Rap local : 199V, Planet Giza, Morpheus' Arms et CDX
Rap local

Rap local : 199V, Planet Giza, Morpheus’ Arms et CDX

Chaque semaine, cette chronique vise à mettre en lumière les prochains shows et les plus récentes sorties des scènes rap et hip-hop instrumental québécoises.

199V, fouiller le passé //

Épaulé par la prolifique et très talentueuse équipe du label montréalais ODDIO, le rappeur 199V replonge dans son parcours sinueux des dernières années sur twentytwo.

Sur ce premier EP en carrière, enregistré sur une période de deux ans au studio ODDIO dans le centre-sud de Montréal, le Montréalais a fouillé le passé pour mieux vivre le présent. Profondément attristé par la mort rapprochée de deux de ses amis proches («Rest in peace Valentino Zapata et Daniel James Taylor»), il a senti le besoin d’extérioriser ses émotions. «Tu peux forcément ressentir ma tristesse en écoutant les chansons, mais je n’ai pas non plus voulu imposer une histoire aux auditeurs.  C’est à eux de décider ce que tout ça veut dire», explique-t-il.

Par moments, le cheminement du rappeur prend toutefois le dessus. C’est le cas de Become, sur laquelle l’artiste aborde les raisons qui l’ont poussé à changer son mode de vie, et de Way Too Much. «(Sur celle-ci), je parle de mon expérience avec la consommation de drogues et le point de non-retour où j’étais rendu. À ce moment, personne n’aurait pu me dire d’arrêter… C’est aussi une chanson à propos de mon ami Valentino, mort d’une surdose, et le fait que cette personne aurait clairement pu être moi. Parfois, on a tellement de choses à gérer qu’on ne réalise même plus qu’on en fait beaucoup trop, et je sentais qu’écrire pouvait m’aider à prendre du recul par rapport à tout ça.»

L’écriture a toujours eu ce côté introspectif, presque rédempteur, pour 199V. Dès ses débuts il y a plus d’une décennie, au tout début de l’adolescence, le rappeur avait cette volonté bien manifeste d’écrire pour s’exprimer, en ouvrant constamment ses horizons musicaux. «Mon père jouait constamment de la guitare et chantait, ce qui m’a porté à devenir un artiste. Ma sœur aussi a joué un grand rôle dans mon cheminement, car plus jeune, elle chantait pour m’aider à m’endormir. C’est elle qui m’a fait tomber en amour avec le R&B.»

L’ensemble de twentytwo est teinté de cet héritage familial. Admirateur de Drake, Tory Lanez et Travis Scott, le Montréalais croise le hip-hop et le R&B avec naturel, fredonnant davantage qu’il ne rappe. «Ces influences-là ont clairement inspiré ma façon de chanter, ma manière de me projeter sur le micro et le processus de mixage de l’album», admet-il, ajoutant qu’il est un grand fan de rock.

Particulièrement bien entouré pour ce mini-album, 199V a pu compter sur le soutien et l’apport de quelques-uns des producteurs montréalais les plus en vue des derniers mois, notamment jamvvis, Planet Giza et, surtout, Jei Bandit. «C’est lui qui a produit la majeure partie du EP avec sa signature très sombre et originale. Sa musique est unique en son genre, et j’ai senti qu’il appréciait vraiment les chansons lorsqu’il les produisait. Son style résonne très bien avec mon vibe.»

Nouveautés d’envergure //

La prochaine sensation hip-hop montréalaise à éclore à l’international pourrait fort potentiellement être Planet Giza. Entre soul, house, funk et hip-hop, le nouvel EP du trio installé à Laval, Gatineau et Saint-Léonard fera bonne figure dans les listes de fin d’année.

Le trio de Québec Morpheus’ Arms se dévoile avec Velcro, un premier EP qui épouse de façon décomplexée les standards trap actuels. Un clip pour Friend Fun a également été proposé.

Affilié à Ghost Club Records, Rico Watts arpente les mélanges trap et R&B du moment.

Quelques semaines après avoir rempli le M Telus, Dead Obies présente Monnaie, nouvelle pièce  à l’énergie contagieuse et à l’accrocheuse flûte traversière.

Figure incontournable du street rap montréalais, CDX s’impose avec TRiP.

Maintenant installé à Montréal, le producteur trifluvien slumgod fait évoluer sa signature lo-fi vers une esthétique plus moderne.

Découvert aux côtés de D-Track, le beatmaker Major réaffirme son talent.

Sur le point de faire paraître Monarque, Sadik s’allie avec Tali B sur la sombre Montana.

Basé à Québec, le rappeur Steve Beezy présente Lewinsky, en duo avec Traekay.

Éminent espoir de la scène rap montréalaise, Husser brise les conventions avec Catherine, pièce déconcertante à la finale rock époustouflante.

Un cinquième clip en attendant la sortie du cinquième album de SouldiaAd Vitam Aeternam.

Trois mois après la sortie de son premier album solo, Lary Kidd en présente un nouvel extrait, La grande beauté, l’une des plus douces de Contrôle.

Le duo rap/R&B Heartstreets profite de l’expertise et du talent de Kaytranada sur Blind.

Le jeune premier FouKi s’amuse avec ses camarades dans cette divertissante mise en images de la colorée Gayé aux accents reggae.

La chanteuse montréalaise Kallitechnis propose un trois titres convaincants, qui contient notamment des collaborations avec le producteur Rami.B (de Planet Giza) et le rappeur CeasRock.

L’Ahuntsicois C.p.f. se joint au nouveau venu Stoner sur cette pièce soul, L’été va être court.

Dans un style boom bap à l’esthétique plunderphonics, Nicholas Craven fait une fois de plus bonne figure.

Trois talentueux acteurs de la scène hip-hop montréalaise se réunissent pour un cypher de qualité : Lou Phelps, KNLO et Wasiu.

Le toujours pertinent Webster se joint à GLD et Fresh Corleone sur cette chanson thème de la campagne Et si j’avais tort, qui s’intéresse «aux différentes attitudes qui peuvent conduire à la radicalisation violente».

L’inimitable C-Drik publie un clip pour l’une des chansons les plus mémorables de son dernier album.

L’équipe d’Uglypitch Records rend hommage au légendaire rappeur et producteur américain Doom sur cette compilation mettant notamment en vedette Cheak et GooMar.

Durant tout le mois d’octobre, le prolifique Vincent Pryce produit des beats aux teintes lugubres, notamment Ripper. L’éventail des compositions est disponible sur sa page Soundcloud.

3 shows à voir //

Fuego!

Joe Rocca et VNCE CARTER, deux membres de Dead Obies, s’associent au producteur à surveiller Charlie Shulz et au chanteur Yen Dough pour une soirée où les basses pesantes et les ambiances ardentes seront assurément de la partie.

Le Ministère (Montréal), 7 octobre (21h)

Tomahawk Tour 

Après un arrêt à Montréal la semaine dernière, Manu Militari et Souldia poursuivent leur Tomahawk Tour à l’ouest de la province.

Le Minotaure (Gatineau), 7 octobre (20h)

Lancement One & Only

L’entrepreneur et designer Theo Charpentier dévoile sa marque de vêtements One & Only avec une soirée de lancement mettant en vedette des artistes hip-hop et R&B locaux de haut niveau : KNLO, Aaricia, L’Amalgame, LaF, FouKi & QuietMike, Jay Scott, Maestro Omayela et Noah Dayz.

Artgang (Montréal), 6 octobre (20h)

Les offres culturelles sur Boutique.Voir.ca

Obtenir plus d’argent pour voir des spectacles? OUI C’EST POSSIBLE!