Je vous aime beaucoup

À propos du balado Antonine Salina a envie de vous faire rencontrer des personnes qui, par leurs convictions, leur destin, leurs histoires la touchent souvent; l’interpellent, toujours; la fascinent continuellement. Parler d’eux à travers les choses qu’ils aiment beaucoup.

« Je pense que je suis le gars le plus humble au monde! »

«Je ne fais pas de morale [dans mes romans], mais j’ai toujours dit que la morale, je la pellette dans le champ du lecteur. Débrouille-toi, pense. »

« Quand j’aime le texte, la personne avec qui je travaille et les gens avec qui je joue, […] quand il y a cette liberté qui embarque, cet espèce de souffle, on touche un peu à un moment de grâce. »

« C’est peut-être quétaine à dire, mais tu passes à côté de quelque chose si t’es pas capable de dire « je t’aime » aux gens! »

« C’est des thèmes qui me parlent beaucoup, les table rases, les abandons, essayer de vivre avec l’échec. Il faut accepter la perte si on veut avancer. »

« La vie familiale, c’est un work in progress. Je suis pas quelqu’un de très stable, un peu comme des montagnes russes, alors j’apprends chaque jour. »