Ne manquez rien avec l’infolettre.

1988

CLAUDE DUBOIS

Pour pouvoir être un anarchiste

Qui ose encore écrire le malaise de vivre, ici, à part Francoeur et Dubois? Qui ose encore dénoncer de cette manière virulente? Le pas n’a toujours pas été fait, et tous ont quitté le bateau des combattants. Il est désormais plus rentable de parler d’amour et d’une plausible bombe atomique que de décrire le réel. Un réel fait d’amertume, de coups de couteau dans le dos et dans l’eau. La cible, elle, est toujours intacte, et les efforts, dispersés. Le ciment social, selon Dubois, se dilue dangereusement. "Le problème, c’est qu’il n’y a plus de complicité possible. Avant, quand une place était fermée depuis 5 minutes et que tu te cognais le nez à la porte, tu pouvais faire un deal avec le gars. S’il te donnait un break, tu lui laissais un bon pourboire ou tu lui renvoyais l’ascenseur. Ça faisait partie de la vie de tous les jours, surtout au Québec. Maintenant, on assiste à la fin de ça, la complicité sociale où tout le monde se donnait des breaks, criss. Ça dépassait la job!" (Laurent Saulnier)

DING ET DONG

Le son des cloches

photo: Louise Oligny

Ding et Dong ont du Pétro-Canada dans le nez: ils nous appartiennent. Comme Charles et Lady Di pour les anglais et comme la tourtière pour les habitants du Lac-Saint-Jean. On retrouve en eux quelque chose de folkloriquement palpable qui nous est propre.

"S’il y a quelque chose qui me tanne ben gros, c’est quand les gens disent que Ding et Dong sont des maudits épais", explique Meunier. "Ding et Dong sont avant tout des winners. Des gars qui sont prêts à faire n’importe quoi pour s’en sortir et pas perdre la face." (René Brisebois)

DANIEL LAVOIE

Maître d’oeuvre

photo: Louise Oligny

Sensible aux tensions sournoises et dangereuses, celles qui se déguisent en passions pour mieux vous dévorer, Daniel Lavoie n’a qu’un seul but: contourner les obstacles et tracer un sentier qui lui permettra de se sentir bien. "Je ne suis pas dupe. Je sais que tout, dans ce métier, est fabriqué de toutes pièces. L’important est de rester fidèle à ses valeurs, et de n’avoir qu’une parole" (Richard Martineau)

PENDANT CE TEMPS-LÀ…

George Bush est à la Maison Blanche. Une armée (les Casques bleus) remporte le prix Nobel de la paix. Le Sida a droit à sa première conférence mondiale. Le sprinter canadien Ben Johnson passe de héros à zéro. Le 26 septembre, il bat le record du 100 mètres aux Jeux de Séoul. Deux jours plus tard, il est disqualifié pour dopage. (S. Proulx)

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie