Ne manquez rien avec l’infolettre.
«Mon entreprise ne vaut pas la perte d'une seule vie»
Musique

«Mon entreprise ne vaut pas la perte d’une seule vie»

On s’est entretenu avec Sergio Da Silva, l’un des propriétaires du bar Turbo Haüs, sur l’importance des petites salles de spectacles dans l’écosystème culturel. «Vous ne pouvez pas avoir des groupes comme Arcade Fire sans de petits endroits comme la Sala Rossa. C’est important.»

Pour cette nouvelle série, Voir s’entretient avec des acteurs du milieu culturel. Avec les interdictions de rassemblements, difficile de savoir de quelle façon pourra reprendre la vie culturelle. Ensemble, on examine la situation. 

Dans les prochaines semaines, le Turbo Haüs fêtera son 7e anniversaire. La salle de spectacle a connu plusieurs incarnations et occupé différentes adresses: d’espace de show DIY (et illégal) sur la rue Saint-Antoine, au deuxième étage d’un bar à vin dans Saint-Henri, à son emplacement actuel, dans le Quartier latin. 

Sergio Da Silva, l’un des propriétaires, ne se fait pas d’illusion: «Nous étions parmi les premiers à fermer, et nous serons les derniers à rouvrir.» La sécurité est la priorité pour lui, même si cela met en péril l’avenir du Turbo Haüs.

VOIR: Comment vois-tu un retour à la normale, avec la distanciation sociale qui doit rester?

Sergio Da Silva: Je ne vois pas comment il pourrait y avoir des spectacles avant qu’il y ait un vaccin. Au Nouveau-Brunswick, les bars resteront fermés jusqu’à ce qu’il y en ait un. Mais ailleurs, comme en Espagne, les spectacles de 50 personnes et moins seront permis à nouveau en mai. Chaque endroit va de l’avant selon ses choix. Montréal est une ville touristique, et c’est un secteur lucratif. Si le tourisme est arrêté jusqu’à ce qu’on trouve un vaccin, je ne vois pas comment les commerces pourront survivre. 

Et si tu penses rouvrir, il faut que ce soit sécuritaire pour les clients…

Exactement. Je crois que plusieurs seront d’accord: mon entreprise ne vaut pas la perte d’une seule vie. On ne peut pas mettre un prix sur la vie, et si je dois fermer définitivement, ce sera ainsi. Je ne peux pas imaginer être responsable de quelque façon que ce soit du décès d’une personne juste parce que je décide que mon entreprise est plus importante qu’une vie humaine. 

Quel serait le problème le plus urgent à résoudre ou du moins à aborder dans le futur?

Le plus urgent serait de voir: comment pourrai-je ouvrir et gagner assez d’argent pour payer mon loyer tout en respectant les décisions prises par les médecins? Si nous sommes autorisés à ouvrir cet été, je pense que les terrasses doivent être permises le plus rapidement possible, puisque les gens se sentent en sécurité à l’extérieur. 

Justement, avant la crise, il y avait des problèmes en culture. Ils ne vont pas disparaître miraculeusement.

C’est vrai. Il y a des choses qui doivent changer. Par exemple, les spectacles qui coûtent 5$: les gens doivent comprendre que ça coûte de l’argent de les organiser. Pour certaines personnes, c’est tellement ancré dans leur esprit que vous devriez pouvoir aller à un spectacle pour 5$ et payer une bière 4$. Cela ne reflète pas les coûts réels. C’est pourquoi les marges sont si minces. 

Les Montréalais sont fiers de vivre dans une ville culturelle. Et il n’y a pas que les festivals… 

Vous ne pouvez pas avoir des groupes comme Arcade Fire sans de petits endroits comme la Sala Rossa. C’est important. Si les petites salles de spectacles doivent fermer, les gens trouveront d’autres endroits pour jouer de la musique. Mais ce qui m’inquiète, c’est surtout que ces lieux de spectacles DIY sont de moins en moins sécuritaires. Je me souviens de ce qui s’est passé à Oakland il y a quelques années, où des gens sont décédés à cause d’un incendie dans un lieu DIY. Cela ne peut pas arriver. C’est pour ça les salles comme les nôtres existons, nous fournissons un endroit sécuritaire pour jouer. Si les petites salles de spectacles doivent fermer, et qu’il ne restera que les lieux DIY, je crains que des gens se blessent. 

Était-ce une de tes préoccupations dans une autre incarnation du Turbo Haüs? 

Oh, oui! Lorsque nous étions dans les espaces de pratique au 1180 Saint-Antoine, nous avons fait tout ce que nous pouvions pour le rendre aussi sécuritaire que possible, mais au final, nous étions au quatrième étage de ce qui était essentiellement un «jeu d’évasion». Nous avions loué la salle de l’autre côté du corridor pour que les gens puissent fumer à l’intérieur. Fuck, c’était tellement con! 

Quelle est la meilleure façon pour le public de soutenir des bars comme le tien? 

La meilleure chose qu’ils peuvent faire lorsqu’ils voient des bars comme nous qui vendent des objets, c’est de dépenser les 20 à 30 dollars qu’il faut pour acheter un t-shirt. Si vous êtes dans une situation financière difficile, une façon rapide, facile et gratuite d’aider est de partager sur les médias sociaux le fait que peut-être un endroit où vous aimez aller a besoin de soutien. Faites-le savoir aux gens. Et si le gouvernement interdit l’ouverture des bars jusqu’à novembre, on est tous foutus. Donc gardez l’œil ouvert pour ces petits endroits qui pourraient avoir besoin de votre aide. Et quand votre père ou votre oncle vous dit que vous auriez dû économiser pour les jours de pluie, donnez-leur un coup de pied au visage! 

 

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie