Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
Guide albums
Emilie Khan: Outro

Emilie Khan
Outro

Secret City Records, 2019

C’est un second album minutieusement apprêté que nous propose Emilie Kahn, une auteure-compositrice-interprète montréalaise qu’on avait d’abord connue sous l’appellation Emilie & Ogden. Énigmatique, ledit Ogden n’avait pourtant rien à voir avec le populaire MC d’Alaclair Ensemble. C’était en fait le nom de sa harpe.

Cette nouvelle offrande réalisée par Warren C. Spicer (Plants and Animals) laisse justement un peu moins de place à son instrument fétiche. C’est la voix, la sienne, qu’on entend au premier plan, des interprétations à la fois posées et vibrantes qui servent bien ses paroles introspectives. On navigue avec elle dans les méandres des amours complexes puis déçus, une thématique éculée qu’elle aborde néanmoins un minimum de panache (la ligne “you’re not good enough for me” sur Horse ou la métaphore d’Aquarium) et une sincérité que personne n’oserait remettre en doute.

Sur Outro, la musicienne se distance de Florence + the Machine pour se frotter à d’autres influences, amalgamer les styles. Les arrangements sont riches. L’intro de Will You, bourdonnante et mystifiante, évoque presque l’art audio. Three, la plus réussie du disque, navigue en eaux trip hop jusqu’à ce que les guitares et la batterie organique ne viennent changer la donne. Elle s’y révèle mordante, animée d’une énergie résolument rock et capable d’atteindre des notes très basses. La plupart du temps, cependant, sa voix haute perchée nous rappelle cruellement les envolées célestes d’Helena Deland ou l’accent enfantin de Camille Poliquin. D’ailleurs, les rythmes à contretemps de Will You et Don’t nous font un peu penser à l’esthétique de Milk & Bone.

C’est excessivement bien produit, Outro est une oeuvre qui survivra sûrement au test du temps, mais force est d’admettre que ça manque un peu de personnalité.