Rap local : Héliodrome, Husser, JXTB et Liam
Rap local

Rap local : Héliodrome, Husser, JXTB et Liam

Chaque semaine, cette chronique vise à mettre en lumière les prochains shows et les plus récentes sorties des scènes rap et hip-hop instrumental québécoises.

Héliodrome, occuper les marges //

De retour d’une tournée européenne, le groupe rap expérimental Héliodrome montera sur scène ce soir à Montréal pour le spectacle de lancement de son deuxième album Le jardin des espèces.

Composé du rappeur Khyro, du bassiste Éric Gingras, du batteur Samuel Bobony, du tromboniste Pierre-Guilhem Roudet et du guitariste/touche-à-tout YPL, Héliodrome a donné une dizaine de spectacles de l’autre côté de l’Atlantique, en France, en Suisse et en Belgique. «Ça a généralement bien été», explique Khyro, ancien membre de Traumaturges et d’Atach Tatuq. «On s’insère dans un réseau hyper marginal et on fait des petits shows très underground, principalement dans des lieux autogérés et des squats. En Europe, le circuit du rap expérimental est beaucoup plus développé qu’ici, où la scène est pratiquement inexistante.»

Entre spoken word, rock psychédélique et free jazz, la musique du quintet repose entièrement sur l’improvisation, ce qui diffère de la création du premier album La lumière ordinaire du jour, paru en 2008. «À ce moment-là, on utilisait presque juste des samples», précise Khyro. «Avec les années, on a décidé de passer à un format instrumental plus dynamique. À cet effet, on peut dire que l’ajout d’un batteur a beaucoup changé notre façon de créer, tout comme l’arrivée de notre tromboniste, qui a amené une dimension psychédélique à notre musique. De mon côté, j’ai beaucoup écouté de free jazz et de rock de la fin des années 1970. C’est un peu tout ça qui a solidifié notre proposition.»

Si les compositions sont toutes nées d’improvisations, les textes de Khyro ont été longuement mûris. Toujours aussi tourmenté, le poète livre ici des textes empreints de ses croyances et de ses réflexions. «Y a des textes là-dessus qui remontent à 2006, époque où j’ai commencé à m’intéresser davantage aux religions orientales et à pratique le bouddhisme, le soufisme», dit-il. «Durant l’écriture de l’album, j’ai passé de l’utopie au réel. Je me suis rendu compte que, dans ces religions-là, il y a une construction imaginaire qui nous appartient.»

Beaucoup de réflexions proposées par le rappeur établissent des comparaisons entre l’homme et l’animal, de là le titre Le jardin des espèces : «J’ai réfléchi à ce qui nous distinguait de l’animal.  En fait, on est des animaux dotés de conscience, et je peux coloniser mon environnement différemment d’un chat ou d’un chien grâce au langage.»

Actif depuis le milieu des années 1990, le rappeur vétéran est conscient que son projet actuel n’a rien de très accessible pour le fan de hip-hop québécois moyen : «Y a possiblement un deuil à faire de cette scène-là. Même s’il y a beaucoup de nouveaux rappeurs intéressants au Québec, leur proposition est assez éloignée de mon esthétique. C’est encore plus vrai en live, car notre musique pogne des élans encore plus rock.»

Lancement du Jardin des espèces – 20 avril (21h) – Divan Orange (Montréal)

Nouveautés d’envergure //

Husser rehausse les standards du hip-hop montréalais avec l’incroyable Can’t Blame Em, qui profite d’un clip à couper le souffle signé Martine aimait les films et Cult Nation.

En pleine ascension, le groupe montréalais HelloTaxi!? explore des horizons old school sur l’entraînante You.

Le duo Yaska & Dawan se joint au prodige QuietMike pour Hold Up.

L’une des récentes révélations du street rap montréalais, Izzy-S, y va d’un clip pour la chanson finale de sa mixtape Bando Vol. 1.

Originaire de Pierrefonds, T.K suit les tendances américaines du moment sur All Night.

L’épopée soreloise des Anticipateurs se poursuit à un rythme effréné avec ce ce clip en hommage à notre Céline nationale.

Dans une période particulièrement prolifique, Jay Scott livre un nouveau freestyle.

Von Crow (alias Franky Fade) respecte assidûment son défi de sortir une nouvelle chanson par semaine.

Les deux Montréalais Zece et Scholar proposent une prometteuse relecture d’une chanson de 21 Savages.

Entre trap et R&B alternatif, le New-Yorkais d’adoption montréalaise JXTB présente l’excellente All This.

Le Youngoldteam (Y G T) se détache tranquillement de la masse avec une signature hip-hop singulière. Juice est tirée du mini-album #ALLIN, qui sera lancé le 27 mai au Belmont.

Membre du collectif TCB, dont fait également partie GunDei, le rappeur ScareCrow lance Blok Musik avec Parkay.

À peine deux semaines après la sortie de son excellent EP absent, le jeune producteur brtrnd y va d’un nouveau single.

L’étiquette française Nowadays publie un septième tome de ses compilations. Cette fois, c’est Montréal qui est à l’honneur par l’entremise d’une myriade de ses producteurs et rappeurs les plus talentueux, notamment Ragers, Frame, Lou Phelps et Alaclair Ensemble.

Le brillant mais sous-estimé beatmaker montréalais Liam redonne signe de vie un peu plus d’un an après la parution de Rekindle.

La chanteuse Cherry Lena s’allie au producteur hip-hop Kawfee sur la chaleureuse Mama Said.

Jimmie D prépare la sortie de son EP Light Work (prévu pour le 26 avril) avec le probant extrait soul lo-fi Coup d’état.

Le jeune rappeur Miles présente le fruit de ses efforts avec le mini-album 1996.

L’étoile montante jåmvvis se fait plaisir avec un remix de la légende jazz Robert Glasper.

Jamikaz se fait intimiste sur son nouvel album Harakiri, enregistré par Dostie au studio Exceler.

De son côté, Dostie s’associe avec SSI sur Ventre plein.

3 shows à voir //

THe LYONZ

Le duo hip-hop montréalais THe LYONZ invite l’éminent producteur ontarien Joel Garden durant sa résidence mensuelle au Honey Martin.

Honey Martin (Montréal), 24 avril (22h)

Maxime Gabriel à Sherbrooke

Près de deux ans après la parution de son album Farfadet, le rappeur maskoutain Maxime Gabriel retourne sur scène pour un spectacle unique à Sherbrooke.

Bar Le Magog (Sherbrooke), 21 avril (21h)

Party Joy Ride Records

La nouvelle branche de Silence d’or, Joy Ride Records, mise sur un gros party de lancement ce samedi. On pourra voir sur scène les principales têtes d’affiches de l’étiquette montréalaise : Shash’U, David Lee, Rymz ainsi que le nouveau venu Loud (de Loud Lary Ajust). L’entrée est gratuite.

Club Soda (Montréal), 22 avril (22h)

Les offres culturelles sur Boutique.Voir.ca

Obtenir plus d’argent pour voir des spectacles? OUI C’EST POSSIBLE!