Aéroport de Montréal: la grande séduction
Vie

Aéroport de Montréal: la grande séduction

Considéré pendant des années comme assez impersonnel, l’aéroport Montréal-Trudeau s’est doté d’une nouvelle aile commerciale qui a pour objectif de changer l’expérience des voyageurs.

Aéroport. L’évocation de ce mot résonne comme une douce musique pour certains, qui pensent au voyage, à l’aventure ou aux vacances qui y sont associés. D’autres, par contre, voient dans l’aéroport une source de stress. Faire la queue pour s’enregistrer, se faire fouiller aux douanes, arriver à temps à son terminal (lequel, déjà?), attendre pendant des heures sans pouvoir trouver d’activités intéressantes… la liste des irritants est longue. L’expérience aéroportuaire est cependant différente d’un endroit à l’autre. Effectivement, le terminal Paris-Charles-de-Gaulle est aussi dénué d’intérêt que l’aéroport d’Abu Dhabi, clinquant et débordant de boutiques.

Un design qui guide les voyageurs

Jusqu’à tout récemment, l’aéroport Montréal-Trudeau (admtl.com) ne faisait figure ni de bon ni de mauvais élève. Neutre et efficace, mais sans caractéristiques attirantes, on s’y rendait avant tout dans un but pratico-pratique. Une image que la direction a souhaité changer, comme le souligne le président-directeur général d’Aéroports de Montréal, M. James Cherry: «Les boutiques et les restaurants font désormais partie intégrante de l’expérience aéroportuaire et du plaisir du voyage, et les aéroports cherchent à se démarquer. À Montréal-Trudeau, nous avons fait le choix d’offrir à nos passagers une expérience locale et unique à la saveur de Montréal et du Québec, plutôt qu’une expérience plus générique.»

Dans cette optique, on a radicalement transformé la zone internationale. «Notre concept a deux niveaux, explique Stéphanie Cardinal, présidente du bureau d’architecte Huma Design, qui a dirigé ce projet. D’une part, celui du voyage et de la mémoire (quels souvenirs ramène-t-on de ce pays?) et d’autre part, celui de promouvoir notre culture, notre identité.» Il fallait également penser à sécuriser les voyageurs, leur permettre de déstresser. «Nous avons donc misé sur une matérialité forte pour établir une frontière claire entre la porte d’accès et la jetée internationale, mais aussi entre les différentes sections de cette dernière.» Sans changer l’enveloppe de verre et d’acier, on a opté pour un contraste de couleurs. Le plancher est devenu noir et blanc, le blanc servant de fil blanc pour guider les voyageurs, et des meubles signalétiques, une fois encore noirs, comme des points de repère informatifs (horaires des vols, promotions, informations pratiques). «Cette installation a pour but de guider le voyageur d’un bout à l’autre de la jetée. Il est tout d’abord accueilli avec des informations, puis invité à découvrir les duty free et boutiques utilitaires, avant d’arriver dans la section alimentaire, elle-même marquée par un entre-plafond en bois pour la distinguer.»

Nouveaux commerces made in Québec

Si le résultat de cet exercice architectural à la fois élégant et accessible est convaincant, le choix des commerces qui habitent désormais la jetée internationale l’est tout autant. Il faut dire que l’offre en terme d’alimentation et de souvenirs dans l’aéroport Montréal-Trudeau, longtemps critiquée, a été elle aussi été revue avec l’arrivée de nouveaux joueurs québécois comme le Cirque du Soleil (sa toute première boutique permanente), la griffe de mode Tristan, ou encore le restaurant portugais Vasco de Gama, dernier né de Carlos Ferreira (Ferreira Café).

«Ce développement était une opportunité d’affaires à ne pas manquer, admet M. Nolin, copropriétaire d’Archibald (archibaldmicrobrasserie.ca), un concept de microbrasserie et de restaurant originaire de la grande région de Québec.» Qu’apporte-t-il  concrètement à l’aéroport Montréal-Trudeau, en dehors d’un décor superbe évoquant les shaks traditionnels québécois? «Des bières reconnaissables, car elles sont vendues dans plus de 1000 points; une nourriture de qualité inspirée de nos racines et modernisée; et une large clientèle composée d’étudiants comme de médecins. Nous proposons d’ailleurs des bouteilles de vin à 30 dollars comme du champagne Cristal à 400 dollars. Cette diversité fait notre force à l’aéroport.»

Symboles québécois en lumière

En accord avec la réputation bien établie de Montréal comme métropole gastronomique, l’offre alimentaire compte aussi de nouveaux venus plus attirants que du poulet Saint-Hubert ou un hamburger. Sushi Shop, Jugo Juice, ainsi que Vino Volo, un bar à vins et tapas, devraient ainsi attirer les visiteurs.

N’oublions cependant pas le symbole par excellence du Québec, à savoir l’érable. Ce dernier est représenté sur place par Les délices de l’érable (mapledelights.com), vitrine de la coopérative Citadelle, elle-même fondée en 1925 (donc, bien avant le commerce équitable) par des acériculteurs québécois désirant un juste prix pour leur production, et qui aujourd’hui exporte ses produits dans 48 pays. Ce fleuron québécois n’en est pas à sa première implication dans l’aéroport Montréal-Trudeau, aussi peut-il témoigner de l’évolution que cet endroit, d’une part, et sa clientèle, d’autre part, ont réalisée. «En 2005, quand nous sommes arrivés, nous vendions à 80% du sirop d’érable, ainsi que quelques autres produits comme du sucre d’érable et des biscuits à l’érable, relate Alain Bergeron, gérant de la boutique du groupe dans le Vieux-Port de Montréal. Mais nous avons depuis beaucoup étoffé la gamme de nos produits. Nous avons par exemple des produits gourmets comme des vinaigrettes, des moutardes, des épices et des fleurs de sel à l’érable. Nous avons aussi une gamme de soins corporels à l’érable exclusive que nous avons développée: Samara de Acero.» Les produits chouchou en boutique? La tire d’érable, le caviar (perles) d’érable, le siropier (un vinier de sirop d’érable) et les gelati sucrés à l’érable (testés et approuvés par notre équipe). Ainsi que le tout nouveau smart sac de sirop, beaucoup plus léger et malléable que la «cacanne» à laquelle nous sommes habitués. Mais aussi des produits à base de mélange érable-miel ou érable-canneberges, ainsi qu’une offre de repas au petit-déjeuner et au déjeuner. Une bonne manière de faire le plein d’érable avant de prendre l’avion, tout en faisant un dernier clin d’œil à la sculpture d’orignal réalisée par Mathieu Isabelle… le sourire aux lèvres.

Les offres sur Boutique.Voir.ca

Obtenez de 25% à 40% de plus dans ces établissements!