Mauricie: Trou du diable
Portraits du Québec 2017

Mauricie: Trou du diable

Faisant partie de la toute première vague de microbrasseurs québécois, le Trou du diable est aujourd’hui reconnu comme l’un des meilleurs fabricants de bières artisanales. Mais au-delà de leur amour du houblon et du malt, ses fondateurs ont un désir profond de redonner à leur région son lustre d’antan. 

Revitalisant houblonné

«Ce qui attache quelqu’un à une région, à mon avis, c’est d’abord les gens… mais aussi sa géographie et son histoire.» Isaac Tremblay, président et directeur du développement des affaires du Trou du diable, porte son Shawinigan natal très près du cœur. «Même notre nom vient de la géographie de la région. La rivière Saint-Maurice est coupée en deux par une île, et quand les deux courants se rejoignent, ça crée une espèce de gros bouillon, qui s’appelle le Trou du diable.» Bien que lui et ses compères n’aient pas toujours habité la ville, ils y sont tous revenus sans même s’en parler au préalable. Quand ils se sont rendu compte qu’ils y étaient tous, ils ont fondé ce qui allait devenir l’une des plus importantes microbrasseries au Québec. Mais le Trou du diable a également participé à une revitalisation importante de la ville, qui faisait pitié à voir il y a 12 ans.

Microbrasserie Le Trou du diable, photo : Clément Villemont
Microbrasserie Le Trou du diable, photo : Clément Villemont

«Quand on a parti ça, on était pas des tonnes de petits brasseurs au Québec, alors c’est sûr que ç’a attiré l’attention pas mal. Mais, surtout, je pense qu’on a aidé à la nouvelle vie de Shawinigan. C’est une ville avec énormément d’histoire, la première à être électrifiée au Québec, une des plus industrialisées au début des années 1900… Mais les vieilles usines, avec le syndicalisme, quand elles ont été délaissées, ç’a donné un coup de mort à la ville.» Isaac se rappelle que lorsqu’il était jeune, les fumées des usines de Shawinigan rendaient l’air lourd. Quand elles se sont vidées, les emplois sont partis du même coup, amenant la ville au bord du gouffre économique. Mais depuis, la qualité de vie est revenue et de plus en plus de commerces emboîtent le pas à la microbrasserie iconique. «J’ai grandi dans la boucane et la pitoune partout sur la rivière, mais aujourd’hui, on a de l’air qui se respire et une des plus belles rivières au Québec. C’est vraiment une deuxième vie pour Shawinigan.»

Musée Boréalis, photo : Michel Julien
Musée Boréalis, photo : Michel Julien

L’équipe du Trou du diable ne s’investit pas seulement dans sa communauté en brassant des bières succulentes. En plus d’offrir aux résidents l’accès à des concerts de qualité avec son fameux Salon Wabasso, l’équipe s’implique dans la Série du diable (une suite de courses organisée tout au long de l’été), aide les équipes sportives locales et s’investit dans le plus d’événements culturels possible. Mais ce n’est pas tout: «Du côté communautaire, on s’implique dans les paniers de Noël du Centre Roland-Bertrand. On organise un encan qui est aussi un souper de côtes levées où on amasse des fonds pour les paniers, qui sont remis aux gens moins aisés par le Centre durant le temps des fêtes. Au début, c’était tout petit, on a ramassé peut-être 1000$. Mais cette année, écoute, on a rempli la grosse salle, y a du monde qui donnait des manteaux de fourrure, ça avait pas de bon sens. On est rendus qu’on réussit à atteindre environ 20 000$ par année. Pis ça, c’est vraiment important pour nous, de pouvoir aider dans la communauté où on a grandi.»

 

Les choix de la rédac

Incontournable des amoureux de musique émergente et de plaisirs houblonnés, le Zénob est l’endroit de choix pour découvrir de nouveaux groupes et ne pas se coucher avant les petites heures.

171, rue Bonaventure, Trois-Rivières, cafebarzenob.com

Pour accompagner un repas du terroir, rien de mieux qu’un vin local du Vignoble Domaine Beauchemin. Ce domaine familial propose des crus d’ici, en blanc ou en rouge, à moins de 20$ et qui sont produits tout en respectant l’environnement.

380, rue Gérin-Lajoie, Yamachiche, vignobledomainebeauchemin.ca

Pour les amateurs de la pêche en pleine nature, les pourvoiries de la Haute-Mauricie sont toutes indiquées pour aller se perdre dans le bois et taquiner le doré. De nombreux chalets sont offerts en location.

naturemauricie.com

En Mauricie selon Isaac…

 
Un événement culturel à ne pas manquer?

La Soirée des Brasseurs (12 août), pour la bière et la fête! «C’est un méchant party! On présente des shows, y a des brasseries de partout au Québec et même d’ailleurs dans le monde qui viennent fêter, tout le kit! C’est LE party à ne pas manquer dans le coin.»

Carré Willow, Shawinigan, soireedesbrasseurs.com

 
Où aller pour profiter de la nature?

Le parc des Chutes Shawinigan (parc de l’île Melville). «Je te dirais que ça vaut vraiment la peine d’aller voir le Trou du diable! Y a plein d’activités à faire, mais particulièrement d’aller voir ce phénomène-là, c’est impressionnant. C’est au printemps que c’est le plus fou, à la crue des eaux.»

1900, avenue Melville, Shawinigan, ilemelville.com

 
Un endroit incontournable à visiter?

L’église Notre-Dame-de-la-Présentation, où l’on peut observer les œuvres d’Ozias Leduc. «C’est sûr que c’est pas hyper excitant d’aller dans une église, mais ça reste une de mes places préférées. C’est très recueillant, et il y a une murale absolument magnifique.»

825, avenue Ozias-Leduc, Shawinigan, oziasleducenmauricie.com

Les offres sur Boutique.Voir.ca

Obtenez de 25% à 40% de plus dans ces établissements!