BloguesPlan B

Deadpool, Superman et les muscles

Dans Deadpool 2, le personnage de FireFist, un jeune adolescent qui joue littéralement avec le feu, se dit qu’il ne pourra jamais devenir un superhéros parce qu’il est obèse.

Tellement.

C’est un message que je martèle depuis plusieurs années, comme en témoigne ce texte de 2011 : pourquoi les dieux et les superhéros sont-ils toujours musclés? Ou presque. Si elles ou ils ne sont pas musclé.e.s, la personne sera sexy.

L’image est frappante dans Justice League. Batman, Superman et Aquaman sont tous super musclés. Flash ne l’est pas tant, mais il est présenté comme un ado nerd gaffeur – pas encore en plein possession de ses moyens. Même Cyborg, un homme-robot, est musclé. D’ailleurs, j’ouvre cette parenthèse: même Ultron, le robot méchant dans Avengers 2, était musclé (wtf?).

Seule Wonder Woman n’est pas musclée. Sexy, oui, mais pas musclée. On n’accepte mal encore qu’une femme soit musclée. Ce n’est pas associé à la beauté chez la femme. Ce n’est pas « féminin ». Ça ne l’empêche pas d’être plus forte que Batman.

À la limite, c’est normal que Batman soit musclé, il est surentrainé. Il a travaillé fort pour les développer et les maintenir, ses muscles…

Mais Superman, lui, comment les a-t-il développés? Il est tellement fort qu’il n’a presque jamais à faire des efforts pour faire quoi que ce soit. On le voit forcer quand il a à freiner un avion en plein vol. Quel entrainement peux-tu bien faire dans la vie pour développer des muscles quand pour forcer tu dois soulever des plaques tectoniques? Que peux-tu bien bencher à ce moment-là?

La force de Superman ne vient pas de ses muscles, comme Wonder Woman, mais de ses pouvoirs. Avoir des abdos est-il un pouvoir en soi?

En théorie, étant donné son incapacité à réellement forcer dans la vie, Superman ne devrait pas avoir cette musculature.

Chaque fois qu’on représente un dieu, il est musclé partout, comme si les dieux passaient du temps dans des gyms. Nah. Les dieux ne passent aucun temps dans les gyms. Ils n’ont pas besoin de faire ça. Ils sont forts par défaut.

Pour être beaux? Ça me semble vraiment superficiel pour des divinités…

Il y a plein de superhéros dont ça ne changerait rien qu’ils soient petits, grands, squelettiques ou gros, parce que leur pouvoir n’a rien à voir avec la forme de leur corps ou de leurs muscles.

Allez, quelques personnes dont la forme de leur corps ne changerait rien à leurs pouvoirs et capacités : Superman, Superwoman, Hulk, Doctor Strange, Wonder Woman, Tornade, Magneto, Green Lantern, Flash, Jean Grey / Phoenix, Reed Richards (L’homme élastique), etc.

Pourquoi tous ces pouvoirs ne tombent jamais entre les mains de personnes avec un handicap, grosses, petites ou laides?

En fait, quand ça arrive, ces personnes sont presque toujours dans le camp des méchants. Ça en dit long sur notre vision du monde.

Les productions, autant à l’imprimé qu’au grand écran, ont bien commencé à inclure la diversité culturelle. C’est de moins en moins blanc et de plus en plus coloré. On pourrait commencer la diversité corporelle aussi.

C’est ce qu’ils ont fait dans Deadpool 2. FireFist, dans les bandes dessinées, n’est pas gros. Il est le classique homme blanc musclé. Sa grosseur ne lui a enlevé aucun pouvoir dans le film. Et son poids n’est pas le moteur de son histoire non plus. Comme quoi, ce n’est pas si dur.

Derrière le cabotinage de Deadpool, il y a une belle leçon à noter. Comme quoi son audace va au-delà des blagues grivoises et du quatrième mur.