Ne manquez rien avec l’infolettre.
King Krule est toujours aussi imprévisible
Musique

King Krule est toujours aussi imprévisible

King Krule, la coqueluche de l’indie britannique, sera de retour avec un troisième album le mois prochain.

Lancé aujourd’hui, le premier extrait (Don’t Let The Dragon) Draag On est une pièce blues jazzée aux lueurs ambiantes et à l’esthétique trip-hop minimaliste. Plus flegmatique que la grande majorité des pièces de The Ooz, son prédécent album paru en 2017, la chanson pourrait laisser présager une possible métamorphose musicale pour l’artiste originaire de Londres. Mais, connaissant la réputation de l’artiste (qui a toujours eu un faible pour l’exploration en tous genres, de l’indie rock au jazz en passant par le hip-hop), il semble un peu trop tôt pour tirer ce genre de conclusion.

Chose certaine, ce troisième album de Krule (si l’on fait fi du méconnu A New Place 2 Drown, publié sous son vrai nom Archy Marshall en 2015) se nomme Man Alive! et contiendra 14 pièces, dont certaines qu’on a pu entendre dans son court métrage Hey World! l’automne dernier. Écrit et composé en réaction à l’intensité de sa précédente tournée, cet album a d’abord fait figure de retour aux sources pour le musicien de 25 ans, qui est retourné s’inspirer dans un studio du quartier résidentiel Nunhead, d’où il est originaire.

Les premières chansons qu’il a créées (Draag On en fait partie) ont été imbibées de cette immersion, notamment constituée d’«alcoolisme et de dépression», des thèmes fondateurs de l’oeuvre de Krule. «Il n’y a vraiment rien d’autre à faire ici, surtout en hiver. Tout le monde que je connais a un travail, donc je passais mes journées à ne rien faire et j’allais au pub avec eux quand ils avaient fini de travailler. C’est devenu un peu habituel», raconte-t-il dans un communiqué de presse publié ce matin.

L’annonce de sa paternité est ensuite venue changer le cours des choses : «Pour être honnête, j’étais vraiment heureux de m’éloigner de tout cela pour pouvoir me concentrer sur des questions plus urgentes – comme garder un enfant en vie et tout ça», dit celui qui, en mars 2019, a pris quelques semaines de vacances avec sa famille avant de finaliser son album.

Autant inspiré par Flying Lotus que Daniel Johnston, King Krule a également écouté beaucoup de bossa nova et de musique argentine durant le processus de création de cet album. Le résultat final de cet amalgame pour le moins original pourra être entendu le 21 février prochain via Matador/True Panther. Un peu moins de deux mois plus tard (le 18 avril plus précisément), le musicien nous rendra visite au MTelus, à Montréal.

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie