Rap local : Loud, Wasiu, Reptile Rampant et White-B
Rap local

Rap local : Loud, Wasiu, Reptile Rampant et White-B

Chaque semaine, cette chronique vise à mettre en lumière les prochains shows et les plus récentes sorties des scènes rap et hip-hop instrumental québécoises.

Loud, vers une année record //

Quelques jours après avoir causé la surprise avec la sortie précipitée d’Une année record, Loud regarde vers l’avant, le marché européen dans la ligne de mire.

Prévu pour ce vendredi 10 novembre, le premier album solo du rappeur montréalais a profité d’une parution devancée sur les principales plateformes de streaming le 27 octobre dernier. «On voulait que ce soit excitant», explique Loud. «Les releases surprises comme ça sont toujours les plus powerful.»

Pour donner le coup d’envoi à cet opus fort attendu, le principal intéressé a publié un clip pour Nouveaux riches, pièce lumineuse à mille lieues de la facture sombre du précédent extrait Hell, What a View. «J’aime l’idée d’être en réaction au single précédent. C’est un angle de release auquel on a réfléchi. On avait fait la même chose en sortant une chanson hard et dark comme Hell juste après 56K, le single pop catchy.»

Rampe de lancement du EP New Phone, paru en avril dernier, 56K a été le succès de l’année sur la scène hip-hop québécoise, réussissant l’exploit peu banal de se rendre jusqu’en France, là où il a été remarqué par différents blogueurs influents. Au total, plus de la moitié du million de vues qu’il a récoltées sur Youtube proviennent de l’Hexagone. «On s’attendait pas à ça, c’est certain, mais en même temps, la chanson parle de ça. Elle pointe vers un succès comme ça», dit le rappeur qui évoque «son équipage réduit sur Air France» dans les paroles de la pièce. «Les Français ont accroché au vibe, au clip. Pour eux, le fait qu’on soit des francophones culturellement proches de New York, c’est un aspect intéressant.»

Loin de se contenter de surfer sur ce succès, Loud a mis les bouchées doubles cet été pour la création d’Une année record. Aux côtés de ses complices Ruffsound et Ajust, réalisateurs et principaux compositeurs de l’album, le Montréalais de 29 ans a choisi de diversifier ses horizons musicaux plutôt que de s’en tenir à une seule direction. «C’est surtout une question de taste. Moi, j’ai toujours aimé les albums variés qui sont pas nécessairement thématiques ou conceptuels. Ça peut être great quand y’a une ligne claire comme sur 808s and Heartbreak par exemple, mais c’était pas ça que je voulais faire cette fois.»

Ainsi, des chansons rap classiques comme Il était moins une et So Far, So Good côtoient des incursions en terrain pop comme Nouveaux riches et Toutes les femmes savent danser. Pour cette dernière, Loud ne s’en cache pas : il a cherché à respecter les standards radiophoniques en place. «On a analysé la structure pop, créée des verses courts, des préhooks, des hooks, le tout dans les règles de l’art de la pop. Quand on fait n’importe quel genre de tracks, on s’assume à 100%. C’est aussi vrai pour un track classic rap à 90 BPM que pour une chanson comme ça. Avant, mon rap très technique pouvait en quelque sorte devenir une béquille, car c’était ça qui était le plus safe pour moi. Le défi, maintenant, c’est de faire des trucs plus catchy, de prendre des risques. On est tous rendus là dans notre vie», dit-il, en parlant en son nom et en celui de ses deux réalisateurs.

Les textes aussi témoignent d’une certaine évolution. S’il vantait constamment les mérites de la gloire au sein de sa formation Loud Lary Ajust, l’artiste montréalais se fait un peu plus nuancé en solo, mettant de l’avant ses doutes et ses tiraillements quant à cette célébrité qu’il vénère autant qu’il redoute. «Je trouve ça toujours très intéressant d’assumer ses contradictions au lieu d’y aller avec un angle ou un code moral précis. [La célébrité], c’est clair que c’est ce qu’on souhaite, ce qu’on veut, mais y’a des aspects là-dedans qui sont lourds ou juste complètement absurdes. Tant qu’à raconter l’expérience, aussi bien la raconter au complet.»

Réflexion sur l’exil, Hell, What A View est probablement l’exemple le plus probant de ce revers de médaille. «[Ça parle surtout de] s’éloigner du cirque qui vient avec la gloire. En fait, la vie publique, c’est assez contradictoire avec ma personnalité et mon vibe. Je suis quelqu’un de très privé et réservé, même fermé à la limite.»

Prétentieux et assumé, le titre de cet opus vient évidemment avec son lot de pression. «Disons que rien n’est pris à la légère», assure Loud. «Il y a énormément de travail et d’angoisse reliés à ça, mais c’est justement cet aspect-là du rap que j’aime, cette drive d’ambition et de compétition. C’est ça qui fait que le rap est excitant à suivre.»

Sur le point de faire sa première apparition en France, prévue pour le début 2018, le rappeur aura plusieurs opportunités à saisir pour en arriver à son «année record». Soutenu par Auguri Productions, boite européenne de production qui travaille notamment avec Stromae et David Guetta, et Caroline International France, branche de Universal sous laquelle paraitra l’album en France,  Loud est conscient des défis qui l’attendent. «Tout va se jouer par rapport aux réactions des gens. Pour l’instant, on s’en va seulement tester notre potentiel. On arrive là-bas sans prétention, mais avec beaucoup d’ambition.»

Une année record – disponible en version numérique dès maintenant / en magasin dès le 10 novembre

En spectacle : le 11 novembre au Minotaure (Gatineau), le 18 novembre au Magog (Sherbrooke), le 22 mars à l’Impérial Bell (Québec) et le 23 mars au Club Soda (Montréal)

Nouveautés d’envergure //

Encore trop sous-estimé, le très talentueux et polyvalent Wasiu offre une suite à MTLIENS. Cette fois, il peut compter sur des productions signées par des maîtres locaux tels que Kaytranada, Planet Giza, KenLo Craqnuques et Tommy Kruise. Des collaborations avec Lou Phelps, Dead Obies et Lary Kidd sont également au programme.

Le flow toujours aussi cinglant et effréné, Reptile Rampant revient avec Return of the Boogie Man, suite de son album précédent Mr. Rampant. Encore une fois, le hardcore funk se mélange avec brio à l’intensité sans relâche du rappeur et producteur montréalais.

Toujours aux côtés de Nicholas Craven, Jimmie D annonce la sortie du projet GOOD MAN avec l’extrait ?uestlove, un clin d’oeil au batteur de The Roots.

Le vétéran C-Drik envoie un nouveau clip en soutien à son album Liqueur forte.

FouKi présente un clip contemplatif pour Gurl, chanson tirée de son premier projet en carrière Plato Hess, paru à l’automne 2016.

Récipiendaire de trois Félix au dernier Gala de l’ADISQ (pochette, vidéoclip et album hip-hop de l’année), Alaclair Ensemble poursuit sur sa lancée avec le clip de Sous-sol po fini, encore une fois réalisé par le très créatif GED.

Vendou, membre de L’Amalgame, admet «être tanné d’être gentil» sur ce remix d’une chanson de Skepta.

Encore méconnu, Prince Akeem montre qu’il a du flow à revendre sur Jigsaw.

White-B, l’un des rappeurs les plus en vogue de Montréal, y va de Confession risquée, nouvelle mixtape maintenant disponible sur Spotify. Un clip pour Au début vient tout juste de paraître.

JTReal, un allié de Colo, MTLord et Young Dev, dévoile son flow nonchalant sur cette nouvelle mixtape aux influences drill et trap.

Originaire de Québec, MONEY© lance un premier projet en trois ans, unTITLED, qui suit les tendances mumble rap avec autodérision.

Doté d’un flow élastique et vigoureux, Lil Deezy se joint à Richman et Kix Kaki 667 sur Left Off.

Deux participants de longue date des WordUP! Battles, Insa et Freddy Gruesum, collaborent.

Sur le point de faire paraître un album, Farfadet (Maxime Gabriel) arpente une composition cloud rap en compagnie de Karma.

Impressionnant travail de mise en scène de la part de Charlotte Gd sur ce nouveau clip de L’Amalgame pour Cloudzay, pièce tirée du EP Cordalinge.

Only Revl présente un projet plus incisif et virulent, Red Cloud II.

Chrysalis et Bloom (de Team XXI) se joignent à DRK$PRK pour l’une de leurs chansons les plus abouties.

Le Canado-Américain Argento a dépassé les 10 000 écoutes en peu de temps sur ce premier projet, Sacrifice vol. 1.

Cinq mois après sa dernière publication sur Soundcloud, Aswell (de La Collection) revient en solo avec Mood, chanson qui fait état de ses angoisses.

Rassemblement épars de producteurs principalement basés à Sherbrooke, CLUB NUAGE ☁ met la barre haute avec ce sixième tome qui mélange lo-fi et hip-hop expérimental.

Le producteur lévisien Pollock présente une beat tape minimaliste contenant quelques belles explorations.

3 shows à voir //

Alaclair Ensemble

Le sextuor post-rigodon Alaclair Ensemble s’amène en terres conquises pour un spectacle à ne pas manquer durant Coup de cœur francophone. En première partie, le projet connexe Eman & Vlooper, le duo français Columbine et la sensation rap anglo-montréalaise Mike Shabb se relaieront.

Société des arts technologiques (Montréal), 10 novembre (21h)

Taktika à Chicoutimi

Le duo vétéran Taktika poursuit la célébration de ses 20 ans de carrière avec un spectacle à Saguenay.

Bistrot du Fjord (Saguenay), 10 novembre (22h)

Kirouac à l’ENTRE-NOUS

Le jeune rappeur Kirouac se joint à Vendou (de L’Amalgame) et à NOMAD pour faire vibrer les colonnes du «Plato Hess».

L’Entre-Nous (Montréal), 9 novembre (21h)

Les offres culturelles sur Boutique.Voir.ca

Obtenir plus d’argent pour voir des spectacles? OUI C’EST POSSIBLE!