Ne manquez rien avec l’infolettre.
Claudine Robillard : Ce n'est pas la destination qui compte
Scène

Claudine Robillard : Ce n’est pas la destination qui compte

On a tous des projets qu’on remet à plus tard et des ambitions qu’on freine. Inspirée par ses propres réalisations inachevées, Claudine Robillard sort les idées des fonds de tiroirs et souffle la poussière sur les vieux rêves pour les faire revivre sur scène.

«À la mi-trentaine, j’ai réalisé le lot de projets inachevés qui ponctuaient mon parcours et ça m’a un peu découragée. À l’âge où les athlètes prennent leur retraite, moi, j’ai un espèce d’anti-CV d’initiatives amorcées auxquelles j’ai cru, mais que je n’ai pas réussi à aboutir.» Une situation à laquelle plusieurs arrivent à s’identifier, peu importe leur parcours ou leur milieu de vie. Cours de piano, rénovations, voyages, écriture… il y avait là un fil conducteur qui pouvait mener à la concrétisation d’un spectacle plutôt atypique.

6_non-finito_c_jonathan-lorange_14
photo : Jonathan Lorange

La démarche de Claudine Robillard et de sa collègue Anne-Marie Guilmaine (responsable de la mise en scène) se trace au carrefour de la performance, du théâtre et de la sociologie. La recherche créative que mènent les deux femmes via leur compagnie Système Kangourou leur aura permis de développer une méthode de création caractéristique qui teinte leurs productions d’une humanité sincère. Sans texte dramatique, ce sont les individus qu’elles rencontrent qui inspirent le spectacle. «On rassemble des gens qui nous éblouissent, qui nous intéressent et qui ont un rapport particulier à la thématique choisie. Le texte s’écrit au fil des explorations. C’est une façon pour nous d’injecter du réel dans la pratique du théâtre», explique la directrice artistique.

Finir par (re)commencer

Par une série de récits intimes, non loin du théâtre documentaire, quatre non-acteurs habiteront la scène avec leurs histoires, leurs propres rêves à matérialiser sur scène. Dans une dimension poétique, Non Finito s’inspire donc de l’inachevé pour poser la question de l’impact qu’aurait le théâtre (et l’art en général) sur le réel, sur la manière que nous avons de vivre avec nos projets incomplets. Pour les artistes, la scène est un plateau où la magie opère, où tout devient possible. Les rêves d’enfants et les plans de carrière laissés derrière peuvent renaître, en direct, sous les yeux du public. Le temps d’une représentation, on fait semblant, pour vrai. Le spectateur n’est certes pas laissé de côté dans la réalisation de cet objectif. « Il y a un rapport très direct. On s’adresse à lui, et il y a très peu de dialogues. […] Si je me fie à la réception et à l’expérience que j’ai de l’intérieur, les gens finissent par se poser des questions et font la liste, eux aussi, de leurs projets inachevés.»

7_non-finito_c_jonathan-lorange_3
photo : Jonathan Lorange

Trouver son élan dans le contact humain provoqué par la performance scénique, par la diversité des histoires, des protagonistes et des enjeux qui construisent leur quotidien. C’est là l’objectif de Claudine et de son équipe. «C’est un spectacle où on n’aborde pas l’inachevé dans une perspective de regret. C’est un appel à la vie; à se questionner sur ce que l’on considère comme inachevé et qui nous ferait plaisir de pousser plus loin.» Chose certaine, qu’on arrive ou non à atteindre l’objectif fixé au départ, il faut se rappeler que ce n’est pas la destination qui compte, mais le chemin parcouru pour y arriver.»

Du 29 mai au 2 juin
aux Écuries
(Dans le cadre du FTA)

Du 5 au 7 juin
à la Caserne Dalhousie
(Dans le cadre du Carrefour international de théâtre de Québec)