Rap local : ST x LIAM, L'Amalgame, Maky Lavender et DO, The Outcast
Rap local

Rap local : ST x LIAM, L’Amalgame, Maky Lavender et DO, The Outcast

Chaque semaine, cette chronique vise à mettre en lumière les prochains shows et les plus récentes sorties des scènes rap et hip-hop instrumental québécoises.

ST X LIAM, une question de temps //

Quelques semaines après la parution d’A Matter of Time, le duo ST x LIAM s’apprête à prendre d’assaut le Belmont, le temps d’une courte prestation en première partie du renommé rappeur new-yorkais Skyzoo ce samedi

«On a un mini spotlight vraiment intéressant», estime le producteur Liam. «Ça va donner un set assez punché, et on va maximiser le temps qu’on a pour démontrer l’éventail de notre catalogue.»

«Je trouve aussi que notre vibe actuel s’agence plutôt bien avec ce que Skyzoo peut faire dernièrement», ajoute son complice. «L’idée, c’est de mélanger des inspirations un peu trappy et des samples très classiques, organiques.»

Concocté sur une période d’un an et demi, A Matter of Time est teinté de soul et de jazz. Essentiellement composé par Liam, l’album bénéficie aussi de l’apport de Raoul Cyr, multi-instrumentiste que les deux camarades ont rencontré par le biais de son fils, le producteur fruits. «Il nous a fourni quelques samples de guit, de trompette, de trombone. Je trouvais ça cool de mélanger ces instruments-là avec des instruments midi», révèle le producteur à propos des pièces Gone et FOMW.

Impliqué à tous les niveaux de création, le rappeur ST a fait un tri intuitif des beats que son acolyte lui a envoyés au fil des mois.  «C’était pas une sélection hyper réfléchie. Quand je flashais sur quelque chose, je commençais à faire un rough draft chez nous. Ensuite, j’envoyais ça à Liam et je lui demandais ce qu’il en pensait. C’est après tout ce processus-là qu’on a commencé à penser à la cohérence du projet.»

«À ce moment-là, l’album était comme un puzzle : le tour avait été fait, mais le milieu était encore à construire», image le musicien. «Sans du tout se presser, on a pris le temps de tout mettre ça en place.»

Traversant alors «des périodes pas très faciles», ST a donné une impulsion marquée à l’album en misant sur une écriture plus personnelle qu’à l’habitude. Au centre des thématiques abordées : le temps. «Avant de commencer à écrire, j’étais un peu anxieux. J’me rendais compte que ça faisait longtemps que j’avais rien sorti musicalement et j’observais le temps qui passe, sans vraiment rien faire de concret. Mon but, ça a été d’extérioriser cette phase-là et de la formuler pour qu’elle soit plus universelle, en la dépersonnalisant. J’ai voulu parler à ma génération, à ceux qui arrivent à la fin de leur vingtaine ou au début de leur trentaine, et qui, après avoir été des fuckin’ rêveurs toute leur vie, arrivent à un moment où ils doivent entrer dans le rang.»

«L’idée d’A Matter of Time, c’est justement de dire que la seule chose qu’on peut pas get back, c’est ce temps-là», poursuit Liam.

«Ouais, pis en même temps, le titre nous permettait de répondre aux gens qui nous demandaient tout le temps ‘’quand est-ce que l’album s’en vient?’’… It’s a matter of time!» ajoute le rappeur.

Certes, l’attente a été longue. Depuis le maxi Real Cats, il s’est écoulé plus de trois ans. Trois longues années durant lesquels le duo n’a fait paraître que quelques singles, notamment The Renaissance Man et Now What.

Si Liam a été actif en solo, en faisant paraître deux albums consistants (Rekindle et Keep It Moving), ST avait la tête ailleurs. «Quand t’es pas un artiste qui vit de son art, la vraie vie t’appelle à un moment donné, et tu as des priorités plus importantes qui entrent en ligne de compte. Moi, j’avais fait des études sans terminer mon bac, je sortais d’une relation compliquée, j’ai eu des problèmes de santé… Bref, fallait que je prenne un peu de recul sur ma vie.»

Ce recul aura porté fruit, car A Matter of Time a été bien reçu. Paru en août dernier, l’album n’a pas mis de temps à se frayer un chemin dans les hautes sphères du palmarès de CISM. «L’accueil est vraiment bon, et la rotation radio nous ouvre la porte à une nouvelle audience. On avait pas fait de shows depuis un bout, et là, y’a quelques dates qui s’en viennent.»

Bien en selle, le duo n’attendra pas aussi longtemps pour donner suite à ses projets. Actuellement en préparation, le mini-album Franglophone lui ouvrira sans doute de nouveaux horizons. «J’avais envie d’écrire comme je parle», explique ST, qui a développé ses aptitudes rap en français dans le Fou tournoi des WordUp! Battles, où il a fait bonne figure en se rendant en finale. «Oui, j’écris et je parle l’anglais, mais ma langue maternelle, ça reste le français. Dans la vie de tous les jours, je m’exprime dans les deux langues, et c’est ça que je veux mettre de l’avant.»

Pas de date encore annoncée, mais l’EP paraîtra sous peu, «avant que la neige tombe», assure ST, avant de se rétracter. «Mais en fait, j’ai pas vraiment confiance en la météo, donc disons fin novembre.»

En spectacle avec Skyzoo, Speng Squire et autres – Le Belmont (Montréal), 30 septembre (22h)

Nouveautés d’envergure //

Deux ans après le binôme dichotomique Pognés sur l’île/Congé sur l’île, L’Amalgame revient en force avec Cordalinge, EP qui bénéficie de l’apport des producteurs Rousseau, Oclaz et QuietMike.

Originaire de l’Ouest de l’île, Maky Lavender varie les flows et les ambiances sur cette suite de Blowfoam, volet initial paru il y a deux ans.

Bras droit de Mike Shabb, le rappeur Kap Dog est en pleine forme sur Jelly.

Souldia envoie un quatrième clip en soutien à son nouvel album, prévu pour le 6 octobre prochaine. Cette fois, c’est Farfadet qui signe la musique.

Da Trigg et Doni Nama exploite avec brio le terreau du mumble rap sur MMSD.

Dans un style similaire, Colo est fidèle à lui-même dans ce fascinant nouveau clip.

Remis à l’avant-plan de la scène rap locale grâce à son hit estival en duo avec Yes Mccan, CDX annonce la sortie de sa mixtape La brume avec ce premier extrait.

Le jeune vétéran Bilo Da Kid présente Hollyhood.

L’ex-Sans Pression Ti-Kid se joint à Smoke sur Work.

Dans un style trap PBR&B, Demon DOA s’impose avec cette nouvelle pièce.

Tout juste signé sous 7ieme Ciel Records, Zach Zoya se dévoile avec Superficial, premier single dans la lignée de certains travaux de Drake.

Plusieurs mois après ses dernières publications sur Soundcloud, Berger La Rose reprend du service avec Goddess, pièce en phase avec les standards américains du genre.

Joe Rocca investit le champ de la pop et du dancehall sur Soft Drink Riddim, deuxième potentiel aperçu de son album à venir.

Signé sous Oddio Ent., étiquette en ascension propulsée par Jei Bandit, 199V donne un aperçu de son EP twentytwo.

Après avoir passé une année plutôt difficile, le méconnu mais intrigant DO, The Outcast livre le fruit de ses réflexions sur Crymson Lotus, mini-album brut à la facture musicale exploratoire, difficile d’approche mais unique en son genre.

GunDei s’allie avec le producteur Cotola pour le premier single de son album oG’s Perspective, prévu pour l’an prochain.

Le Franco-Australien maintenant installé à Montréal Joji livre un premier album, Subiaco.

Le touche-à-tout aux multiples identités RAT propose In The Night, EP à l’esthétique minimaliste et au mixage déconcertant.

Le rappeur et producteur YingYann désire reproduire «une montagne russe d’émotions» sur #EuphoDysphoRia.

Le producteur montréalais Blankanvas présente un premier EP lo-fi, Blank.

3 shows à voir //

199V • twentytwo • Release Party

Avec Mike Shabb, Wasiu, Planet Giza, Jei Bandit, jåmvvis, JT Soul, Hardbody Jones et plusieurs autres, le rappeur montréalais 199V sera plutôt bien entouré pour son lancement ce jeudi.

Le Belmont (Montréal), 28 septembre (22h)

Cordalinge

Également ce jeudi, le quintet rosemontois L’Amalgame offre un spectacle de lancement, accompagné du duo Sam Faye & D-Track.

Divan orange (Montréal), 28 septembre (21h)

BROWN + LARY KIDD

Le groupe familial Brown se joint à l’intraitable et toujours très énergique Lary Kidd pour un spectacle présenté dans l’arrondissement de La Baie à Saguenay.

Bistro café Summum (Saguenay), 30 septembre (21h)