Rap local : FouKi, la couleur des mots
Rap local

Rap local : FouKi, la couleur des mots

Chaque semaine, cette chronique met en lumière l’oeuvre des rappeurs et des producteurs québécois les plus intéressants du moment. Au programme : entrevue, revue non-exhaustive des nouveautés de la semaine et aperçu des prochains spectacles à voir.

Entrevue //

Chef de file de la relève rap montréalaise, FouKi prend son envol avec Zay, un premier album officiel qui parait sous l’étiquette hip-hop 7ieme Ciel Records.

Fort de ses quatre projets initiaux, tous produits par son collègue et complice de longue date QuietMike, le rappeur montréalais de 21 ans a davantage filtrer sa proposition sur Zay. «Sur certains projets, y’a des beats dont on n’était pas satisfaits à 100% et qu’on mettait pareil car on voulait sortir notre musique au plus vite. Là, c’est la même approche spontanée, mais le filtre s’est fait plus naturellement.»

«Y’a aussi que FouKi est devenu ma priorité», poursuit QuietMike, qui compose des beats pour bon nombre d’autres rappeurs de la relève. «C’est encore assez intuitif comme création. On avait pas d’idée générale de ce qu’on voulait faire. On y allait au cas par cas.»

Porté par une trame trap lumineuse à la résonance organique, Zay est traversé par le flow très souple et chaleureux de FouKi. «Y’a des beats plus hype et d’autres plus low, mais en général, c’est juste du good vibe. C’est fait dans la même optique que Pre_Zay et Plato Hess», explique le rappeur, en référence à ses premier et quatrième projets, respectivement parus à l’automne 2016 et à l’été 2017.

Encore une fois, le Montréalais écrit des textes terre-à-terre à propos de son mode de vie, essentiellement constitué de rap, de cannabis et de soirées avec sa blonde ou ses amis. Pour le principal intéressé, qui a d’ailleurs été nommé dans le top 10 des jeunes auteurs à surveiller par l’émission radio-canadienne Plus on est de fous, plus on lit!  l’an dernier, cette approche authentique lui permet une belle liberté en ce qui a trait à son choix de mots. «Les lines que je trouve belles, c’est quand il y a du vocabulaire original, genre des mots que tu ne t’attends pas à entendre dans un verse de rap», dit-il, en donnant en exemple les mots «can-can» (cannabis), «gayé» (itoxinqué) et «zay» (posé). «L’important, c’est que mon verse ait une couleur unique et que les mots s’enchainent bien. Reste que je vais pas dire n’importe quoi non plus… J’aime raconter des histoires et je veux pas rapper à propos des choses que je ne vis pas.»

Pour appuyer les récits du quotidien de son compère, QuietMike a cette fois privilégié la composition plutôt que de s’en tenir à échantillonner les musiques qui ont bercé son enfance et son adolescence, comme il l’avait fait avec la trame sonore du Fabuleux destin d’Amélie Poulain à ses débuts. «C’est mission accomplie pour moi, mais pour les prochains projets, je veux vraiment me remettre au sampling. J’aime beaucoup la vibe organique des extraits samplés, ce qui est très difficile à reproduire avec l’ordinateur», admet le producteur de 20 ans.

Encore une fois, c’est la complicité entre les deux amis et anciens étudiants de l’école secondaire Jeanne-Mance qui prévaut sur cette première parution officielle sous 7ieme Ciel. Au lieu de s’entêter à conserver l’esprit brut de leurs débuts, les deux artistes ont troqué leur garde-robe d’enregistrement contre le studio plus professionnel du rappeur et ingénieur sonore Sadam Huss’. «On avait enregistré des maquettes ici et là, donc on s’est dit qu’au lieu d’avoir de la difficulté à finaliser le mixage, on était aussi bien de tout réenregistrer à un seul endroit», explique FouKi. «Je dirais que ça donne un résultat vraiment meilleur, sauf peut-être pour Makeup et Back Home, que je trouve moins bonnes. Y’a pas la même magie, mais overall, le son est meilleur.»

«On est encore aussi autonomes qu’avant», ajoute QuietMike. «La grosse différence, c’est qu’on entend pus les bus qui passent dans certaines takes.»

Honnêtes, les deux amis admettent qu’ils auraient aimé avoir un peu plus de temps pour compléter Zay. «On aurait arrangé les beats différemment, on aurait prêté plus attention aux détails, on aurait mis davantage l’accent sur la coloration du mixage…» énumère FouKi. «Mais pour 7ieme Ciel, c’était important de sortir ça au début de l’été.»

Malgré cette contrainte temporelle, le rappeur n’a pas senti de pression lors de l’écriture et l’enregistrement de cet album. «C’est l’album que j’aime le plus depuis Plato Hess. Chaque beat nous représente bien. J’ai l’impression que la pression va venir au deuxième album, car celui-là risque d’avoir fait pas mal de bruit.»

En attendant, le duo s’apprête à faire le tour du Québec, en commençant par un spectacle de lancement à Montréal. «On s’attend à ce que soit le fun au boutte», indique FouKi. «Il va y avoir beaucoup d’invités et je vais peut-être arriver en scooter sur scène…»

Zay – Le lancement d’album – Artgang Plaza (Montréal), 21 avril (19h)

Nouveautés d’envergure //

Sept mois après la parution de son EP twentytwo, 199V propose un clip pour Way Too Much, une collaboration trap mélodieuse avec ses alliés Jei Bandit et JT Soul.

Ambiance trap futuriste pour Green Hypnotic sur Fucc That, nouvel extrait de son projet Bando Midori 2 qui bénéficie maintenant d’un clip audacieux et original du réalisateur Xavier MC.

Le rappeur montréalais Dawan livre un flow de calibre sur BLZRD, un aperçu de son deuxième projet avec Yaska.

Le vocaliste wærry (du collectif Team XXI) pose de façon nonchalante mais très incarnée sur You Knew, pièce lo-fi produite par Eness et Nimbus2k.

Nate Husser et Jones Maestro offrent la pièce de résistance Bourbon Lemonade, produite par Mike Shabb.

Le trio The Odds envoie un premier EP digne d’intérêt à la production poussée.

Alors que son nom est sur toutes les lèvres depuis la sortie de la mixtape OPN la semaine dernière, Enima poursuit sur sa lancée avec le clip Risques.

Da Trigg présente un clip tourné à Puerto Plata.

Déjà plus de 40 000 vues pour ce clip de Demon DOA réalisé par Kevin Shayne.

Quelques jours après avoir lancé son EP No Caption, le Montréalais KGoon dévoile le clip de Nino.

Les camarades Gaza, MB et White-B (de 5sang14) présentent un clip glacial pour la chaleureuse et organique La folle.

Nouvelle pièce mensuelle de Baggies sur une production trap élémentaire de 4e Régiment.

De retour d’une tournée en Chine, le duo Sam Faye et D-Track donne un aperçu de ses pérégrinations avec ce clip divertissant.

Une autre collaboration de feu entre DeusGod et Par Klurker.

Le DJ et producteur Fléau se joint au Californien DJ Woool sur Laced Gems, un beat tape old school à souhait qui parait sous Uglypitch Records.

Originaire de Québec, le beatmaker Lascko publie une nouvelle série de beats aux touches jazz et funk.

Évènement ponctuel rassemblant des dizaines de beatmakers venus expérimenter et apprendre diverses techniques de création, The Loop Sessions présentent le fruit des compositions de sa dernière session, auxquels ont notamment participé Lowpocus, Franklin Would et Maxime Robin.

Le rappeur et chanteur Al Right sort d’une pause de quelques années avec BOY, premier extrait d’un projet à venir d’ici la fin du mois.

Le Montréalais Qi Yama mélange hip-hop, soul et R&B avec minutie et adresse sur son premier album Wilt.

3 shows à voir //

Les Francouvertes

Pour une rare fois, plusieurs artistes hip-hop ont réussi à atteindre les demi-finales du prestigieux concours Les Francouvertes. Voyez Jay Scøtt X Smitty Bacalley ce lundi, Sam Faye et D-Track ce mardi et LaF ce mercredi.

Cabaret Lion d’or (Montréal), 16, 17 et 18 avril (20h)

Pré-lancement du Bums Club

L’ancien Boudoir devenu le pub à bières L’air du temps se transformera à nouveau prochainement et deviendra le Bums Club, un lieu de rassemblement hip-hop/électro instigué par le collectif à géométrie variable Bums & Beats. Pour le pré-lancement du nouveau bar, Tommy Kruise se joindra à Lil Cherry et Les Sumériens.

Bums Club/L’air du temps (Québec), 20 avril (23h)

One & Only SS18 Pop-up

Le beatmaker/designer montréalais Theo Charpentier (fondateur de One & Only) présentera sa collection printemps-été 2018 lors d’une soirée hip-hop prometteuse mettant notamment en vedette Franky Fade et Mitch Donovan.

Artgang Plaza (Montréal), 20 avril (21h45)

Les offres sur Boutique.Voir.ca

Obtenez de 25% à 40% de plus dans ces établissements!