Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
Vie

Festival Omnivore : Faites place au Montréal Plaza

Charles-Antoine Crête nous fait faire le tour de son nouveau resto, le Montréal Plaza, qui sera officiellement inauguré le 23 août dans le cadre du festival Omnivore. 

La quatrième édition montréalaise d’Omnivore World Tour, festival international de cuisine dite jeune, aura lieu du 20 au 24 août. Rendez-vous incontournable pour la relève de chefs, pâtissiers, barmans et brasseurs, l’événement parcourt le monde entier à longueur d’année, posant ses bagages dans les villes aux tables les plus bouillonnantes.

Mais c’est une relation toute spéciale qu’Omnivore entretient avec la ville aux cent clochers. «Plus qu’ailleurs dans le monde, Omnivore et Montréal sont en amour. La rencontre d’un festival et d’une ville, des liens presque intimes qui se nouent depuis près de cinq ans, la première fois où l’équipe a débarqué de Pierre Elliott Trudeau, sans trop savoir à quoi s’attendre. Depuis, des personnages se sont dessinés, des relations fortes se sont nouées», résume son fondateur Luc Dubanchet.

Parmi les démos culinaires, soupers et soirées festives au menu, un événement se retrouve sur toutes les lèvres: le 23 août prochain, le restaurant du chef Charles-Antoine Crête et de sa complice et associée Cheryl Johnson, le Montréal Plaza, sera enfin dévoilé lors d’un «Maudit Souper» où ils recevront Normand Laprise et leur ancienne famille du Toqué! pour la toute première fois; des retrouvailles qui s’annoncent tant émouvantes qu’appétissantes.

Enfant terrible du monde de la restauration – il s’est après tout jadis fait mettre à la porte de l’ITHQ – Charles-Antoine s’est fait découvrir au Toqué! où il a su rester plus ou moins en place durant 14 ans. Depuis l’annonce de son départ du nid à la fin de l’année 2013, on l’a vu cuisiner en zones de conflit dans l’émission de TV5 «À table avec l’ennemi», participer à l’ouverture du resto-bar Le Majestique à titre de consultant, puis se tourner, enfin, vers le rêve longtemps caressé avec Cheryl d’ouvrir leur propre établissement.

 

La grande famille du Montréal Plaza
Photo: Antoine Bordeleau

 

D’après le tour qu’il nous en a fait faire, ce dernier rappelle un peu un cabinet de curiosités grandeur nature; un espace décalé et fascinant, à l’image de son propriétaire. Premier arrêt: son bureau, le premier de sa vie, se plaît-il à préciser. Mais n’allez pas l’imaginer, monastique, croulant sous une montagne de paperasse; la pièce constituant plus un endroit isolé pour se recueillir (lire: regarder le hockey) et se retrouver entre amis loin du brouhaha du resto. En guise de bureau, la table à dîner familiale qui a l’a vu grandir, lui, et ses trois frères et sœurs. On y voit encore les griffonnages que le petit Charles-Antoine se plaisiait à graver en faisant ses devoirs.

Ce vestige n’est pas le seul héritage de son enfance à SaintAugustin de Mirabel. Le Montréal Plaza étant plus ou moins une reproduction de la maison de ses parents. C’est au designer Zébulon Perron (à qui on doit aussi les cadres iconiques de la Buvette chez Simone, du Philémon et du Furco, entre autres) que Charles-Antoine a choisi de confier cet intime défi. Les deux hommes se sont rendus jusqu’à la source, dans la maison de Saint-Augustin, pour s’imprégner de l’esprit de cette famille de bons vivants où l’on est accueilli avec un verre de vin avant même d’avoir franchi le seuil de la porte.

Deuxième arrêt: une serre d’orchidées en hommage à sa mère qui les affectionne particulièrement. Mais on n’y trouvera pas que lesdites fleurs, car c’est aussi ici que fermenteront les sauces piquantes concoctées par son grand ami Guillaume Sylvestre (réalisateur du documentaire «Durs à cuire», notamment) pour le restaurant. Une salle à orchidées et chipotle, donc. Rien de plus normal lorsqu’on s’est habitué à l’esprit déjanté de Crête. L’espace suivant sera quant à lui dédié aux horloges antiques, que son père collectionne. À ses pieds, un jardin de cactus miniatures, créant ainsi une autre colocation improbable.

Sis dans une ancienne cage à ascenseur, le cellier accueillera les bouteilles soigneusement sélectionnées par Samuel Chevalier-Savaria, ancien sommelier au Toqué!. On y trouvera également quelques magnums de la Cuvée des Pas Bons, produite spécialement pour Charles-Antoine par son ami Luc Baudet, vigneron à Château Mas Neuf, en France. Ça promet! Séparant le cellier de la salle: le loft de Ritalin, son célèbre ourson en peluche, dont le décor évoluera au gré des saisons, nous apprend-il. Un exemple parfait de cette délicieuse folie qu’on lui connaît.

Mais derrière le coloré personnage existe aussi une formalité bien présente et assumée; il a, après tout, fait ses classes dans un Relais & Châteaux. Ainsi, on trouvera aussi des tables nappées et des serveurs en chemise au Montréal Plaza. «Je suis écœuré de voir des tables en bois et des serveurs en t-shirt.», révèle Charles-Antoine. «Je suis classique et mongol à la fois.» Si c’est lui qui le dit…

Côté cuisine, l’héritage Toqué se fera une fois de plus sentir. Charles-Antoine dit du menu qu’il aura une «colonne vertébrale» de classiques du Cinq Diamants – on pense d’emblée aux plats signatures de saumon confit, de homard au homard, de tripe de morue – qui sera complétée de plats «en développement» comme il les appelle, qui varieront au gré des saisons et des inspirations. «C’est dans la continuité, mais ça évolue.», souligne-t-il.

Parlant d’évolution, Charles-Antoine envisage déjà une suite au projet. Une seconde phase où il se verrait développer une ferme à Saint Augustin. Avec le Montréal Plaza, il souhaite établir quelque chose de solide qui lui permettra d’ensuite amener les gens dans son village. «Je suis parti de la campagne et je veux y revenir.», insiste-t-il. Il compare humblement sa démarche à celle de Martin Picard, qui s’est établi sur Duluth alors qu’on n’y trouvait que des apportez-votre-vin de bas calibre. Une fois passé au rang des institutions, son Pied de Cochon a pu lancer sa fameuse cabane.

Mais chaque chose en son temps, car Charles-Antoine n’est pas pressé; menant toujours un projet à terme avant d’en entamer un autre. «Je préfère qu’on marche avant de courir, qu’on soit prêts si jamais il y a du monde – autre que ma mère – qui vient manger.» Avec une soirée d’ouverture pour laquelle les billets se sont envolés quelques heures après avoir été mis en vente, quelque chose nous dit qu’ils seront pas mal plus que sa mère à accourir sur la Plaza St-Hubert cet automne.

 

Les Maudits Soupers d’Omnivore World Tour 2015

Jeudi 20 Août: Marc-André Leclerc reçoit François Coté (L’Impérial, Granby) au Grumman 78 (630, rue de Courcelle, H4C 3C5)

Dimanche 23 Août: Charles-Antoine Crête et Cheryl Johnson reçoivent Normand Laprise (Toqué!) au Montréal Plaza (6230, rue Saint-Hubert, H2S 2M2)

Lundi 24 Août: Michelle Marek reçoit Todd Perrin (Mallard Cottage, Saint-Jean de Terre-Neuve) au Food Lab (1201, boul. Saint-Laurent, H2X 1K4)

 

Pour toute la programmation: omnivore.com/world-tour/world-tour-montreal-2015

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie