Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
Rap local : Miro, faire les bons choix
Musique

Rap local : Miro, faire les bons choix

Chaque semaine, cette chronique met en lumière l’oeuvre des rappeurs et des producteurs québécois les plus intéressants du moment. Au programme : entrevue, bons coups de la semaine et aperçu des prochains spectacles à voir.

Entrevue //

Le chanteur et producteur Miro lance En retard sur ma vie, un premier album qui s’inscrit dans les croisements actuels entre hip-hop et R&B.

Tu proposes ici ton premier projet solo, mais tu es loin d’en être à tes débuts en musique. Qu’est-ce qui a marqué ton parcours jusqu’à maintenant?

Je suis dans la musique depuis que je suis bébé. J’avais trois ans et demi et je pratiquais le violoncelle. Ensuite, j’ai fait partie d’un duo pop rock humoristique nommé Blé. On a fait deux albums et, après ça, j’ai eu besoin de m’exprimer autrement. Je voulais faire ma propre musique et, tranquillement, j’ai acquis la confiance nécessaire. J’ai appris à gérer la pression tout seul.

 Et pourquoi avoir choisi le hip-hop?

J’écoute du rap depuis que je suis tout jeune, notamment Eminem, Dr. Dre et Fort Minor, mais c’est vraiment dans les deux dernières années que j’ai vraiment commencé à m’intéresser à ce genre-là. Dans mon entourage, j’ai des amis beatmakers qui m’ont initié à ce monde-là, à toutes les techniques de production. Pour parfaire mes connaissances, j’ai regardé beaucoup de vidéos de la série Deconstructed, dans lesquels j’ai scruté track par track comment les producers construisaient leurs compositions. Je me suis rendu compte que je pouvais mélanger cet intérêt pour le beatmaking à mon côté mélodieux. Ça a été un travail de longue haleine.

As-tu ressenti de la pression en cours de route? J’imagine que le titre fait référence à ça…

Bonne question. J’ai 26 ans, mais j’ai commencé à travailler là-dessus à 24. Je voyais mes amis avec 1-2-3 enfants qui commençaient à se setter pendant que moi, je faisais des beats en fumant des battes chez nous. Est-ce que je suis en train de faire les bons choix? Est-ce que je suis en retard sur ma vie? Faire cet album-là, ça m’a aidé à faire le point, à tourner la page.

Certains t’ont connu comme comédien ou youtubeur. Tu abordes d’ailleurs la dépendance aux réseaux sociaux sur #validé. Que cherchais-tu à dire à ce sujet?

Dans le temps que j’étais avec Blé, j’étais vraiment intense sur les réseaux. Je trouvais ça cool comme moyen d’expression pour connecter avec les gens, mais ça m’amenait beaucoup de stress. Je me comparais sans cesse avec les autres, c’était pas 100% sain. Maintenant, j’ai un peu slaqué là-dessus. Je me sens déconnecté, et c’est tant mieux. Mais reste que je me sens assez proche de ce milieu-là pour pouvoir en parler avec recul.

Tu as eu l’aide de Pierre-Luc Rioux, un collaborateur de Loud, pour cet album. Quel a été son rôle?

Il a coréalisé l’album avec moi, mais je tenais à faire au moins 80% de la production tout seul, sans regard extérieur. Je voulais faire ça comme j’en avais envie, peut-être par manque de confiance, je sais pas, mais ce qui est sûr, c’est que mon expérience avec lui m’a donné envie de collaborer avec plein d’autres gens. Ça va être mon objectif pour le prochain album.

Tu travailles déjà là-dessus?

Ouais, j’ai commencé le deuxième projet et je veux sortir ça le plus vite possible. D’ici là, par contre, je mets mon énergie sur la promotion d’En retard sur ma vie. Je veux faire des clips et partir en tournée. C’est ça, ma priorité.


La nouvelle de la semaine //

La compétition sera intéressante à suivre au prochain GAMIQ (Gala de l’alternative musicale indépendante du Québec) en ce qui concerne le volet hip-hop. Côté EP, cinq excellents projets se disputent les honneurs, soit Maison d’Eman, EM0G0D de Jay Scøtt, Hôtel délices de LaF, Higher Self de Naya Ali et Misstape de Zach Zoya avec High Klassified. Côté albums, place à la diversité des genres avec Spirit Mode Vol. 1 de Kris the $pirit, Aux frontières du concret de L’Amalgame, Nul n’est roé en son royaume de Robert Nelson, l’album homonyme de Webster & 5 for Trio ainsi que Dieu est un Yankee de D-Track. Les résultats seront connus lors du gala du 24 novembre prochain, présenté au Café Campus, à Montréal.


Le projet de la semaine //

Voilà un projet inattendu qui fait du bien. Lancé jeudi dernier, Musée de la Gare Sessions est le fruit de la rencontre entre le journaliste/chroniqueur au VOIR/DJ/archéologue musical Félix B. Desfossés et le beatmaker rouyn-norandien Mr. Santé, qui signe ici son cinquième EP. Invités à prendre part à une session de création de beats devant public au Musée de la gare de Témiscamingue, les deux artistes ont fouillé dans une vaste collection de vinyles d’artistes de la région pour en ressortir des échantillons inusités, qui ont ensuite servi de matière première pour la création de beats. En résulte Musée de la Gare Sessions, une beat tape lo-fi concoctée avec ingéniosité.


La chanson de la semaine //

Retour en force pour Maybe Watson, qui s’apprête à lancer son deuxième album solo le 25 octobre prochain (soit plus de huit ans après la sortie de son mémorable prédécesseur). Toujours aussi audacieux dans ses constructions de rimes, le rappeur montréalais s’offre un flow classique, en phase avec l’esprit du rap new-yorkais des années 1990, sur Koga’s Trap, un brillant et étonnant premier extrait produit par Claude Bégin et Fruits.

Coup de cœur pour Dernier recours, la plus récente pièce de Sadik en duo avec le cinglant MikeZup. Les deux rappeurs y livrent des flows percutants et des textes intenses. 


L’instru de la semaine //

Atamone représente Montréal à merveille sur Bless Vol. 3, compilation de beats initiée par Inner Ocean Records, un label de Calgary. Le producteur (notamment connu comme membre du collectif franco-québécois Tour de Manège) y présente mylife, une instru tonifiante aux teintes soul.


Le clip de la semaine //

Carlos Guerra multiplie les projets avec brio dernièrement. Pour Every Day, nouvelle pièce très accrocheuse de Souldia et White-B, le Montréalais propose une réalisation hip-hop classique avec, en toile de fond, le village mohawk de Kanesatake.

Mention au plus récent clip de Phil Chagnon pour l’intéressante reprise de Femme Like U de Coeur de Pirate. On y voit l’autrice-compositrice-interprète dans une mise en scène colorée prenant place au Beach Club de Pointe-Calumet.


Les spectacles à voir //

Richard Richard – Lancement FRESH OUT

Le duo punk rap Richard Richard (formé des frères Mephisto et Lodgicko) présente les pièces de son premier album FRESH OUT.

Quai des brumes (Montréal)
11 octobre (20h)


High Klassified + Invité surprise

High Klassified sera entouré de Tommy Kruise, de Lou Fre$h et d’un invité surprise.

Bistro Patrizio & Co. (Québec)
11 octobre (23h)


L’Amalgame + Dope.gng.

Le quintette L’Amalgame s’amène à Saint-Hyacinthe avec le duo dope.gng.

Le Zaricot (Saint-Hyacinthe)
12 octobre (21h)

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie