Ne manquez rien avec l’infolettre.
Roulette russe

La majorité silencieuse

Pour le meilleur et pour le pire, les étiquettes pullulent, au point d’en décourager ou d’en perdre plusieurs. Ces personnes regrettent parfois cette époque où il n’y avait que des «monsieurs» et des «madames», des «communistes» et des «capitalistes».

Dans un fumant commentaire facebookien, un citoyen s’est demandé s’il fallait vraiment commencer à écouter toutes les minorités, s’inquiétant de la place qu’il resterait à la majorité. «Mises ensemble, toutes ces minorités sont plus nombreuses que la majorité», disait-il, sans se rendre compte de l’ironie de son propos, j’imagine.

La majorité a-t-elle réellement déjà été aussi homogène qu’on l’imagine? Pendant des années, ce sont à peu près les mêmes personnes qui avaient les tribunes. Et oui, c’était principalement des hommes blancs hétérosexuels (du moins publiquement) et chrétiens (du moins publiquement, encore une fois). Souvent de milieux aisés, par ailleurs.

Les médias de masse, les systèmes économique et politique et les structures sociales ne mettaient pas de l’avant une grande diversité. Pourtant, cette diversité existait bel et bien.

Le monde est de moins en moins binaire, mais l’a-t-il déjà été? Ce n’est pas parce que la science a confirmé depuis peu qu’il y a plus que deux sexes, et que le tout est loin d’être découpé au couteau, que ceci n’existait pas avant. L’homo sapiens a probablement toujours vécu avec cette pluralité, elle était simplement inconnue, ou niée.

Ce à quoi l’on assiste n’est pas tant un éclatement de la masse qu’une affirmation des minorités qui ne faisaient que se taire, dans bien des cas. On éclate ou on découvre?

Avec internet, des gens peuvent répondre à un chroniqueur qui dit n’importe quoi, à une politicienne qui propage des préjugés, à des experts qui tournent les coins ronds ou à d’autres internautes. Lancer de nouveaux lieux communs pour discuter, s’informer et se rassembler. Les minorités et la marge ont maintenant, aussi, une tribune de masse. Il n’y a pas juste à Doug Ford que ça sert, de contourner les médias traditionnels.

Malgré quelques dérapages ici et là, qui sont des exceptions selon moi, ce n’est pas tant que les gens ne peuvent plus rien dire, mais c’est qu’ils peuvent maintenant se faire répondre. Les gens se permettent de répliquer. Le droit de réplique, voilà un principe de base en liberté d’expression qui lui donne un nouveau souffle bien plus qu’il ne l’étouffe. Souvent, ce n’est pas réellement une censure, mais un manque d’habitude de se faire répondre, d’être remis en question.

Je dois bien avouer que je ne peux m’empêcher de rire dans ma barbe lorsque je vois la sensibilité de l’épiderme de polémistes célèbres. Et ce, malgré l’impact de certaines de leurs actions et de leurs propos.

Plusieurs chroniqueurs ou chroniqueuses, et autres personnes ayant des tribunes ici et là, ne s’empêchent pas de traîner dans la boue certaines parties de la population. Que ce soit en soulignant en fluo le moindre contre-exemple, en transformant l’anecdote en lieu commun, en répétant l’exception (qui confirme la règle) ou en partageant de fausses informations, il y a des groupes religieux, culturels ou sociaux qui se font constamment ramasser par les mêmes personnes. Parfois avec une rudesse que je trouve vraiment troublante, malsaine.

Mais certaines de ces personnes qui ne se gênent pas pour «brasser la cage» se montrent très frileuses dès qu’on les critique. Parfois, un simple mot comme «commentateux» leur suffit à crier au bûcher. D’une certaine manière, c’est impressionnant, la sensibilité qui se cache derrière autant de prétention et de braverie. Ça me fascine, bien franchement.

Surtout que l’idée, il me semble, n’est pas d’avoir toujours raison – une utopie un brin niaiseuse –, mais de participer à une discussion publique. Et cela implique de se remettre en question. Ce n’est pas parce qu’une personne a raison sur un sujet qu’elle a raison sur tout. Même chose avec le fait de se tromper. Ça me semble une notion de base que certains égos occultent, cherchant à toujours avoir raison, à crier au-dessus de la foule.

Le monde a longtemps fonctionné sur de fausses prémisses. Difficile d’en vouloir, sur bien des cas, à nos ancêtres, ils et elles ne savaient pas, et ne pouvaient savoir. Et il y a sûrement plein de choses qu’on ignore encore!

De notre point de vue, les tentatives pour vaincre la peste noire ont l’air folles, mais la médecine ne savait pas ce qu’on sait aujourd’hui.

Ça, c’est la partie facile. Là où ça choque, bien souvent, c’est que les étiquettes, les appartenances et les identités se mêlent et se croisent sans schéma précis ou nécessairement logique. Les cases ne tiennent pas.

Difficile pour un.e polémiste de caricaturer sans être grossier ou à côté de la plaque. Ça demande au gouvernement de se livrer à une gymnastique, car il peut de moins en moins créer de programmes uniformes pour tout le monde. Même chose pour les entreprises, y compris les médias, qui doivent éclater leurs offres devant cette multitude de nuances qui s’affirment.

Parce que oui, on peut être féministe, libertarienne et raciste. On peut être pour le troisième lien, être de gauche et être homophobe. On peut être contre le 1%, être écologiste et de droite. Et on peut être tout ça en étant noir, blanc, métis, asiatique, autochtone, homosexuel.le, pansexuel.le, hétéro, non binaire, femme, homme, musulman.e, chrétien.ne, bouddhiste, et j’en passe. Une personne queer peut être de gauche ou de droite, libertarienne ou interventionniste, végane ou carnivore, urbaine ou banlieusarde, punk ou hippie, amatrice de licornes ou de sorcellerie, fan du Canadien ou de pétanque.

Certaines étiquettes sont très pointues, certaines peuvent être considérées comme inutiles, même si elles ne briment personne par leur existence, mais elles obligent à repenser notre monde. Elles permettent aussi de mieux le comprendre, de mieux lui ressembler et aident à l’améliorer.

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie