Ne manquez rien avec l’infolettre.

1986 : Opération à coeur ouvert

En novembre 1986, le Groupe Sanguin faisait la une du Voir. Vingt ans plus tard, Marie-Lise Pilote, Dominique Lévesque et Dany Turcotte nous parlent de cette aventure. Souvenirs, souvenirs!

"Quand on a pris cette photo, on savait que c’était pour un journal tout nouveau, tout beau. C’était amusant de participer au début d’une aventure sans savoir ce que le Voir allait devenir demain", se souvient Dominique Lévesque. "Je crois que c’était l’idée d’Émile (Gaudreault) de faire la une d’un journal émergent, un peu intello, dédié à la culture…", ajoute-t-il. "Oui, enfin si on avait su dans quoi on s’embarquait à l’époque, on ne l’aurait pas fait!", rétorque en rigolant Dany Turcotte. Il y a vingt ans, le Voir publiait son premier numéro, avec en page couverture les visages de cinq jeunes comédiens venus du Lac Saint-Jean, plébiscités par la critique montréalaise, Le Groupe Sanguin.

A l’époque, dans un texte truffé de métaphores médicales, le journaliste Hugo Léger nous les présentait ainsi: "Dominique Lévesque, le leader spirituel du Groupe Sanguin, le prof de théâtre de Jonquière qui a plaqué correction et sécurité d’emploi pour la grande aventure des planches qui craquent, pionnier des ligues d’impro au Saguenay, spécialiste de la folie, c’est ce dévoreur de travail qui pond les idées directrices du groupe, […] Bernard Vandal, 22 ans, blond, la marionnette vivante, le naïf par profession, Emile Gaudreault, 22 ans, le costaud, le recycleur de gags, l’éternel inquiet, Marie-Lise Pilote, 22 ans, la plus comédienne du groupe, célèbre pour son personnage de jumelle, Dany Turcotte, 21 ans, le bébé du groupe, l’improvisateur au fort esprit d’observation."

Vingt ans plus tard, ils n’ont pas changé… ou à peine. Dominique Lévesque assure qu’il fait toujours "feu de tout bois", s’éclatant toujours en mille projets au rythme de ses idées et envies et nous promet, après plus de 2 000 spectacles au Québec et trois ans d’absence, un grand retour du tandem Lévesque-Turcotte en dessin animé. Son complice Dany Turcotte, fou du roi à l’émission Tout le monde en parle, gagne toujours sa vie grâce à ses talents d’improvisateur et ses répliques spontanées. Bernard Vandal, que nous n’avons pu rejoindre, poursuit son travail autour du théâtre de marionnettes en France et a récemment signé une adaptation du roman Pourquoi j’ai mangé mon père de Roy Lewis pour une compagnie de la région parisienne. Émile Gaudreault, après avoir travaillé à la conception et à la mise en scène de nombreux spectacles avec Richard Séguin, François Morency ou de son amie Marie-Lise Pilote, est désormais scénariste pour le cinéma (Nuit de Noces, Idole Instantanée, Mambo Italiano) et la télévision (Un gars, une fille, Le point J…ou Histoires de filles toujours avec Marie-Lise Pilote). Quant au "cinquième frère de la gang de gars", Marie-Lise Pilote, elle continue de nous faire rire sans relâche au théâtre, à la télévision ou au cinéma.

HISTOIRE DE FAMILLE

"C’est drôle de lire cet ancien article! On était pas mal catalogué! Mais c’est vrai que quand j’y repense mes shows ont toujours été plus théâtraux que ceux des autres membres du groupe", remarque-t-elle. Si par la suite, elle a fait la couverture du Voir en solo, elle garde un souvenir particulier de cette "première fois": "C’étaient nos débuts à nous aussi, on avait tout juste 20 ans… Votre journaliste parlait de mon personnage de jumelle…, ça évoque des souvenirs forts pour moi. C’était mon premier monologue à sortir du Lac Saint-Jean. Pour me rendre jusqu’à la salle de spectacle à Montréal, il fallait faire des pieds et des mains pour trouver un lift, car je n’avais pas assez d’argent pour payer le bus!", se souvient-elle.

"Ça m’a quand même fait un choc de revoir cette photo! C’est difficile de se voir jeune…, c’est comme si on voyait défiler 20 ans de vie devant soi…; heureusement, grâce au bandeau, on ne me voit pas trop!", s’amuse Dany Turcotte. "Il n’y a pas si longtemps, Marie-Lise nous a invités à souper, Dominique, Émile et moi…; cela faisait des années qu’on ne s’était pas retrouvés tous les quatre. On ne s’arrêtait plus de parler, comme des mononcles et des matantes qui se retrouvent à un party de famille!"

"C’est une petite fleur d’avoir été les premiers à faire la une du journal Voir. C’est un journal que je lis régulièrement, même si vous avez souvent écrit des choses dures sur nos spectacles… Mais à une époque où tout le monde passe son temps à s’autocongratuler, c’est bien de pouvoir lire des critiques pures et honnêtes", remarque Dominique Lévesque. "Ouais, vous êtes une bande de snobs de mauvaise foi qui pensez que si un spectacle est populaire, c’est qu’il est forcément mauvais et je vous haïs tous, mais bon anniversaire quand même!", lance Dany Turcotte. (Mathilde Singer)

PENDANT CE TEMPS-LÀ…

Année explosive. Le 28 janvier, la navette Challenger part en fumée. Le 26 avril, le réacteur nº 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl explose. Le 24 mai, Montréal éclate de joie: le Canadien remporte la coupe Stanley. Des manifestants trop contents en profitent pour détruire les commerces de la rue Sainte-Catherine. (S. Proulx)

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie