Vie

Nord du Québec : Innus, caribous: rencontre sur la rivière George

Le Nord du Québec, passé le 55e parallèle, est la terre ancestrale de plusieurs nations autochtones, dont celle des Innus. Leur culture d’ex-nomades est ancrée dans la toundra, au-delà de Schefferville.

WEDGE POINT-MUSHUAU-NIPI, TERRE MYTHIQUE

L’ancienne ville minière, quasi fantôme, de Schefferville n’a qu’un intérêt: celui d’ouvrir grand la porte aux aventures nordiques. L’hydravion décolle et l’on plonge dans un univers inconnu, un pays de lacs, d’épinettes clairsemées, de collines pelées à perte de vue. Le pilote navigue à vue, une carte sur les genoux, jusqu’à la rencontre de la rivière George qu’il suivra comme un couloir aérien. Deux cent cinquante kilomètres plus loin, une belle dune de sable apparaît, puis un éperon de pierre s’avançant dans l’eau. L’esker tout en zigzag voisine avec le campement traditionnel innu, notre port d’attache.

La rivière George est au coeur de la culture innue-montagnaise et séjourner dans ce camp du Mushuau-nipi, "le pays de la terre sans arbre", c’est entrer de plain-pied dans l’histoire ancienne et moderne d’un des peuples les plus attachants du Québec nordique, en compagnie de deux de ses représentants: Serge Ashini-Goupil et sa mère, Elizabeth. Le premier a créé une entreprise d’écotourisme culturel autochtone dont la seconde est bien fière. Parce qu’il perpétue une tradition qu’elle a bien connue enfant, elle qui chaque fin d’été quittait avec sa famille la côte du golfe du Saint-Laurent, près de Sept-Îles, pour remonter la rivière Moisie en canot jusqu’à Schefferville, puis aller chasser le caribou en hiver. À Wedge Point, près du lac de la Hutte sauvage, les "nomades" innus avaient un campement réputé, attesté par de nombreux vestiges archéologiques (tombes, emplacements de tentes…). C’est dans la tente, où elle prépare la banique et le caribou du souper, ou dehors, quand elle apprête la truite grise qui sera fumée au grand air, qu’Elizabeth raconte rituels et légendes anciennes tout en évoquant sa propre vie, dans un pensionnat autochtone puis une école d’infirmières, ses années en Abitibi plus quelques-unes à la tête du dispensaire pour les Innus de Schefferville, avant de prendre sa retraite et d’épauler son fils.

Lui vous emmène à pied découvrir la toundra aux couleurs chatoyantes, dans cette région qui fut un véritable carrefour de transhumance humaine, en même temps qu’une grande route de caribous. Le troupeau de la rivière George, venu des monts Torngat, la traverse encore fréquemment aujourd’hui.

DODO DE RÊVE SOUS SHAPUTUAN

Sous la tente traditionnelle, de forme ovale avec deux foyers, on se couche sur un lit de branches d’épinette odorantes. Non sans avoir regardé le ciel étoilé. Ou admiré ses premières (belles) aurores boréales! À l’intérieur, le feu crépite dans le poêle. La nuit sera bonne et régénératrice, surtout après un bon souper à la mode tout aussi traditionnelle, avec caribou, outarde ou perdrix, suivi d’une soirée de légendes et de musique, sur fond de tambour innu.

INFO

Aventures Ashini: (tél.: [418] 842-9797; www.ashini.com): chaque été, séjours de découverte du mode de vie traditionnel et de la culture des Innus, incluant randonnées pédestres, canot rabaska, découverte de la faune et de la flore…

En août, du 6 au 14, en plus de ces activités, on peut participer sur place à un "séminaire nordique autochtone" de neuf jours, avec conférences en plein air animées par la journaliste Hélène Raymond, le tout présidé par Suzy Basile, directrice générale de l’Institut de développement durable des Premières Nations du Québec et du Labrador et Yves Bégin, directeur du Centre d’études nordiques de l’Université Laval.

Le séjour se prolonge, éventuellement, du 13 au 16 août par une randonnée guidée vers les aires de mise bas des caribous, à moins qu’on opte pour cette seule formule.

Du 16 au 24 août, Aventures Ashini organise sa première rencontre, ouverte à tous, "des Sages Québécois – Autochtones", présidée par Marcelline Picard-Kanapé, Innue de Pessamit, et Jacques Proulx de Solidarité rurale du Québec. Également sous la forme de conférences données sur différents sites bordant la rivière George, avec activités de plein air en sus.

CALENDRIER NORD DU QUÉBEC-BAIE-JAMES

Du 21 au 30 juin: Festival du doré Baie-James: méga-tournoi de pêche organisé à Chapais. 1 877 846-2020; www.festivaldudore.com.

Du 6 au 8 juillet: Journées de l’amitié autochtone, Chibougamau; fête traditionnelle populaire. (418) 748-7667.

Du 2 au 5 août: Festival en août, 9e édition, Chibougamau; principal événement culturel, avec spectacles en tout genre, du Nord du Québec. (418) 748-7195.

Les offres sur Boutique.Voir.ca

Obtenez de 25% à 40% de plus dans ces établissements!