Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
Vieux et sobre au GAMIQ 2014
Je pense que

Vieux et sobre au GAMIQ 2014

(Miracles avec Mara Tremblay au GAMIQ 2014, photo LePetitRusse)

Icône punk, chanteur folk et homme de mots trublion à ses heures, Hugo Mudie poursuit son parcours des galas musicaux du Québec en compagnie de ses frères d’armes du groupe Miracles. Après avoir livré un témoignage mi touchant, mi-caustique sur l’ADISQ, le Ron Hextall de la scène locale récidive en revenant sur la 9e édition du GAMIQ. À lire en portant un casque de protection!

Je ne voulais pas écrire un texte sur mon expérience au GAMIQ. Je ne voyais pas la pertinence, ni le clash humoristique qui peut sortir d’une soirée comme à L’ADISQ, ni vraiment l’utilité, mais en marchant du gym jusqu’à la maison (oui, je m’entraîne; comment tu penses que je fais pour avoir des abdos de même?), j’ai trouvé le filon et je me suis dit que je devais le faire.

À une certaine époque, j’étais jeune, défoncé et aller dans un endroit comme ça m’excitait, pour montrer à la population entière (ben, les 38 personnes de la scène locale, là) que j’étais… JEUNE ET DÉFONCÉ! Mais, cette année, j’étais vieux et sobre.

Vieux et sobre au GAMIQ 2014.

Soyez certains d’une chose, je n’ai rien contre le GAMIQ a priori. J’aime croire que c’est positif, mais je me suis toujours demandé quand même (depuis les MIMI’s même) à qui et à quoi ça pouvait bien servir et si célébrer dans un gala le genre de musique qui se veut, justement, une alternative à la musique de gala des Moldus n’était pas un peu comme ma décision à l’époque, pour le bien de ma santé, d’être vegan, mais de ne finalement manger que des chips et des bonbons.

Il y a bien sûr, chaque année, les faux pas de nominations et de gagnants, les animateurs confus et la mise en scène digne du Collège André-Grasset qui sont souvent discutables, mais tout ça n’était qu’idées préconçues de l’époque où j’y allais encore, car ça faisait depuis que Yesterday’s Ring y avait joué (en 2008 ou 2009, je crois ) que j’y étais pas allé. Je devais voir comment se portent cette scène locale et son gala.

C’est touchy aussi d’écrire sur la scène locale, parce que c’est petit en viarge.

J’ai appris en fin de semaine qu’un échange malsain poudré au gros sel avec Yann Perreau, v’là 9 ans, lui trotte encore un peu dans la tête quand il entend mon nom; époque où je voulais seulement provoquer une réaction pour faire un texte cool sur mon blogue. Je me sens mal aujourd’hui car tout ce que j’aurais voulu comme réaction était un simple «ta yeule Mudie, tu sais pas chanter du tout… pis j’ai fait ma ’tite enquête ici et y’a personne qui t’aime». Boom! 1-0 Yann. J’m’en retourne chez nous écrire un texte sur les Porn Flakes.

J’veux pas nécessairement que Klô Pelgag pense que je suis jaloux de ses battements de cils calculés. Pis, c’est comme bizarre, mais y’a une sorte de loi non écrite dans le monde de la scène locale, me semble-t-il: on ne peut pas dire ce qu’on pense et il faut considérer si les gens sont «smattes» ou pas pour juger si on aime ou pas leur travail artistique. Quel espèce de rapport ça a sur les goûts artistiques, si on est gentil ou pas?

Tsé, René Simard, mettons là… y’a l’air gentil en tabarnak, lui. Par contre, Picasso, lui, n’était pas reconnu pour être très généreux de sa personne…

Tsé que tu trouves ça vraiment, mais vraiment poche Solids, ça ne fait pas de toi quelqu’un de méchant. Seulement quelqu’un qui trouve ça poche Solids. Pas important. Pas besoin de le crier sur les toits non plus, on s’entend. J’aime beaucoup mieux quelqu’un qui se définit par ce qu’il aime que parce ce qu’il déteste… mais ça fait de moins bonnes jokes.

Première chose à savoir: je jouais au GAMIQ avec mon groupe Miracles, accompagné de la merveilleuse Mara Tremblay, pour chanter une chanson de notre dernier album Motels, qui n’était PAS sélectionné au GAMIQ.

Il l’était à l’ADISQ, mais pas au GAMIQ.

Je trouve ça curieux, mais pas dramatique.

Nous avons décidé de jouer pareil; nous disant qu’il y avait sûrement plein de gens de la paroisse qui ne savaient pas qu’on avait un nouveau band, et principalement pour chanter la pomme à Karine de L’Esco. Positif!

Nous étions très fatigués d’avoir fait du ski de fond au Mont Gris à Québec vendredi et d’avoir fait la chasse aux sorcières et fantômes dans un couvent hanté à St-Casimir samedi. Fak mon expérience est influencée par le manque de sommeil.

Autre chose à savoir: je me suis senti vieux.

Pour la première fois de ma vie sur l’île locale.

Il y a une certaine époque, je me sentais comme un p’tit nouveau, on allait «leur montrer» et brasser un peu les conventions. Dimanche, je me suis senti un peu comme un mononc’ qui essaie de suivre la parade des jeunes pas «tunés».

J’ai aimé quelques performances (Heat, le travail du house band Les Deuxluxes), mais la plupart des «perfos» m’ont laissé de glace et sans aucun frisson. Je pense que la seule performance qui m’a vraiment fait plaisir est la présentation de la fille avec les grandes jambes luisantes noires qui est une artiste visuelle, je crois. Son excellente blague sur le fait que de se retrouver sur le podium devant «la moitié de son historique sexuel» était saisissant ou de quoi de même. J’ai ri et j’ai été jaloux de la moitié de son historique sexuel. Ensuite, je me suis ressenti vieux.

Pour ceux qui suivent mon ascension vers la gloire, non, je n’avais pas rebu depuis ma chute libre à l’ADISQ. J’étais donc sur la grosse Becks sans alcool toute la soirée. J’me serais bien clenché neuf, dix verres de vodka, mais non. À la place, j’ai changé de chemise deux, trois fois, juste pour le buzz.

On était assis au balcon avec les journalistes et on attendait de jouer. Le rythme était rapide.

Je ne peux rien dire de négatif sur le travail de l’animatrice. Elle a «pluggé» qu’on était le plus beau band au Québec — ce qui est vrai — et, comme dirait un Pierre Houde en forme au sujet de Travis Moen, elle a fait un travail honnête.

J’ai beaucoup aimé la toune de Pépé avec sa guit’. Une nouvelle toune, si j’ai bien compris, sur la réalité du «métier» de chanteur.

Posterz m’a beaucoup déçu, comme c’est souvent le cas pour le rap live, mais un des dudes m’a fait un fist bump en me disant «mad harmonica skills, bro!» alors je n’ai rien à dire contre eux.

Je ne «catche» rien de Klô Pelgag, à part que je suis sûr qu’elle se tenait dans le coin du sous-sol pendant les partys de sa grande sœur en tripant secrètement sur le jock de football, pis lui y’a trouvait fucking cute jusqu’au moment où elle crisse de la colle dans sa soupe Lipton pour l’impressionner.

J’ai bien aimé Heat, comme je disais. Catchy, clair, mélodique, reposant.

Midnight Romeo, c’était cool. Ça sonnait super bien, la fille chante fucking bien et a une superbe présence. Un p’tit quelque chose «band de covers du Balloo’s» mais si j’étais à Occupation Double, ce serait un de mes «coups de cœur».

J’ai beaucoup aimé Les Marinellis. Cédric est fucking cute et j’aime bien quand il a l’air de suer de la kétamine.

Le reste, je ne l’ai pas vu ou je me suis mis des clonazépams dans les oreilles.

Nous autres, on a joué. Je me sentais comme dans un soundcheck de Belle et Bum. J’ai réussi à checker Mara, presque tout le long que je chantais avec elle. Fak, juste pour ça j’suis content d’avoir joué. Pour ça, pis pour Karine aussi. Les autres, j’vous ai pas vus. Ah oui, j’ai vu Julien Mineau (Fontarabie) et sa blonde. Elle m’a écœuré à deux reprises sur mon chapeau. À ce moment-là, j’me suis senti jeune. Le seul moment. Très jeune!

Domlebo m’a fait des jokes que je ne comprenais pas. Raph de Heat m’a fait des jokes que je comprenais.

Je me suis demandé qui votait pour ça et si c’était vraiment possible que Misteur Valaire ne gagne pas dans leur catégorie. Oui. J’imagine que c’est leurs ennemis qui votent ou de quoi de même…

Ensuite, j’ai dit à peu près 100 fois «on décolisses-tu?» aux autres. On est partis. On est allé voir cinq tounes de Lagwagon au poste de police de L’Olympia, pis mon sang pur et moi sommes allé se crisser un tube dans le nez pour dormir. Sans histoires ou presque. Bien loin de l’époque où les Sainte Catherines pêtaient toute sur scène pour faire «débuzzer» les journalistes. On gagnait des prix aussi.

Bon, j’imagine que je ne suis pas en train de me faire d’amis ici, alors je finirai sur un bon point:

J’ai trouvé la diversité musicale très jolie et appréciable. C’est vraiment beau de voir autant de styles de gens et de musiciens faire des chansons et se dédier à leur art. Je trouve ça beau et positif aussi, que depuis neuf ans une organisation essaie de récompenser ces gens. Je serais con d’être contre ça, mais en tant que gars qui veut se rendre intéressant avec son texte, je me pose juste la question: est-ce que c’est positif?

Je n’ai pas vraiment réussi à le savoir.

Mais j’suis bien content pour tous les gagnants. J’suis sûre qu’ils auront quatre, cinq downloads de plus sur Bandcamp cette semaine.

Je ne suis pas convaincu que ça ne donne rien non plus. Je me donne jusqu’à après la 10e édition pour décider. Évidemment j’aime mieux un gala de musique indépendante qu’une émission de la face de plâtre moulé de Julie Snyder, mais me semble qu’on pourrait célébrer la musique indépendante québécoise… en l’écoutant, tout simplement. Pas en compétitionnant, pas en la catégorisant. Peut-être en collaborant, en écoutant aussi.

Écoutez-vous vraiment? Ou aimez-vous ça parce que le bassiste est vraiment smatte?

«People haven’t always been there for me but music always has.»
― Taylor Swift