Ne manquez rien avec l’infolettre.
Dana Gingras reviendra à Québec en novembre
Scène

Dana Gingras reviendra à Québec en novembre

La chorégraphe vancouvéroise a marqué les esprits au printemps 2016 avec Monumental, un spectacle multidisciplinaire d’envergure présenté aux côtés du groupe postrock Godspeed You! Black Emperor. 

// À lire aussi : notre entrevue avec Dana Gingras 

C’est aujourd’hui qu’était dévoilé le menu de la prochaine saison de La Rotonde, l’organisme de Québec voué à la diffusion de la danse contemporaine.

Dana Gingras, figure majeure de l’art canadien au sens large, s’est fait un nom sur les scènes du pays et d’ailleurs pour l’aspect ultra athlétique de ses chorégraphies. Rares mais constantes, ses visites à Québec s’imposent toujours comme des événements culturels immanquables.

Très en demande, la Vancouvéroise a déjà travaillé auprès de Godspeed You! Black Emperor (Monumental) de même qu’avec un petit groupe assez méconnu nommé Arcade Fire – dans le vidéoclip pour Sprawl II (Mountains Beyond Mountains). Une pure splendeur!

[youtube]awHWColYQ90[/youtube]

Pour sa prochaine visite chez nous, Gingras nous propose Frontera. Comme son titre le suggère, ce spectacle fait référence à la notion de frontières, ces murs qui trop souvent se dressent entre les peuples. C’est une thématique qu’elle aborde, à première vue, par l’entremise d’une scénographie à la fois simple et franchement ingénieuse, surtout axée sur l’éclairage.

Difficile de ne pas y voir une référence à l’actualité, aux relations que Trump entretient avec le Mexique, à cette crise des migrants qui n’épargne aucun peuple et divise les gens.

Coprésenté par La Rotonde et le Grand Théâtre de Québec,
Frontera prendra l’affiche le 20 novembre
à la salle Louis-Fréchette.

[youtube]gyMnvm7uhIU[/youtube]

Deux dizaines de jours avant, c’est au LANTISS du Pavillon Louis-Jacques-Casault de l’Université Laval qu’on se donne rendez-vous pour assister au nouveau spectacle de l’ingénieuse Karine Ledoyen. Intitulé De la glorieuse fragilité, cette création à vocation documentaire sonde la vie des interprètes en danse contemporaine. Ceux qui continuent et ceux qui, souvent oubliés, ont choisi de quitter le métier. À voir les 30, 31 octobre et 1er novembre.

// À lire aussi : notre entrevue avec Karine Ledoyen

[youtube]1P8TvmpaYB8[/youtube]

Victor Quijada, un pionnier du mélange des styles qui a fait sa marque en alliant danses dites urbaines (genre: breakdance) et danse contemporaine, ajoute son grain de sel à cette saison déjà très relevée. Le fondateur de la compagnie RUBBERBANDance nous offre Vraiment doucement, une pièce pour deux musiciens et dix danseurs de haut calibre. L’unique représentation de ce spectacle apparemment tout en contrastes est prévue le 18 février 2020 au Grand Théâtre de Québec.

[youtube]i3QcmFeUyTE[/youtube]

Virginie Brunelle, une autre créatrice incontournable de la scène montréalaise, s’amène entre les murs de l’institution du boulevard René-Lévesque deux mois plus tard pour présenter Les corps avalés, une pièce conçue en collégialité avec le réputé Quatuor Molinari. À en juger par l’aperçu téléversé sur la chaîne Youtube de La Rotonde, la chorégraphe semble toujours aussi douée pour créer des images fortes et marquantes, absolument photogéniques. Un soir seulement : le 1er avril à la salle Octave-Crémazie.

[youtube]vrMPZQ7rJoM[/youtube]

Au total, c’est 14 spectacles qui seront présentés par La Rotonde en cette saison 2019-2020. Myriam Allard, Mikaël Xystra Montminy et Emmanuel Jouthe figurent aussi à la longue liste des invités.