Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
Éric Lapointe : Rien à regretter
Musique

Éric Lapointe : Rien à regretter

À l’aube d’un concert très attendu sur les plaines d’Abraham, présenté dans le cadre du Festival d’été de Québec, Éric Lapointe fait le point sur ses 25 ans de carrière.

Voir : Tu travailles depuis plus d’un an à la conception de ce spectacle au FEQ. Comment se prépare-t-on à un événement aussi important que le «show de sa vie»?

Éric Lapointe: C’est assez différent. J’ai l’habitude d’avoir le contrôle du show, de dire «j’m’en vas par là, suivez-moé», mais là, y a tellement d’artistes sur le show que je vais devoir leur laisser de la place. Va falloir que je sois plus alerte! J’ai très, très hâte, mais en même temps, ça me fait peur, car c’est une grosse machine et qu’il y a pas mal de surprises de prévues dans le show. Sans vendre de punch, voir Mario Pelchat chanter Ma gueule, ça va être spécial! Ça va être une orgie de hits, un gros spectacle punché d’un bout à l’autre avec des projections à n’en plus finir. J’ai donné tout le footage de vidéos d’archives que j’ai accumulé à travers les années à Marcella Grimaux [directrice artistique du spectacle], qui va s’occuper de construire quelque chose à partir de ça.

On peut donc parler d’un spectacle rétrospective? Un genre de bilan de ta carrière jusqu’à maintenant?

Une rétrospective de 25 ans de carrière, oui, mais pas strictement ça non plus. Chaque numéro va être un tableau en soi. Marcella a un talent fou, elle a créé quelque chose de ben artsy, qui donne un côté unique au show. Je trouve ça le fun qu’au Québec, on puisse se taper un show de cette envergure-là. D’habitude, on n’a pas les moyens d’aller aussi loin, mais là, on avait un peu plus de latitude. Ça va avoir l’envergure des shows internationaux qui vont me précéder et qui vont me suivre sur les plaines.

Autre spectacle très important dans ta carrière: celui que tu vas donner en septembre au MTelus pour souligner ton 50e anniversaire. Qu’est-ce qu’il représente dans ton parcours, celui-là?

Il est très spécial lui aussi. Le Métropolis – excuse-moi, j’ai ben de la misère avec le nouveau nom –, c’est une salle à laquelle je suis très attaché. Je peux pas te dire le nombre de fois que je suis allé là, autant comme performeur que comme spectateur. Je crois en la vibration des murs là-bas et, pour un chiffre aussi symbolique que 50 ans, c’est là que je voulais retourner. Dans ma tête, j’ai toujours l’impression d’être un éternel ado. Faut croire que le rock’n’roll garde jeune! En même temps, quand je m’arrête pis que j’regarde ça, je constate que les 25 dernières années ont passé tellement vite et que si les 25 prochaines passent aussi vite, je vais être rendu à 75 sans avoir eu le temps de cligner des yeux.

Il y a 25 ans, tu as connu un succès instantané avec ton premier album Obsession, vendu à plus de 200 000 exemplaires. Avec le recul, que retiens-tu de cette percée exceptionnelle?

Ç’a été tellement intense. J’ai été frappé par un tourbillon auquel je m’attendais pas du tout. Pour mon premier show aux FrancoFolies, j’espérais avoir 2000 personnes pis, en arrivant sur le stage, il y en avait 30 000 qui chantaient toutes les paroles de mes chansons. Vraiment, j’ai été emporté. Ç’a tellement décollé en fou que j’ai perdu pied. C’était inévitable. Au début, je pensais que c’était éternel, mais après ça, j’ai eu des problèmes avec ma maison de disques et j’ai dû faire mon deuxième album en cachette. Je suis retombé sur terre assez vite et je me suis rendu compte que le succès, ça dure une fraction de seconde et qu’il y a jamais rien d’acquis. Avec le recul, je me considère surtout privilégié d’être encore sur la mappe. Je constate surtout que, pour en arriver là, il faut jamais, mais jamais arrêter de travailler.

Dans l’ombre du 25e anniversaire d’Obsession, il y a le 20e anniversaire de ce qui m’apparaît comme une pierre angulaire de ta discographie : À l’ombre de l’ange. Considères-tu cet album comme l’un de tes plus marquants?

A priori, j’adore tous mes albums, car ils représentent tous des périodes de ma vie, mais c’est vrai qu’À l’ombre de l’ange a quelque chose de spécial. C’est le deuxième sur lequel je collaborais aussi intensément avec Roger Tabra [poète et parolier décédé en 2016], et je crois que c’est là qu’on s’est vraiment trouvés. On a trouvé un filon, une ligne directrice qui nous a permis d’aborder des thèmes plus matures, un peu plus profonds que l’image de jeune rebelle que j’avais avant. On dit souvent que c’est à 30 ans qu’un auteur-compositeur arrive à maturité, et c’est vrai que c’est pas mal là que mon son s’est défini. Avant, je criais pis j’me révoltais plus qu’autre chose, alors que là, je me suis posé. J’étais enfin libéré de mes problèmes de maison de disques. Je m’appartenais, je pouvais faire ce que je voulais.

Depuis, tu accumules les tournées partout au Québec à un rythme assez spectaculaire. Est-ce qu’arrive un moment où Éric Lapointe ressent la fatigue?

Non, y a pas d’épuisement. Bien au contraire. Faire des shows, ça me donne de l’énergie, c’est tonifiant. Je vis pour monter sur scène. La dose d’adrénaline que je ressens quand je fais un show, c’est de loin la drogue la plus addictive qui existe. Si c’était pas des entrevues – pardonne-moi, prends-le pas personnel –, j’ai vraiment l’impression de passer ma vie en vacances, à faire ce que j’aime. Et Dieu sait qu’on n’est pas beaucoup à vivre de notre passion. Évidemment, dans tout métier, y a des downsides, des trucs qui m’épuisent, mais assurément pas les spectacles.

Quand tu parles de trucs qui t’épuisent, parles-tu du battage médiatique à ton égard? Je pense notamment à ton hospitalisation reliée à ta consommation d’alcool en 2009 ou à ton accident de voiture de l’an dernier…

Là, t’oublies la prison [en République dominicaine], les volées au Centre Bell… [rires]

Oui, désolé… As-tu l’impression que tous ces événements ont eu une importante incidence sur ta carrière?

Non, mais écoute… Une chose est sûre: j’ai joué cartes sur table. J’ai jamais caché qui j’étais. Si, sur le court terme, ça m’a peut-être nui, car ça m’a catégorisé d’une certaine façon et que ç’a établi des préjugés à mon endroit, j’ai l’impression que ça m’a servi sur le long terme. Quand il m’est arrivé certaines bad lucks, les gens m’ont pardonné, car je suis intègre et que je m’assume tout le temps. Je regrette absolument rien.

Où est la limite entre l’humain et le personnage? Dois-tu parfois entretenir le personnage pour garder une certaine réputation auprès de tes fans?

Non, je pense que c’est naturel… Écoute, si seulement le monde savait… Je pense que je dépasse de loin mon personnage.

Qu’est-ce que tu veux dire?

Je veux dire que je suis pas mal pire que ce que le monde s’imagine. À travers ça, j’me garde une certaine vie privée, mais fondamentalement, ce que tu vois, c’est ce que t’as. Je suis comme ça et j’ai pas l’intention de changer, si ce n’est qu’en évoluant, en vieillissant, en réfléchissant. Oui, on apprend de nos erreurs, on apprend de la vie, mais si j’avais à recommencer, je ferais exactement la même chose.

Beaucoup de gens ont découvert une autre facette de toi, un peu plus décomplexée, à travers ton rôle de coach à La Voix. En six saisons, qu’as-tu appris sur toi?

Je sais pas si c’est moi qui ai découvert de quoi sur moi ou bien les spectateurs. Ce que je sais, c’est que j’ai hésité à accepter, car je savais que ça me sortait de ma zone de confort. J’ai tendance à pas avoir confiance en moi, surtout devant un kodak. Au début [de ma carrière], les gens avaient la perception que j’étais bête, mais au contraire, j’étais complètement traumatisé devant les kodaks… Je bloquais! Là, à La Voix, tu es tellement toujours filmé que tu finis par l’oublier. J’irais pas jusqu’à dire que l’émission m’a aidé à vaincre ma peur des caméras, mais peut-être tout simplement à l’apprivoiser. Je me laisse plus aller qu’avant. Les gens me voient sous mon vrai jour, comme je suis dans la vie. Oui, ça m’arrive de sourire!

En coulisses, tu es réputé pour être assez direct avec les participant.e.s. En entrevue, tu as même avoué avoir fait pleurer des candidats lors de la première saison. Comment justifies-tu cette approche?

Faut comprendre le contexte. T’as tellement pas de temps pour travailler avec eux autres que tu dois dire les choses comme elles sont. Je suis pas le champion du tact et j’ai jamais eu une approche paternaliste avec personne. Je les traite d’égal à égal, donc ce que j’ai à dire, je le dis. Si t’es pas capable de le prendre, t’es pas dans la bonne job. Moi, j’ai pas le temps de niaiser avec un artiste qui fait du chichi. Je suis payé pour te donner mon avis, donc à toi de le prendre ou pas.

Au-delà de ces quelques anicroches, qu’est-ce que cette expérience t’apporte?

La relève me fait prendre conscience du privilège que j’ai de faire ce métier-là. Y a toujours le danger que je m’assoie sur mes lauriers et que ça devienne une job. C’est ce qui arrive à ben des musiciens, que je nommerai pas… Là, de se frotter à des jeunes qui ont faim, qui ont des rêves, qui veulent, c’est se refrotter au feu sacré. Non seulement je trouve ça trippant, mais ça m’inspire. Je sors de là et j’écris des tounes. Tu peux pas être en léthargie quand t’es en contact avec des gens de même. Tu grandis constamment.

Ton huitième album, Délivrance, est sorti l’an dernier. De quoi cherchais-tu à te délivrer?

C’est un titre assez évocateur. Il aurait très bien pu s’appliquer à chacun de mes autres albums, car je les vois tous comme une thérapie. Mais, dans ce cas-ci, j’ai choisi le titre parce que c’est la première fois que ça me prenait autant de temps pour venir à bout d’un album. Ça faisait quatre ans que je travaillais dessus…

Expliques-tu ce délai par ton implication à La Voix?

Oui. Je remettais ça d’année en année et je me mettais de la pression. Je voulais pas tomber dans ce pattern-là, car plus t’attends, plus les attentes sont hautes.

Comme c’est le cas avec Michel Pagliaro, dont on attend l’album depuis maintenant 30 ans!

Ahhh! Tu m’enlèves les mots de la bouche! [rires] En fait, moi, j’voulais pas attendre plus longtemps [que quatre ans]. Y a fallu que je me plante les deux pieds et que je le fasse. C’était pas juste l’idée de sortir un nouvel album pour les fans, mais aussi d’avoir un nouveau show à présenter. Je voulais donner à mon band des nouvelles tounes à se mettre sous la dent.

À ton avis, qu’est-ce qui explique ta longévité sur le plan artistique?

Tu serais plus à même de me le dire. Je suis assez mal placé pour répondre à ça…

Peut-être ta proximité avec les fans? Tes tournées qui s’enchaînent?

Ce que je peux dire, c’est que j’ai basé ma carrière sur les shows, sur la scène. Dès ma première tournée, tout était sold-out, mais même à ça, chaque show me coûtait plus cher que ce que j’étais payé. J’ai eu une tournée déficitaire, pis pas à peu près! Mais je m’en foutais, car ce que je voulais, c’était instaurer une marque de commerce basée sur des gros shows très festifs. Sur le long terme, ça m’a bien servi. Les gens reviennent me voir.

Et sur le plan physique, qu’est-ce qui explique ta longévité?

Je pense que j’ai sous-estimé l’endurance du corps humain. Pour être franc, je pensais pas passer 30 ans… Mais, à un moment donné, tu deviens trop vieux pour mourir jeune. T’as pas le choix de continuer.

Donc pas de régime miracle, de programme d’entraînement…?

Je suis un excessif. Je peux m’entraîner 3-4 mois comme un malade et faire attention à tout ce que je mange pis, après ça, j’en ai pour 3-4 mois à me défoncer la gueule. J’ai les deux côtés.

As-tu peur de vieillir?

On a tous peur de vieillir, je crois. À un moment donné, le corps suit pus pis on s’assagit. C’est une évolution normale. En ce moment, je te parle en direct de ma maison de campagne. Je passe la moitié de ma vie là-bas avec mes enfants, très loin du rock’n’roll. Je me lève de bonne heure, je me couche de bonne heure… Les enfants ont changé ma vie, et j’ai redécouvert le monde à travers leurs yeux. À un moment donné, t’as pus le droit de penser autant à toi qu’avant.

Qu’est-ce que tu as dans ta ligne de mire pour la suite des choses? Qu’est-ce qu’il te reste à accomplir?

Mon rêve, c’est que ça se continue. C’est en masse. Cette année, je vis la vie rêvée, je fais les shows que j’avais envie de faire depuis longtemps. L’année a commencé au Centre Vidéotron, et elle va se finir là. Ensuite, y a le FEQ, pis le Métropolis que j’ai dans le cœur, en plus de tous les shows partout en province… Moi, y a un seul endroit où je me sens à ma place, et c’est sur un stage. Ça veut pas dire que je crois pas au bonheur sur une base permanente, mais ça veut dire que je crois au frisson qui dure une fraction de seconde. Et ça, c’est sur une scène que je le retrouve.

Carte blanche à Éric Lapointe
(une mise en scène de Stéphane Laporte / avec Michel Pagliaro, Garou, Kevin Parent, Les sœurs Boulay, Safia Nolin, Louis-Jean Cormier, Marie-Mai, Jean-Pierre Ferland, Lara Fabian, Mario Pelchat, Marjo, Steve Hill, Travis Cormier, Colin Moore et Martin Deschamps)

Le 9 juillet sur les plaines d’Abraham
dans le cadre du Festival d’été de Québec
Consultez cet événement dans notre calendrier

En concert :

Le 28 septembre
au MTelus (Montréal)

Le 16 novembre
à la salle André-Mathieu (Laval)

Le 31 décembre
au Centre Vidéotron (Québec)

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie