Rap local : Gros Big, le deuxième souffle tant attendu
Rap local

Rap local : Gros Big, le deuxième souffle tant attendu

Chaque semaine, cette chronique met en lumière l’oeuvre des rappeurs et des producteurs québécois les plus intéressants du moment. Au programme : entrevue, revue non-exhaustive des nouveautés de la semaine et aperçu des prochains spectacles à voir.

Entrevue //

Plus d’un an après la sortie d’une première mixtape, le duo Gros Big profite d’un second souffle bien mérité grâce à la victoire d’Adamo à Occupation double (OD).

Lorsqu’on les rejoint au téléphone, J7 et Adamo sont au volant d’un tout nouveau véhicule. «J’ai gagné quatre contrats de six mois de location à OD»,  nous apprend ce dernier, visiblement excité. «C’est insane, ça a pas rapport… Je passe d’un Dodge Caravan 2003 à un Jeep Wrangler de l’année!»

Ce nouveau moyen de locomotion arrive plutôt à point, car les prochaines semaines seront chargées en déplacement pour le duo, qui poursuit sa tournée panquébécoise dans le bas du Fleuve la fin de semaine prochaine. «On a tellement de demandes de shows, c’est rendu n’importe quoi. Ça fait tellement longtemps qu’on veut ça, donc pas le choix de se lancer tête première là-dedans. C’est cool de faire des sets de 50 minutes plutôt que de faire des premières parties de 20 minutes pis de se faire payer en bière», explique J7, en riant.

Les deux amis de longue date l’admettent sans détour : ce soudain engouement pour leur musique est essentiellement relié à la consécration surprise d’Adamo aux côtés d’Alexandra S. en finale de la populaire télé-réalité de V le mois dernier. «Si j’avais juste fait une apparition de trois semaines, ça aurait pas eu le même impact. Là, le monde se souvient d’Adamo comme du gagnant d’OD, donc ça joue en tabarouette sur notre popularité sur les réseaux sociaux», observe le principal intéressé.

Proclamant à répétition l’adage «Gros Big» à la télévision, comme s’il s’agissait d’un mantra, Adamo a inscrit l’expression dans la culture populaire québécoise. De son côté, J7 a développé des stratégies promotionnelles à l’aide du vidéaste, idéateur et photographe du duo, Domino Gray, afin de pouvoir surfer sur le succès de l’expression et faire découvrir aux néophytes la musique de Gros Big. «Domino a fait une grosse job visuelle, beaucoup de montages funny dans lesquels il pognait des bouts de l’émission et y ajoutait notre sauce humoristique. On faisait ce qu’on pouvait avec le buzz d’Adamo et, après coup, le monde découvrait notre page. Ensuite, on a eu pas mal de promo à OD+ en direct», explique J7, évoquant cette émission de coulisses d’Occupation double diffusée à MusiquePlus.

Dès le départ, le duo avait mis la table pour cette tactique promotionnelle en publiant le clip de La route est longue le 1er octobre, date de la diffusion du tapis rouge qui marquait l’entrée officielle d’Adamo dans l’aventure OD. «On a anticipé le fait qu’il allait être pris et on a tourné un clip avant qu’il parte. On a attendu la journée de son entrée pour sortir le clip, comme un stunt publicitaire pour Gros Big», poursuit J7.

Le clip de cette chanson intimiste, la plus personnelle de toute la mixtape lancée en novembre 2016, dépasse maintenant le cap des 500 000 visionnements. «C’est drôle parce que c’est la toune qui nous a pris le moins de temps à écrire. On a n’a pas mis d’énergie sur la technique et les rimes, on a juste voulu que ça soit vrai et honnête», estime J7.

«Surtout, elle reflète vraiment bien notre parcours», ajoute Adamo.

Originaires de la Rive-Sud de Montréal, les deux complices ont fait leurs premières armes sur la scène hip-hop québécoise au milieu de la décennie 2000, enchaînant les projets en solo, en groupe ou en collectif, avant de se faire remarquer dans le milieu du battle rap. En 2011, ils ont obtenu un certain succès avec le clip de Qu’est-ce que tu vas faire?, qui approche maintenant les 180 000 visionnements.  «C’est la seule toune qu’on avait faite juste les deux ensemble avant Gros Big. Pourtant, ça faisait vraiment longtemps qu’on travaillait ensemble…» indique J7, qui côtoyait Disaronno (l’ancien sobriquet d’Adamo) au sein du collectif Exceler, toujours actif à l’heure actuelle.

«On savait depuis toujours que ça marcherait, quelque chose entre nous deux, mais je pense qu’on dormait au gaz. Moi, je buvais trop comme un con… On faisait juste niaiser», admet Adamo.

C’est d’ailleurs dans cet esprit désinvolte que Gros Big a pris forme, quelque part en 2016. Durant un après-midi peu chargé mais visiblement alcoolisé, les deux amis ont tourné une vidéo satirique où ils se mettaient dans la peau de deux amateurs de Honda Civic monté. «On avait rien à faire. On était dehors à boire de la bière et on a commencé à faire une vidéo en disant  »GROS BIG » en niaisant. Finalement, on a eu pas mal de views, donc on a décidé d’appeler le groupe de même», se souvient J7.

Né du désir de «se faire du fun entre boys», le pendant musical de cette vidéo humoristique a pris forme sans trop de réflexion, au gré des rencontres entre les deux créateurs. «J’irais pas jusqu’à dire qu’on s’est pas forcés, mais disons qu’on n’a pas mis beaucoup de temps là-dessus», révèle Adamo, à propos de la mixtape homonyme du duo. «On s’attendait pas à ce que soit aussi gros.»

«Sincèrement, on peut faire mieux!» ajoute son collègue.

C’est ce que le duo tentera de prouver prochainement. En plus d’un EP solo d’Adamo, sur lequel il abordera notamment les jugements que les gens portent sur sa vie privée, le duo compte faire paraître un deuxième projet avant la fin de l’année. «Avec toutes les affaires qu’on s’apprête à vivre cette année, c’est sûr qu’on va avoir de l’inspiration», estime J7, qui a fait paraître le mini-album solo Deuxième souffle l’automne dernier. «Mais, pour l’instant, on veut vraiment se concentrer sur les shows. On n’avait jamais vraiment fait de pratique avant, mais à voir la réaction du public à Saint-Jérôme dernièrement, on peut dire que ça paie.»

En spectacle : le 2 février à La P’tite Grenouille (Rimouski), le 3 février au Super Bar (Rivière-du-Loup), le 2 mars à La P’tite Grenouille (Québec), le 3 mars à La P’tite Grenouille (Chicoutimi), le 9 mars à La P’tite Grenouille (Sherbrooke), le 10 mars au Minotaure (Gatineau)

Nouveautés d’envergure //

Toujours signé sous l’étiquette hip-hop lo-fi canadienne Inner Ocean Records, Kawfee propose l’admirable EP Some Other Time, Maybe.

Moitié du duo TWYN, le producteur Rousseau présente le deuxième volume de Plan, qui contient des explorations soul rap.

Rousseau est également derrière la musique de Mamamia, nouvel extrait du EP Cordalinge de L’Amalgame.

Deux collègues de Tour de Manège, Fruits et GrandHuit, se joignent au producteur Tibe pour un remix hip-house de France Gall.

Tibe collabore aussi au mixage et au mastering de cette nouvelle pièce house de son frère brtrnd, qui fera paraître son EP laundry room le 16 février prochain.

Après s’être illustré au sein des formations post-rock The Nostalgia Factory et hardcore punk Place d’Armes, le rappeur et producteur Lil Lonely dévoile un ingénieux et prometteur premier extrait homonyme en vue son premier EP solo à venir.

Plutôt inspiré, le chanteur, rappeur et producteur hip-hop expérimental T M Y J O emprunte différentes avenues sur cet EP initiatique, qui contient quelques trouvailles concluantes.

Deux mois après #EuroDysphoRia, YingYann revient avec le premier tome de Buranku Tape, un ramassis brut et parfois difficile à suivre de quelques-unes de ses récentes créations.

Le beatmaker d’adoption montréalaise Slumgod s’allie avec Nimbus2k sur la puissante Money on da Runaway.

Les Montréalais Mouki85 et Zycra arpentent une production trap simple avec tact.

Directement du quartier Chomedey à Laval, GoodZx envoie 45 Block.

Le vétéran Jai Nitai Lotus signe une composition psychédélique pour les deux jeunes rappeurs montréalais PPL et Khaleem.

Membre du 5sang14, l’artiste MB offre une pièce rap/R&B organique à propos d’une peine d’amour.

Prolifique ces jours-ci, Dice B présente un clip pour Alleluia ainsi qu’un remix de sa chanson D’où je viens, en collaboration avec Genie et Dostie.

Le duo vétéran rap montréalais Rainmen déçoit ses fans avec cette chanson bancale, en manque de peaufinage.

Le rappeur franco-australo-québécois Joji lance un clip pour Gānbēi, chanson de son projet Subiaco qui mélange influences trap et dance de la fin des années 1980.

Vétéran de Québec, P of Good Samaritans publie The Kid Was Already Insane, album solo qui inclut des collaborations avec Nazbrok et DJ Fade Wizard.

Avec un flow rapide et plein d’assurance, V-Shan se démarque au sein de la scène rap montréalaise.

Le site Montreality vise juste avec son top 10 des artistes hip-hop et R&B anglophones actuellement en vogue dans la métropole. On y retrouve notamment KGoon, Nate Husser, Speng Squire, CeasRock et Zeina.

3 shows à voir //

Cheat Code

Plusieurs jeunes producteurs de talent se rassemblent ce vendredi au Belmont : Tibe, DOJO!, jamvvis, foliage et fruits.

Le Belmont (Montréal), 2 février (22h)

Série Hochelaga

Les maîtres du post-rigodon Alaclair Ensemble se produiront en terres hochelagaises dans le cadre d’un spectacle intime à la Maison de la culture.

Maison de la culture Maisonneuve (Montréal), 3 février (20h)

Igloofest #7

Les Montréalais VNCE Carter, Lou Phelps et Nate Husser seront de cette septième soirée d’Igloofest, à l’instar de l’Américain DJ Esco (le DJ qui accompagne Future en tournée) et du producteur canadien Boi-1da (l’architecte du son de Drake).

Quai Jacques-Cartier (Montréal), 1er février (19h30)

Les offres sur Boutique.Voir.ca

Obtenez de 25% à 40% de plus dans ces établissements!