Rap local : Bueller, tout reconstruire
Rap local

Rap local : Bueller, tout reconstruire

Chaque semaine, cette chronique met en lumière l’oeuvre des rappeurs et des producteurs québécois les plus intéressants du moment. Au programme : entrevue, revue non-exhaustive des nouveautés de la semaine et aperçu des prochains spectacles à voir.

Entrevue //

Avec MAGGIE(lost), le producteur Bueller tourne la page sur un moment difficile de sa vie, duquel il a réussi à extirper un peu de lumière.

Le titre de ce neuvième projet en carrière incarne une vive blessure que l’artiste a vécue l’an dernier. «[Maggie], c’est une fille que je fréquentais. Une relation qui avait un bon potentiel, mais qui n’a pas fonctionné», confie le Montréalais, sans trop vouloir s’étendre sur le sujet. «Quelques jours après, je me suis fait voler mon laptop avec toutes mes nouvelles chansons dessus… J’ai compris qu’il y avait une corrélation entre les deux évènements et que c’est à partir d’eux que j’allais reconstruire mon projet.»

Bueller a toutefois dû prendre un peu de recul avant de reprendre le travail. «J’étais en criss après le monde au complet, et ça m’a pris un bon quatre mois avant que je m’y mette. À un certain moment, cette hargne-là s’est transformée en motivation, et j’avais encore plus faim. J’ai reconnecté avec certains de mes collaborateurs pour retrouver les dernières versions qu’ils avaient reçues et, plus je retrouvais de tracks, plus ça me motivait. Chose certaine, je n’aurais pas pu repartir à zéro. Refaire de quoi à partir de rien, ça m’aurait énervé… Un peu comme si je travaillais dans le vide.»

L’exercice de récupération, la «course aux trésors» comme il l’appelle, n’a pas été de tout repos. Le producteur a parfois dû travailler à partir de fichiers compressés pour rebâtir certaines pièces. Un exercice somme toute formateur : «En fin de compte, j’ai amélioré chaque beat pour leur donner de la profondeur. Et le recul que j’ai eu entre les évènements et mon retour au travail m’a permis de reconnecter avec mes feelings. Y’a certaines chansons comme Soft&Smooth que je n’ai pas pu du tout reproduire, mais que j’ai développées autrement avec une perspective plus organique.»

Première chanson à avoir être créée, LastNightInTO a donné le ton à l’ensemble du projet qui, à travers sa ligne directrice vaporeuse et mélancolique, mais jamais sombre ou déprimante, transpose les émotions à fleur de peau de compositeur. «J’ai créé cette chanson-là sans trop me poser de questions et, peu après, j’ai senti que le vibe du beat était relié à ce qui se passait dans ma vie. J’ai ensuite essayé de comprendre l’histoire que je voulais raconter à travers le tape. On reste dans mes sonorités dreamy habituelles, qui procurent un genre de sentiment de flottement auquel on peut relate autant en marchant dans la rue ou en chillant dans un parc. Je sais pas si le résultat final traduit le mood mélancolique dans lequel j’étais ou si, finalement, c’est devenu ça, mon style.»

Contrairement au saisissant Melancholy Status, pour lequel il s’était donné le défi d’éviter le plus possible l’échantillonnage, Bueller a choisi ne pas se mettre de barrières pour MAGGIE(lost). Ainsi, les échantillons de soul côtoient les pistes organiques, notamment celles de lui et de son frère Thomas St-Hilaire (alias DMT) aux claviers. La basse de Maxime Castellon et les cuivres d’Elyze Venne-Deshaies et de Caro Dupont prennent également une place de choix, à l’image des nombreuses sessions de jam que la plupart de ces musiciens ont eues ensemble au studio Marsonic à Montréal. C’est en partie la même équipe à qui il il avait fait confiance pour le projet précédent en 2016. «Quand tu as un bon team, t’essaies de le garder. Les sessions sont toujours très dynamiques, super le fun. Souvent, on va prendre mes idées de base et mes maquettes, et les musiciens vont les enrichir. En tant que très grand fan de jazz, ça me plait d’entendre l’apport mélodique de tout le monde, notamment des horns. J’aime travailler en équipe et je trouve ça encore plus gratifiant qu’en solo.»

Côté vocal, le producteur n’est pas en reste non plus. Reprenant contact avec les chanteurs Thierry, un ami de longue date, et Sye, un chauffeur qu’il a rencontré à New York, il se joint également à la chanteuse Aïsha Francisque ainsi qu’aux rappeurs Mike Clay et KNLO, un autre ami d’antan avec qui il avait curieusement jamais collaboré officiellement.

Bref, plus de 10 ans après ses débuts sur la scène hip-hop d’ici, Bueller s’ouvre plus que jamais aux autres. Dans les prochaines années, il aimerait d’ailleurs tisser des liens artistiques solides avec un chanteur ou un rappeur à déterminer . «Je trouve ça nice que mon reach prenne de l’ampleur à chaque projet, mais ce que j’aimerais vraiment serait de produire et d’enregistrer un album complet avec un artiste.»

Et les rencontres pourraient s’avérer nombreuses/fructueuses dans les prochains mois pour le Montréalais, maintenant signé sous l’étiquette américaine Beat Cinema, basée à Los Angeles. Le directeur artistique de profession ne cultive toutefois pas d’ambitions démesurées. «Mon but, c’est vraiment que le plus de gens possibles écoutent ma musique. Je suis pas convaincu que je ferais une carrière à temps plein [avec la musique], car j’aime bien l’équilibre que j’ai actuellement avec mon travail. C’est sûr que j’aimerais parfois avoir un horaire plus léger, qui me permet d’aller produire lorsque j’ai un flash de beat, mais en même temps, j’aimerais pas du tout vivre une vie de tournée.»

Nouveautés d’envergure //

Encore trop méconnu sur la scène street rap montréalaise, l’unique Doni Na Ma revient avec ses paroles crues et son flow murmuré sur God Vybz, une deuxième mixtape qui laisse croître certains textes plus avisés.

Le producteur montréalais SLUMM! (alias slumgod) frappe fort avec cette nouvelle composition.

Le puissant tandem formé par le rappeur DeusGod et Austin J profite de la présence toujours mordante du grand Nate Husser sur le remix d’I’m Widdit.

Après avoir joint sa voix à celle de Marie-Gold cet hiver, Sarahmée propose un clip avec une autre rappeuse de calibre : Mcm.

Profitant d’un succès insoupçonné depuis la victoire d’Adamo à Occupation double, le duo Gros Big (complété par J7) se joint aux producteurs Pabst Is An Astronaut, Max Ruest et High Klassified sur Autre chose, pièce qui aborde les dessous de l’ambition et de la la célébrité.

Le jeune duo Jiu X Jei Knxw redéfinit sa proposition avec Vénus, pièce aux consonances emo trap.

Sur une lancée impressionnante depuis le début de l’année, Tizzo et Shreez y vont d’un clip rap classique et efficace pour Trip.

Enima est au sommet de sa forme sur cette collaboration avec le rappeur de Grenoble Tortoz.

Dans un style de mumble rap rappelant autant Lil Wayne que Migos, YLS et YZII lancent Joystick.

Le vétéran respecté Bilo Da Kid se joint au jeune Soubillz sur BLOW.

Souldia annonce la sortie de son prochain album Survivant, prévu pour le 26 octobre sous Explicit, avec WD40, courte chanson trap mise en images par une session de peinture du rappeur et graffeur Monk.E.

Pazoh reste dans les zones bien délimitées du trap avec 30-6.

LeMind fait un pas de géant avec Repeat, chanson funky lo-fi qui se retrouvera sur son prochain album BarzzZ.

Tout juste signé sous BBT Wreck-Hurdz, Jibré flirte avec le cloud rap sur Autour de moi, pièce produite par Jeune Skeez qui met la table pour l’album Triomphe & Tourments.

Le jeune Ahuntsicois Miles Barnes revendique l’arrêt du «copié-collé» sur ce freestyle.

Armé de son flow vigoureux, Lil Deezy présente un clip pour MAMASAID.

Olivier Orange pose ici sur une production mélancolique de Farfadet.

Le beatmaker montréalais KVNB refait surface avec N U A G E, nouvelle collection de beats instrumentaux menés par des mélodies jazzy et des rythmes vifs.

Le Montréalais Last Flight Out évolue avec brio sur filtered, troisième projet aux horizons trap planants.

Très prolifique depuis le début de l’année, TRBLMKR expérimente avec audace sur tom from myspace.

Le beatmaker lo-fi gatinois Krk y va d’un Premier Bruit Tape en solo après multiples explorations avec son camarade Antwnn.

3 shows à voir //

Mcm & Psycadelick au Festival en Août

Le couple rap Mcm et Psycadelick sera de passage à Chibougamau dans la nuit de jeudi à vendredi pour un spectacle présenté dans le cadre du Festival en août.

Scène Loto-Québec (Chibougamau), 2 août (23h59)

Official Osheaga After Party

La vedette locale High Klassified mettra le feu au plancher de danse du Belmont ce vendredi. Il sera accompagné du duo Voyage funktastique (Walla P et Dr. MaD) et de la DJ Tallandskinny.

Le Belmont (Montréal), 3 août (22h)

Extended Gentil Gang

La crème des gentils du rap montréalais se réunira le temps d’une soirée qui mettra en vedette ST X Liam, Catboot, Vendou, Kirouac et P.Dox.

Maison2109 (Montréal), 2 août (22h)

Les offres sur Boutique.Voir.ca

Obtenez de 25% à 40% de plus dans ces établissements!