Ne manquez rien avec l’infolettre.
BloguesPlan B

Se stationner, ce droit fondamental

Je reviens tout juste de deux semaines en France. J’y allais pour un congrès de journalisme et j’ai étiré le séjour pour en profiter aussi un peu, tant qu’à être l’autre bord de l’Atlantique.

J’ai passé plusieurs jours dans des villes avec un tramway, dont Tours et Bordeaux. J’étais à Tours, d’ailleurs, lorsque Régis Labeaume a présenté son plan de transport structurant à Québec, et donc, un tramway. Je prenais le tramway et je trouvais ça tellement efficace et sympathique. Vivement le nôtre à Québec.

Aujourd’hui, on a présenté un peu plus de détails sur le plan, les impacts sur les voies utilisées, comme le retrait d’espaces de stationnement et même de voies pour les voitures. C’est inévitable, un tramway, ça prend de la place. En fait, je dis que c’est inévitable, de la manière dont on conçoit les tramways maintenant. Les vieux tramways de Toronto se mélangent à l’automobile, en pleine rue. Maintenant, on a plutôt tendance à créer des voies réservées au tramway.

commentaires-autos3

Je regardais donc ces infrastructures en France et je me suis demandé si les résident.e.s de Tours et de Bordeaux ont chialé sur la perte de stationnements et de voies pour les automobiles. Peut-être. Sûrement. Je ne sais pas. Ce que j’ai pu observer, toutefois, c’est que le tramway est très utilisé et que les automobilistes se sont adaptés. Parce que c’est pas très dur s’adapter et qu’il leur reste plusieurs autres options pour se promener dans la ville avec leur automobile.

commentaires-autos1

Dans les deux villes, il y a des voies où seulement les piétons, les cyclistes et les tramways ont accès, y compris sur des ponts. À Tours, une des grandes rues commerciales est même sans aucune voiture. Certaines personnes à Québec ne le croiront peut-être pas, mais les commerces semblaient aller très bien. Je n’ai pas vu de pancartes «Locaux à louer». C’était même des boutiques souvent hors de portée à ma bourse. Surtout, la rue était toujours bien achalandée.

Rue Nationale à Tours
Rue Nationale à Tours – crédit: Mickaël Bergeron

Il y a plusieurs arguments étranges dans les réactions contre le tramway. Comme si le tramway empêchait les gens d’utiliser leur voiture. Limoilou sera toujours accessible en voiture, mais différemment. Il y aura encore du stationnement, mais ailleurs. Et pour s’assurer que les résident.e.s aient un stationnement, il existe déjà un système de vignettes et de limites de temps dans les rues du quartier.

commentaires-autos4

Il y a aussi cette idée que la voiture n’a pas de coût, ou plutôt que ses coûts sont pleinement assumés par les automobilistes eux-mêmes, contrairement au transport en commun ou aux cyclistes. Les frais payés à la SAAQ pour l’immatriculation servent surtout à payer des assurances (le No-fault, ça se finance) et non à financer le système routier. Celui-ci est payé par l’ensemble des impôts, y compris ceux et celles qui marchent, qui pédalent ou qui prennent le transport en commun et toutes les personnes qui n’ont pas de voitures. En plus, ceci n’inclut pas tous les coûts de l’automobile (51 G$/année) sur l’environnement, sur la santé, sur l’ensemble des infrastructures, sur l’économie.

commentaires-autos5

Le principe de l’utilisateur payeur est plus présent dans le transport en commun que dans l’automobile, contrairement à ce que plusieurs pensent. En plus de financer le transport en commun avec leurs impôts et leurs taxes, les utilisateurs et utilisatrices doivent aussi payer leur laissez-passer. L’équivalent pour l’automobile serait de rendre les routes et les ponts payants, même s’ils sont payés par nos impôts et nos taxes.

Surtout, il faut bien casser ce principe voulant que tout ne soit adapté que pour l’automobile. Ce moyen de transport est un choix qui a d’énormes conséquences. Des conséquences dont les automobilistes n’ont souvent pas conscience. Non seulement l’automobile est un luxe qui se fait passer pour un besoin essentiel, mais en plus, tout notre système d’urbanisme est centré sur lui, mettant de côté tous les autres, même si ses bénéfices ne sont que personnels, aucunement collectifs.

Et là, alors qu’on voudrait redonner une place aux autres modes de transport, certain.e.s automobilistes voient ça comme une attaque envers leur mode de vie. Peut-être, d’une certaine manière, dans la mesure où ce n’est pas vrai que tout le monde peut avoir une voiture et que ce n’est pas normal qu’une famille ait une voiture par personne. Cette vision, il faut la casser. Mais même là, ce n’est pas une attaque de front. Ça serait une attaque à l’automobile si on empêchait les gens de s’en acheter ou si on en limitait l’utilisation. Là, c’est juste un mouvement pour redonner une place à d’autres manières de se déplacer, des manières plus intelligentes, plus collectives, plus écologiques, plus urbaines.

commentaires-autos6

La voiture n’aurait jamais dû avoir autant de privilèges. En ce moment, on n’enlève aucun droit, on redistribue simplement un peu les privilèges.