Rap local : Mike Shabb, LaF, Clayjay et Antwnn
Rap local

Rap local : Mike Shabb, LaF, Clayjay et Antwnn

Chaque semaine, cette chronique vise à mettre en lumière les prochains shows et les plus récentes sorties des scènes rap et hip-hop instrumental québécoises.

Mike Shabb, définir le son de Montréal //

S’apprêtant à tirer un trait sur une année forte en rebondissements, Mike Shabb s’impose avec fracas sur la scène rap québécoise.

Le sourire dans la voix, le rappeur et producteur originaire de Magog dresse un bilan très positif de ses derniers mois. À peine connu au tout début de l’année, il a su profiter des nombreuses opportunités qui se sont présentées à lui. En juin dernier, sa prestation au festival MURAL, en première partie du populaire Post Malone, a confirmé bien des choses. «J’étais vraiment stressé avant le show, mais j’ai réussi à bump de quoi en masse. C’est le premier show que j’ai fait et qui m’a fait réaliser que ‘’Damn, je suis down de faire ça toute ma vie’’. Meilleur feeling ever!»

À la toute fin de l’été, son apparition au spectacle de Dead Obies, devant une foule de plus de 2000 spectateurs au M Telus, a été particulièrement mémorable. «C’était LE plus gros show de ma carrière jusqu’à maintenant. L’ambiance était ridicule, un gros turn up sans arrêt. Le monde est arrivé avec l’énergie dans le tapis, et ça n’a jamais arrêté.»

Marquantes, ces expériences ont permis au Montréalais d’adoption d’apprendre avec rapidité les rouages de son métier. «J’ai compris que les premières minutes de mes performances sont très importantes. Dans des premières parties comme ça, tu dois arriver avec une grosse énergie pour communiquer tout de suite avec le crowd.»

Ce qui est d’autant plus remarquable (et représentatif de notre époque), c’est que ce succès enviable s’est construit sans aucun album,  étant plutôt tributaire de quatre populaires singles/vidéoclips. D’abord, il y a eu Mama’s Boy, qui approche actuellement le seuil des 50 000 visionnements sur Youtube, et Lizard, puis plus récemment, No Diggity et Trippin. «L’objectif pour cette année, c’était de me créer un fanbase, car en ce moment, les gens bumpent plus des singles que des albums. Les longs projets, c’est vraiment pour les fans, et là, ça va être le moment de deliver ce que j’ai cook sur une période de près de deux ans.»

Prévue pour l’hiver 2018, cette recette longuement préparée se nomme Northwave et se pose comme la suite de l’esthétique initiée sur la mixtape Sewaside, parue en février 2016. «C’est le projet qui va définir le son montréalais. Rien de moins», assure l’artiste, non sans prétention. «Y’a Nate Husser qui fait ce genre de truc-là aussi, et comme moi, il a beaucoup d’ambition. Je cherche à produire un son rock punk vraiment rap, un mélange d’échantillons bruts et de rythmes trap avec une new wave futuristique, qu’on peut feel dans le son des synthés et des pads.»

Côté paroles, Shabb désire aussi témoigner de son évolution sur le plan personnel. Si Mama’s Boy évoquait son «struggle financier» relié à son départ du nid maternel et à son arrivée dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, Northwave sera plus fidèle à son nouveau mode de vie et aux ambitions qu’il caresse. «C’est vraiment mon everyday life, ce que je fais et ce que je perçois dans ma vie et mon quartier. Y’a encore une signature très hochelagaise, très raw, mais qui dépeint moins le struggle. Ça parait que j’ai moins de soucis qu’avant, même si je suis pas riche et que j’ai pas encore blow up. Je reste real et je brag pas que j’ai des Ferrari.»

D’ici là, plusieurs spectacles de haut vol sont à prévoir, notamment un à M Pour Montréal le 17 novembre et un autre à Québec le 3 novembre, qui fera office de première visite dans la capitale. Entretemps, Shabb s’offrira un curieux passage à Coup de cœur francophone. «For real, je sais pas trop c’est quoi ce festival», admet-il, avant qu’on lui explique que l’évènement est habituellement dédié à la musique francophone. «Je trouve ça nice. Ça veut dire que j’ai des beaucoup de fans québécois francophones et que ma musique peut autant les reach que les anglos.»

Pour l’occasion, il ouvrira la soirée pour Alaclair Ensemble. «J’ai entendu dire que leurs shows étaient vraiment nice, alors j’ai hâte. J’ai écouté leur dernier album récemment et je pense que mes beats se rapprochent de ce qu’ils font. On aime tous les deux mélanger le new et le old school. Ça va être un très nice show!»

Mike Shabb (avec Velozo et Lil Cherry) – Le Cercle (Québec), 3 novembre (23h30)

Mike Shabb (avec Alaclair Ensemble, Eman & Vlooper et Colombine) – SAT (Montréal), 10 novembre (21h)

Mike Shabb (avec Del The Funky Homosapien, Attitude, Kevin Na$h, FouKi et Flawless Gretzky) – Casino de Montréal (Montréal), 17 novembre (21h)

Nouveautés d’envergure //

Le sextuor LaF livre Jello, l’un des projets les plus aboutis de l’année sur la scène hip-hop québécoise. L’évolution entre ce nouvel EP et son premier album Monsieur-Madame, paru à l’automne dernier, est manifeste.

Le producteur canado-américain Clayjay se joint au chanteur/rappeur TOBi sur la très accrocheuse Ride, qui a dépassé les 50 000 écoutes dans les derniers jours.

À la surprise générale, Loud fait paraître son très attendu premier album, Une année record, deux semaines avant sa sortie officielle. Le deuxième extrait Nouveaux riches profite d’une réalisation soignée de Will.

Le duo Heartstreets envoie un clip pour Blind, produite par Kaytranada.

La plateforme Music Is My Sanctuary souligne ses 10 ans d’existence avec une compilation à la hauteur de sa réputation, qui met notamment en vedette KenLo Craqnuques et Dr. MaD.

Neko se joint à oddboiboi sur l’intense 💉💔*.

L’intraitable Colo poursuit ses explorations mumble rap avec deux nouvelles pièces, dont un clip pour 24H avec Slycky.

Colo s’allie aussi avec Doni Na Ma sur Hard Game.

Près de 10 000 vues déjà pour ce clip de HMZ avec Medz.

Rico Watts collabore avec Johnny Cinco sur To The Ceiling.

Originaire de Québec, le duo Vieux chums de brosse livre ici un trap pesant.

Le producteur gatinois Major signe une composition de marque pour HDC.

Tony The Trigger mélange trap et old school rap sur son premier EP.

Quelques mois après la sortie de leur excellent mini-album Blue, le rappeur Mori$$ Regal et le producteur Yerly font appel à KOZY KEV pour leur clip All Day.

GunDei est à son meilleur sur cette trame boom bap de qualité.

Toujours en duo avec Nicholas Craven, le rappeur Jimmie D s’illustre sur La Run.

Vincent Pryce sort une composition par jour depuis le début du mois d’octobre.

Peu de producteurs d’ici présentent une oeuvre aussi éclatée que Antwnn, au sommet de sa forme sur (001)[workinprogress].

Dans un style encore plus éclaté, wht rice s’aventure dans un terrain pop folk avec Jugulaire.

Le jeune Salimo arpente des horizons tropicaux sur Habibi.

3 shows à voir //

Reptile Rampant – Lancement d’album

Toujours aussi cinglant dans son flow et son approche hardcore funk, Reptile Rampant offre un spectacle de lancement pour son nouveau projet Return of the Boogie Man.

L’Assommoir sur Notre-Dame Ouest (Montréal), 31 octobre (21h)

Show costumé avec Omnikrom

Le duo Omnikrom revient à Québec pour un rare spectacle, accompagné de Tony The Trigger et FigxFalz.

L’Anti (Québec), 28 octobre (21h)

Halloween avec Lunice

Lunice s’amène dans sa ville d’origine pour une soirée de beats lourds et accrocheurs avec Shash’U et Low Pocus.

Artgang Plaza (Montréal), 31 octobre (22h)

Les offres culturelles sur Boutique.Voir.ca

Obtenir plus d’argent pour voir des spectacles? OUI C’EST POSSIBLE!