Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
Rap local : J.u.D., garder le contrôle
Musique

Rap local : J.u.D., garder le contrôle

Chaque semaine, cette chronique met en lumière l’oeuvre des rappeurs et des producteurs québécois les plus intéressants du moment. Au programme : entrevue, bons coups de la semaine et aperçu des prochains spectacles à voir.

Entrevue //

Après plusieurs remises en question, le producteur montréalais J.u.D. propose Forever Yours, un premier album au croisement du R&B, du trap et de l’électro.

VOIR : Cinq ans se sont écoulés depuis la sortie de ton dernier EP, l’excellent St. Flower. À l’aube de la sortie de ce nouveau projet, comment te sens-tu?

J.u.D. : Je suis excité, je suis tanné! (rires) J’ai hâte de passer à autre chose, mais surtout, j’ai hâte d’accoucher de ce bébé-là après toutes ces années.

Qu’est-ce qui explique cette longue gestation?

Ça a été plus compliqué. Recevoir les voix des collaborateurs, mixer l’album… Tout ça a été très long. Je n’ai pas non plus accès à des subventions, donc j’ai dû attendre d’avoir de l’argent pour tout faire ça. Je voulais aussi aller en studio avec des musiciens (Ragers) pour enregistrer guitares et voix. Ça donne un processus beaucoup plus long et complexe que de faire de la musique sur Ableton.

Essentiellement, tu cherchais à donner une dimension plus organique à ta signature musicale déjà bien étoffée?

Exactement. Ça ressemble à St. Flower, mais en plus travaillé. J’ai fait plus de composition plutôt que d’y aller uniquement avec des échantillons. Je voulais avoir le feel d’un vrai piano, donc je suis allé en studio et j’ai appris à jouer, en compagnie de Sarah MK. En général, je voulais un feel un peu plus humain.

Côté textes, l’album raconte une histoire d’amour. Peux-tu nous parler de la ligne directrice?

C’est une expérience sociale que j’ai faite il y a cinq ans, lorsque j’ai laissé ma copine pour trouver l’énergie nécessaire à la création de cet album. C’était vraiment fucked up! 

Quel était le but? Créer dans la douleur?

Ouais, c’est un peu malsain…. Aujourd’hui, j’essaierais de trouver d’autres moyens pour créer, mais dans ce temps-là, j’avais besoin de ça pour ressentir les émotions de ma musique, qui a toujours été très mélancolique. 

Qu’est-ce que ça t’a appris?

La patience. C’est pas parce que t’as une première idée que tu dois stick to it jusqu’à la fin. Tu dois avoir des plans B, C, D… jusqu’à Z. Ça s’applique autant pour la musique que dans la vie en général. Faut que tu saches laisser aller les choses des fois.

Comment as-tu transféré ces émotions très personnelles à tes nombreux collaborateurs?

Je leur ai fait un résumé de l’histoire et, pour chaque chanson, je leur ai donné une direction plus ou moins précise. Chaque personne a été super enthousiaste de travailler sur l’album. L’un des bons exemples, c’est Control avec Denitia. Je lui ai raconté le sentiment que j’avais vécu lorsque j’ai laissé mon ancienne copine, et elle est arrivée avec la phrase «Je peux pas garder le contrôle quand je suis autour de toi». C’était exactement ça!

Maintenant que la sortie de l’album est imminente, travailles-tu sur autre chose?

Je veux vraiment le sortir avant de penser à n’importe quoi d’autre. Je mets toute mon énergie là-dessus et sur le lancement.

Lancement de Forever Yours

Le 11 juillet (20h)
Le Belmont (Montréal) 


La nouvelle de la semaine //

OUMF, l’un des festivals les plus importants de la rentrée culturelle à Montréal, a dévoilé quelques noms en vue de sa programmation 2019. Du 5 au 7 septembre prochain, on pourra voir gratuitement dans le Quartier des spectacles des prestations de Brown Family, Kirouac & Kodakludo, L’Amalgame, O.G.B, Tyleen Johnson, Vendou et Of Course. Le reste de la programmation sera annoncé dans les prochaines semaines.


Le projet de la semaine //

Très talentueux mais encore trop méconnu, le producteur montréalais jåmvvis fait preuve d’une créativité assez impressionnante sur OWLTAPES OX1, un mini-album qu’il a créé en collaboration avec Blue November, rappeur originaire de la Floride. Ponctué d’interludes expérimentaux, cet EP marque par son approche jazzy minimaliste, qui va à merveille au flow posé du rappeur.

Mention au mélancolique Lost in Helladise de Gxlden Child, l’un des artistes montréalais qui maîtrise le mieux les codes du trap R&B, et au brûlant Canicule vol. 1 des inséparables Tizzo et Shreez, qui proposent une mouture tout aussi efficace de leur formule trap éprouvée aux puissants ad-libs.


La chanson de la semaine //

Sur Cinnamon Toast, deux de nos rappeurs anglophones les plus doués, Lou Phelps et Tony Stone, parcourent avec un flow décontracté la rythmique hip-hop soul vive et pétillante de Kaytranada.

Issu du quintette L’Amalgame, le rappeur et producteur Catboot s’imprègne avec élégance et désinvolture de cette composition de LiamLiamLiam.


L’instru de la semaine //

Le Montréalais Dear Lola surprend avec cette production jazzy lo-fi.


Le clip de la semaine //

Le réalisateur Noé Carillo livre de sublimes images pour Pou?quoi, nouveau single tiré du premier album du duo dope.gng.

Le rappeur, producteur et chanteur Gxlden Child signe lui-même la réalisation de son dernier clip Location, qui bénéficie d’un montage habile du vidéaste Fred Pelletier.


Les spectacles à voir //


Soirée Hip-Hop

Amen Deniro, Lewis Dice, Les Sumériens et Jeune Loup seront notamment de la partie dans le cadre de cette soirée organisée par le Festival d’été de Québec.

Le 9 juillet (19h)
Le D’Auteuil (Québec) 


Webster & 5 for Trio

Webster et les musiciens de 5 for Trio présenteront leur proposition rap jazz en plein air.

Le 10 juillet (19h)
Parc Claude-Jasmin (Boisbriand)


Lary Kidd

Sur le point de finaliser son deuxième album, Lary Kidd présentera un rare concert dans le cadre du Gib Fest.

Le 11 juillet (21h30)
Zone Nissan du Gib Fest (Sorel-Tracy)

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie