Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
Vie

Photographier l’automne : Prendre le portrait de l'automne

Le paysage change un peu plus chaque jour. Avant que le sol ne soit recouvert de son blanc manteau, c’est le moment de profiter du décor bucolique pour photographier l’automne.

Sophie Samson l’admet d’emblée: "L’automne, c’est la plus belle saison pour faire des photos, la lumière est magnifique et la température, un peu plus fraîche. On met sa doudoune, on est confortable et on va dehors." La photographe spécialisée en portraits pour les magazines et journaux reconnaît que les photos hors des studios représentent le plus beau défi. "Je me laisse inspirer par l’endroit où je suis. Pour illustrer le film Survivre au progrès, nous sommes allés sur le toit d’un immeuble au coeur du centre-ville. On sentait la ville qui fourmillait derrière le réalisateur Mathieu Roy avec des bâtisses de toutes les époques."

Automne 101

Sophie Samson encourage fortement les apprentis photographes à explorer la saison automnale armés de leur appareil. Avec l’arrivée du numérique, la technique a été facilitée, mais nécessite encore plus d’originalité. "Auparavant, j’aurais donné mille trucs techniques. Maintenant, je pense qu’une bonne photo se résume à trois choses: être à l’affût de la bonne lumière, au bon endroit, avec un bon sujet."

Si elle avoue ne pas être trop Vieux-Montréal dans sa recherche de lieux, Sophie Samson précise qu’il est difficile d’établir une liste des meilleurs endroits pour prendre une photo infaillible. "Il faut penser à changer d’angle. Aller vers d’autres quartiers comme Parc-Extension ou opter pour le parc Jarry et ses joueurs de cricket plutôt que le classique parc La Fontaine."

"Pour les amateurs d’architecture, l’automne est une très bonne saison avec sa lumière jaune-orangée. En fin de journée, c’est encore plus intéressant pour ce qui est des volumes et des ombres." Le piège d’une photo prise en novembre, c’est la course contre la montre. Les périodes d’ensoleillement sont de plus en plus courtes, il faut donc garder en tête que passé 16h, le temps presse!

Et la techno?

Initiée à la photographie avec un vieil appareil Canon ayant appartenu à sa mère – "À 17 ans, je prenais des photos au Sommet des Amériques et je me sentais comme une photographe de guerre!" -, Sophie Samson avoue avoir quelques réticences devant la prise de photos par cellulaire. "Je trouve qu’il y a parfois une surutilisation des procédés croisés, comme Instagram, par exemple. Je prenais trois heures en laboratoire avant pour obtenir le même résultat. Aujourd’hui, toute la chimie a été remplacée par des applications pour téléphones intelligents."

Elle concède toutefois quelques points positifs à l’apparition de bons appareils photo sur les cellulaires. "Je pense que ça développe l’attention des utilisateurs. En se rendant au boulot, ils sont plus sensibles à la beauté de leur environnement et prennent des photos qu’ils n’auraient pas prises avec un appareil conventionnel."

Quelques endroits pour suivre des cours de photo /

Entre quatre yeux: 4272, rue Marquette, Montréal, 514 567-3225, www.entrequatreyeux.com

Photo service: 222, rue Notre-Dame Ouest, Montréal, 514 849-2291, www.photoservice.ca

Ateliers Lozeau: 6229, rue Saint-Hubert, Montréal, 514 274-6577, www.lozeau.com

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie