Ne manquez rien avec l’infolettre.
Heavy Montreal / Lamb of God : Après la tempête
Musique

Heavy Montreal / Lamb of God : Après la tempête

Lamb of God vient de lancer VII: Sturm und Drang, son premier album depuis le séjour de Randy Blythe dans une prison de République tchèque. Le chanteur nous explique en entrevue pourquoi le disque n’est pas entièrement consacré à son expérience.

La frénésie du mois de juillet 2015 restera sans doute longtemps gravée dans la mémoire de Randy Blythe. Une semaine avant la parution du septième disque de Lamb of God, le chanteur a célébré la sortie du livre Dark Days: A Memoir (Da Capo Press, 496 pages), dans lequel il raconte sa version des événements qui ont mené à son arrestation en République tchèque, en 2012. Après avoir été accusé de l’homicide involontaire de Daniel Nosek, 19 ans, durant un concert ayant eu lieu à Prague en mai 2010, Randy a séjourné pendant 37 jours à la prison Pankrác avant d’être libéré sous caution. Le chanteur a été déclaré non coupable lors de son procès qui s’est tenu en 2013.

Même si l’histoire se termine bien pour lui, ce n’est pas le genre d’expérience qu’on oublie du jour au lendemain: «Ce n’est pas non plus le genre de chose qu’on raconte sur un album», affirme Randy. Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, revenons à la frénésie de juillet: «Quand j’ai su que la sortie de VII: Sturm und Drang (qui signifient tempête et stress) était devancée d’un mois, je me suis dit: « Fuck! C’est une semaine après la sortie de mon livre! » Au lieu de savourer le moment, je suis stressé», remarque le chanteur avec un sourire dans la voix.

Une touche d’humanité

En 2014, Randy a pris une pause de quelques mois de Lamb of God pour écrire Dark Days: A Memoir. Il estimait nécessaire de se libérer de l’expérience vécue en République tchèque avant d’écrire un nouvel album avec les guitaristes Mark Morton et Willie Adler, le bassiste John Campbell et le batteur Chris Adler: «J’ai écrit le livre pour clarifier la situation et expliquer exactement ce qui s’était passé. L’une des beautés des textes et de la musique heavy métal, c’est qu’ils sont ouverts à l’interprétation et c’est la dernière chose que je souhaitais en racontant les événements survenus en République tchèque, souligne-t-il. Je n’avais pas envie de monter sur scène chaque soir pour chanter des chansons consacrées à la pire expérience de ma vie! En ce sens, écrire le livre m’a permis de mettre cette expérience derrière moi», explique le chanteur, avant de faire une distinction importante au sujet des textes des chansons Still Echoes et 512, qu’il a écrits durant son séjour à la prison Pankrác: «Ils ne portent pas sur les événements qui ont mené à mon arrestation, mais sur mon expérience en prison. C’est pour cette raison qu’ils sont sur l’album: ils viennent d’un endroit très réel», assure le chanteur qui trouve important d’écrire sur des sujets qui comptent.

C’est notamment le cas du texte de la chanson Torches, sur laquelle on peut entendre la voix de Greg Puciato (The Dillinger Escape Plan). Elle porte sur l’histoire de Jan Palach, un étudiant tchèque qui s’est immolé par le feu en 1969 pour protester contre l’invasion de son pays par les forces du pacte de Varsovie: «C’est important d’aborder des thèmes graves comme celui-là, parce que des histoires semblables se produisent encore aujourd’hui, alors que ça ne devrait pas être le cas. Il y a des gens qui sont si maltraités qu’ils se sentent obligés de s’immoler par le feu en signe de protestation. C’est horrible!»

Musicalement parlant, le groupe de Richmond, en Virginie, maintient le cap sur le métal rassembleur et pimenté d’influences thrash et death qui le caractérise depuis ses débuts en 1994 (sous le nom de Burn the Priest) et explore de nouveaux horizons par le biais de la semi-ballade Overlord et d’une incursion en territoire métal alternatif sur Embers, qui comprend la participation du chanteur Chino Moreno des Deftones. Randy est heureux de travailler avec des musiciens qui veulent évoluer: «On a rejeté de nombreuses chansons parce qu’elles sonnaient trop comme tel ou tel autre morceau, et ça peut devenir très ennuyeux.» En ce qui concerne Overlord, le chanteur est content d’avoir enfin l’occasion de mettre en valeur sa voix chantée sur une pièce plus tranquille. Ceux et celles qui ont déjà vu Lamb of God en concert savent à quel point il se démène sur scène. Que va-t-il faire durant Overlord? «C’est une bonne question et tu pourrais être surprise, mais on verra bien ce qui se passera», rit-il.

***

Le 9 août au parc Jean-Drapeau dans le cadre de Heavy Montréal.heavymontreal.com

À lire aussi: quoi voir à Heavy Montréal, les suggestions de Christine Fortier