Claude Péloquin rend l'âme à 76 ans
Livres

Claude Péloquin rend l’âme à 76 ans

Le poète québécois, l’un des plus respectés et acclamés des 50 dernières années, n’est plus.

Souffrant d’un cancer généralisé, Claude Péloquin a rendu son dernier souffle dimanche soir aux soins palliatifs de l’hôpital Marie-Clarac, selon ce qu’a confirmé son agent de liaison René Corbeil au Devoir.

Né en 1942, l’artiste a marqué son époque, d’abord en publiant quelques recueils de poésie au milieu des années 1960 et, ensuite, en signant le texte d’une chanson emblématique de Robert Charlebois et Louise ForestierLindberg, pour laquelle il a obtenu le prix Félix-Leclerc en 1969.

En vedette durant la Nuit de la poésie du 27 mars 1970, évènement culturel fondamental de l’histoire du Québec, Péloquin a collaboré avec le musicien électronique Jean Sauvageau sur le disque culte Laissez-nous vous embrasser où vous avez mal en 1972. C’est également à lui qu’on le doit la phrase «Vous êtes pas écœurés de mourir bande de caves! C’est assez!», inscrite sur la murale du sculpteur Jordi Bonnet au Grand Théâtre de Québec.

Après avoir vécu dans les Bahamas durant la décennie suivante, il est revenu au Québec dans les années 1990, amorçant l’écriture d’«éloges poétiques» sur commande pour différentes compagnies. Plus récemment, en 2014, il avait défrayé la chronique en raison de ses propos controversés sur l’immigration à Radio-Canada, ce qui avait fait réagir notre ancien chroniqueur Joseph Elfassi.

Son dernier recueil, La valse fatale, est paru en 2017. Plus tôt ce mois-ci, il devait participer au spectacle soulignant les 70 ans de Lucien Francoeur, l’un de ses bons amis, mais sa présence avait finalement été annulée en raison de son hospitalisation.

Les offres sur Boutique.Voir.ca

Obtenez de 25% à 40% de plus dans ces établissements!