Ne manquez rien avec l’infolettre.
À voir dans les musées cet été
Arts visuels

À voir dans les musées cet été

De Mugler à Mirò : Voir vous propose sept expositions à ne pas manquer.

Du grand couturier français Thierry Mugler au peintre sénégalais Omar Ba, en passant par l’oeuvre monumentale de Joan Miró et l’atelier du designer de mode Jean-Claude Poitras, les musées québécois regorgent d’exhibitions inédites qui méritent qu’on s’y attarde. Voici sept expositions à ne pas manquer à l’approche de l’été.


Thierry Mugler : Couturissime
(Jusqu’au 8 septembre 2019 au mbam)

Couturier de renommée mondiale, metteur en scène, photographe, réalisateur et parfumeur, le créateur français Thierry Mugler est un excentrique aux multiples talents qui fait désormais l’objet d’une exposition conçue et produite par le Musée des beaux-arts de Montréal. Parmi ses plus grands faits d’armes, on compte la création des costumes de scène de La tragédie de Macbeth de William Shakespeare pour la Comédie-Française et de ceux du spectacle Zumanity du Cirque du Soleil. C’est sans compter ses collaborations avec David Bowie, Diana Ross, George Michael, Beyoncé, Lady Gaga, Céline Dion et Diane Dufresne, pour ne nommer que ceux-là. Thierry Mugler : Couturissime rassemble plus de 150 tenues réalisées par Mugler de 1977 à 2014 et qui n’ont, pour la plupart, jamais été exposées auparavant. Documents d’archives, croquis et photographies signées par les plus grands artistes de son temps — David LaChapelle, Dominique Issermann, Guy Boudin et Richard Avedon notamment — viennent complémenter l’expérience des visiteurs. À voir également: Montréal Couture, une exhibition présentée en marge de l’exposition principale, dont l’accès est inclus dans le prix du billet.

Patrice Stable, Emma Sjöberg lors du tournage du vidéoclip de la chanson « Too Funky » de George Michael, Paris, 1992, réalisé par George Michael et Thierry Mugler. Tenue : Thierry Mugler, collection Les Cow-boys, prêt-à-porter printemps-été 1992. Photo : © Patrice Stable.

Détails de l’exposition 


MirÓ à majorque. un esprit libre
(jusqu’au 8 septembre 2019 au mnbaq)

Après une attente de plus de 30 ans, voilà que le public québécois a de nouveau droit à une exposition qui se consacre à l’oeuvre du peintre catalan Joan Miró. Présentée en exclusivité nord-américaine au Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ), Miró à Majorque. Un esprit libre se penche sur une période précise de la carrière du peintre et sculpteur de réputation internationale, alors qu’il avait élu domicile sur l’île de Majorque. Plus de 200 œuvres réalisées entre 1956 et 1981 — peintures, sculptures et oeuvres sur papier — ont été colligées à partir des collections appartenant à la Fundació Pilar i Joan Miró a Mallorca et aux descendants de l’artiste. Considéré comme l’un des principaux représentants du mouvement surréaliste, Miró s’inspire de l’action painting américain pour offrir des créations modernes, colorées et tout simplement spectaculaires. Nul besoin de mentionner que cette exposition est un incontournable si vous passez par Québec cet été.

Joan Miró, Maquette pour Gaudí XII, vers 1975. Gouache, encre, crayon, pastel et collage sur papier, 31,3 x 19,7 cm. Don de Joan Barbarà et de la Successió Miró, 1998 Fundació Pilar i Joan Miró a Mallorca (FPJM-609) © Successió Miró / SOCAN, Montréal / ADAGP, Paris (2019)

À lire, notre article sur l’exposition : Joan Miró : dans l’atelier du peintre catalan

Détails de l’exposition


Omar Ba : Vision partagée
(jusqu’au 10 novembre 2019 au mbam)

La répartition des richesses, la quête de pouvoir, notre relation avec la nature ainsi que la crise de l’immigration sont des thèmes omniprésents dans les créations du peintre sénégalais Omar Ba, considéré comme l’un des artistes les plus influents de sa génération. Un survol de ses œuvres des dix dernières années aura permis la mise sur pied d’une première exposition monographique en sol canadien lui étant consacrée. L’artiste de 42 ans répète un procédé unique qui caractérise l’ensemble de son oeuvre: toute surface est couverte d’un fond noir, sur lequel il superpose un enchaînement de couleurs vibrantes et de compositions complexes inspirées de son Dakar natal et de sa Suisse d’adoption. Il multiplie également les techniques et les outils, alliant carton ondulé et peinture à main nue desquels émerge des personnages biomorphiques uniques ainsi qu’une faune et une flore luxuriantes. À noter que les visiteurs pourront observer en primeur une peinture grand format in situ, réalisée expressément pour le public montréalais.

Omar Ba (né en 1977), Promenade masquée 1, 2016, acrylique, gouache, huile et crayon sur toile. Collection JMD, Hong Kong. Image courtesy Galerie Templon, Paris-Bruxelles. Photo B. Huet / Tutti. © Omar Ba. Courtesy of the artist and Hales Gallery.

Détails de l’exposition


Le projet polaroid : Art et technologie
(Du 13 juin au 15 sept 2019 au musée mccord)

Cette exposition temporaire se veut une ode au Polaroid, cet appareil photographique à développement instantané inventé par Edwin Land en 1947. Malgré les difficultés encourues par l’entreprise due à la percée de la photographie numérique, le Polaroid demeure encore à ce jour un élément iconique de l’imaginaire collectif. Pour l’occasion, les œuvres originales d’une centaine d’artistes internationaux ainsi que les appareils ayant servi à leur conception seront exposés au Musée McCord. Il sera notamment possible d’admirer le travail de Bruce Charlesworth, Barbara Crane, Mark Klett, Victor Landweber, Ellen Carey et Guy Bourdain. De gros noms de l’industrie se sont unis pour que cette exposition voie le jour, dont le Westlich Museum for Photography de Vienne, le MIT Museum de Cambridge et The Foundation for the Exhibition of Photography de New York.

Barbara Crane, Private Views, 1981. © Barbara Crane

Détails de l’exposition


Jean-Claude Poitras – Mode et inspirations
(du 20 juin au 15 sept 2019 au MCQ)

Cette coproduction du Musée de la civilisation et du Musée McCord vous permettra de mieux comprendre le travail du designer Jean-Claude Poitras, figure emblématique de l’industrie de la mode depuis plus de 30 ans. L’exposition aborde les sources d’inspiration du créateur québécois à travers une quantité importante de vêtements, d’accessoires et d’archives dont il a fait don aux deux musées entre 2001 et 2017. Jean-Claude Poitras est bien connu du public grâce aux nombreuses conférences qu’il a données au fil des ans et en raison de ses chroniques mensuelles dans Le Devoir. Il a notamment habillé Robert Charlebois, Clémence Desrochers et Jean-Pierre Ferland, en plus d’être le styliste des animateurs de Radio-Canada lors des Jeux olympiques de Montréal à l’été 1976.

photo : Jérôme Bourque – Icône

Détails de l’exposition


Rebecca Belmore : Braver le monumental
(Du 20 juin au 6 octobre 2019 au mac)

L’artiste multidisciplinaire canadienne Rebecca Belmore aura droit à la plus grande exposition jamais présentée sur son oeuvre, un survol de son travail des 30 dernières années intitulé Braver le monumental. Cette production du Musée des beaux-arts de l’Ontario incorpore photographies et vidéos aux installations et sculptures de l’artiste d’origine autochtone qui est entre autres reconnue pour son art de performance. Tous les sujets méritent d’être abordés dans l’oeuvre contemporaine de Belmore: notre rapport au territoire, la situation des femmes ou bien le traitement des peuples autochtones. Plus précisément, son travail traite des crises et des conflits liés aux changements climatiques, à l’accès à l’eau, à l’utilisation des terres et aux problèmes d’itinérance, de migrations et de déplacements humains.

Rebecca Belmore, Tower, 2018. Paniers d’épicerie et argile 460 x 122 x 181 cm (approx.) Vue de l’installation au Musée des beaux-arts de l’Ontario. Achat, grâce au fonds de la Women’s Art Initiative et au AGO General Acquisitions Fund, 2019 © Rebecca Belmore Photo : Dean Tomlinson/Art Gallery of Ontario

Détails de l’exposition


Willy Verginer : Eyes Wide Shut
(jusqu’au 2 juillet 2019 à la Galerie LeRoyer)

Plongez dans l’univers de l’artiste italien Willy Verginer alors qu’il présente sa plus récente série de sculptures de bois hyperréalistes à la Galerie LeRoyer du Vieux-Montréal. Les questions écologiques et environnementales sont au cœur de l’oeuvre de Verginer, qui vit et travaille à Val Gardena dans le nord de l’Italie, vallée célèbre pour sa station de ski, son parc naturel et… ses sculptures sur bois. Pas étonnant, donc, de constater que ses sculptures grandeur nature abordent l’étroite relation qui unit l’homme et son environnement. Le bois de tilleul et la peinture acrylique sont ses deux armes favorites, lui qui conserve une application très linéaire et opaque de la couleur en laissant plus souvent qu’autrement une section de ses créations totalement intacte, nous permettant d’apprécier le bois blanc du tilleul. Son travail est également présenté au Musée d’Art Contemporain Mocak de Cracovie dans le cadre de l’exposition Nature in Art.

Détails de l’exposition