

Ces ateliers de créations artistiques communautaires sont apparus comme un modèle apprécié par les citoyen.ne.s dans les démarches de co-design réalisées dans les bibliothèques, les espaces de diffusion, les lieux communautaires. Ils pourraient inspirer la conception des espaces de médiation et la programmation ou les fonctions-services dans les espaces/labos de créativités/fabs labs/makerspaces de ces projets. Une nouvelle génération d’espaces culturels cherchent à émerger.

Pour aller plus loin :

Art hives help bring creative Montrealers together, Monique Polak, The Montreal Gazette, 15 mai 2015.