Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
Quoi faire
Les coups de cœur de Namur au Centre Phi

Les coups de cœur de Namur au Centre Phi

La collaboration entre Phi et le chef de file mondial du cinéma francophone, le FIFF, se poursuit avec deux soirées 100% cinéphiles à ne pas manquer, les 23 et 30 septembre prochains.

Pour une deuxième année, le Centre Phi accueille le FIFF, événement de réputation internationale ayant pour mission le rayonnement d’un cinéma francophone multiple. Fier de nouer des liens privilégiés sur la scène culturelle internationale, Phi est également bien ancré dans la vie montréalaise, et souhaite continuer d’embrasser le caractère francophone de sa ville.  

La programmation
23 septembre, à 19h30 : Sauvage
30 septembre, à 19h30 : Soirée de courts métrages

Sauvage
Sélectionné par la cinéaste Audrey Nantel-Gagnon, membre du jury Émile-Cantillon, composé d’étudiants en cinéma, Sauvage a valu au réalisateur français Camille Vidal-Naquet le Bayard d’Or de la Meilleure première œuvre de fiction. Film cru et éprouvant réalisé avec une caméra à l’épaule qui lui donne un ton proche du documentaire, Sauvage raconte l’histoire de Léo, un travailleur du sexe incarné par Félix Maritaud (révélé récemment dans le film 120 battements par minute de Robin Campillo). À 22 ans, épris de liberté, Léo se vend dans la rue pour un peu d’argent bien qu’il soit «fait pour être aimé». Cette fiction plébiscitée par la critique baigne dans un climat oscillant entre la violence et la tendresse extrême. Son réalisateur, qui a travaillé comme bénévole dans une association venant en aide aux prostitués masculins autour de Paris, avoue son admiration pour le célèbre Sans toit ni loi d’Agnès Varda, dont on sent ici l’influence…

Soirée de courts métrages
Un must pour les passionnés de courts métrages, notre deuxième soirée FIFF X Phi offrira 1h30 de projections, le tout sélectionné par le réalisateur québécois François Jaros et la comédienne d’origine marocaine Nadia Kounda. Exploration narrative qui voyage de la France à la Belgique, et de la Roumanie au Québec, cette séance de courts promet de nous faire passer du rire à l’émoi – de la nouvelle paternité d’un papa junky dans Beautiful Loser du cinéaste Maxime Roy (prix spécial du jury court) à l’érotico-festivité du désir féminin mis en images dans Simbiosis Carnal, de la réalisatrice belge d’origine espagnole Rocio Álvarez.