Blogue de Jérôme Lussier Brasse camarade RSS

Blogue iconoclaste sans sucre ajouté, plus porté vers la politique que la politicaillerie. www.twitter.com/jeromelussier

Faire le saut

11 septembre 2012 · Divers, Société · Jérôme Lussier
29

  Ceci sera mon dernier billet de blogue pour un moment. Jeudi dernier, j’ai reçu un appel de la Coalition Avenir Québec, qui m’a proposé le poste de directeur des communications. J’ai réfléchi 48 heures et j’ai accepté l’offre en fin de semaine. Ce saut en politique active en surprendra peut-être certains. La décision n’a pas été facile. Je déteste la langue de bois, je n’aime pas trop les lignes de parti, et la politicaillerie insignifiante me lasse comme tout le monde. Il faudra suspendre ce blogue et abandonner beaucoup d’indépendance. Mais la politique est l’art du possible et tout engagement implique des compromis. La chance de passer des gradins à la patinoire m’est apparue irrésistible. Le jeu politique est dur, tout le monde le sait. Malheureusement, il arrive aussi qu’il soit sale. Les attaques personnelles, la caricature et le potinage de basse-cour remplacent trop souvent les questions de fond — tant dans les échanges entre politiciens que dans les multiples forums (particulièrement virtuels) où s’exprime l’opinion publique. Si les Québécois sont profondément divisés sur plusieurs enjeux — question nationale et identitaire, missions de l’État et modèle Québécois — je crois toutefois qu’une forte [...]

Lire le billet →

Démocratie et Métropolis

5 septembre 2012 · Divers, Humeur, Société · Jérôme Lussier
11

  J’avais commencé à rédiger une chronique mardi soir, alors qu’on dévoilait la fin des résultats électoraux. J’ai été surpris comme plusieurs par le compte final des sièges, qui donne plus de représentation au PLQ (et moins à la CAQ) que les sondages ne le prédisaient. Je comptais écrire sur les injustices et les distorsions de notre mode de scrutin. J’allais écrire que l’abomination d’un scrutin uninominal majoritaire à un tour ne se limite pas au fait qu’il déforme significativement le vote populaire, ou qu’il incite au détestable vote stratégique, ou encore qu’il gaspille des milliers de votes à chaque élection. J’allais aussi dire qu’à terme, notre mode de scrutin menace la démocratie elle-même, en donnant à trop de gens l’impression que leur vote est inutile et qu’ils sont prisonniers d’un système qui triche contre eux tous les quatre ans. Peu de réformes me semblent plus urgentes que celle-là. / Mais, évidemment, l’histoire de la soirée – une soirée que des millions de gens attendaient depuis des mois, et qui devait contribuer à ramener la paix sociale au Québec – n’a pas été l’élection d’un nouveau gouvernement. Vers minuit, tous les journalistes et chroniqueurs du Québec ont ouvert une nouvelle [...]

Lire le billet →

Gagnants et perdants de l’élection de demain

3 septembre 2012 · Divers, Société · Jérôme Lussier
24

  Avec quelques heures d’avance, voici en primeur les gagnants et les perdants de l’élection de demain. Il y aura des tonnes d’analyses du genre mercredi, mais c’est beaucoup plus amusant de les faire aujourd’hui. Perdants: les vieux partis. Évidemment, tout peut encore arriver : raz-de-marée péquiste ou balayage libéral. Mais si l’on se fie aux sondages et à l’air du temps — et c’est tout ce qu’on a en ce moment — les vieux partis ne feront pas bonne figure mardi. On projette le PLQ troisième, avec moins de 30% d’appuis, alors qu’il avait fait 42% en 2008. Quant au PQ, on le place à 32 ou 33% dans les sondages, un score qui n’a pratiquement pas bougé de toute la campagne. Il avait fait 35% il y a quatre ans. Le PQ risque fort de former le gouvernement, peut-être même majoritaire, mais uniquement à cause de notre mode de scrutin désuet. Près de 25% des électeurs péquistes voteront apparemment pour le PQ sans conviction, uniquement de manière stratégique. Les tentes péquistes et libérales ont rétréci. La fatigue envers la « vieille politique » — son copinage, son manque de représentativité, son immobilisme, ses discours éculés — a [...]

Lire le billet →

La loi 101 et la vraie vie

27 août 2012 · Société · Jérôme Lussier
112

  Je connais quelqu’un à Montréal qui travaille pour une petite entreprise où on parle presque exclusivement en anglais. Appelons-le Gaston, et son employeur, NewTech. Gaston a commencé à travailler pour NewTech il y a quelques années. Il était parmi les cinq premiers employés de la boîte, une petite startup de biotechnologie démarrée par un scientifique affilié à une université de Montréal. Au fil des mois, l’entreprise prend forme, développe sa technologie et commence à obtenir des contrats — presque tous en provenance de compagnies américaines. Prudemment, NewTech commence à embaucher quelques employés de plus, et à offrir des postes aux stagiaires, étudiants, chercheurs étrangers et travailleurs contractuels qui gravitent autour de l’entreprise. Avec moins de cinq ans de service, Gaston se retrouve parmi les employés senior de la jeune entreprise. Sans surprise, la langue de travail est l’anglais, la seule qui permette aux employés anglos, francos, chinois, iraniens, tchèques, roumains et russes (et autres) de communiquer entre eux, avec leurs fournisseurs et leurs clients, presque tous étrangers. Les contrats continuent d’arriver et l’entreprise grandit. Son chiffre d’affaire croît. Elle emménage dans de nouveaux locaux. Elle approche de 50 employés — seuil où l’actuelle loi 101 exige qu’elle soit

Lire le billet →

Lettre de ma soeur Valérie à Jean, Pauline et François

22 août 2012 · Divers, Société · Jérôme Lussier
21

  Au lendemain du débat entre François Legault et Jean Charest, j’ai reçu le courriel suivant de ma soeur Valérie (c’est pas son vrai nom). Valérie est dans la jeune trentaine, elle a deux garçons en bas de 5 ans, et elle habite un rez-de-chaussée de triplex de Montréal où je vais régulièrement bouffer. Voici ce qu’elle m’écrit à 8:19 ce matin: Je perds du sommeil à cause de Legault, Charest et Marois. Dis-leur ça: Je fais partie d’un auditoire clé. Je suis pas niaiseuse, de classe moyenne, indécise, nationaliste, mariée à un anglo et inquiète de l’état des choses. Ça fait longtemps que j’ai accepté que l’erreur est humaine. Ce qui m’aurait le plus impressionné hier soir, c’est si Legault avait commencé le débat en disant ceci: « C’est une campagne importante, Jean Charest a peur, c’est normal, ses conseillers lui ont dit de dire les mots ‘pas fiable’ le plus souvent possible, vous pouvez vous amuser à les compter. » Et ensuite qu’il passe aux choses importantes, c’est-à-dire ses propositions, et l’AVENIR. Si on laisse tomber le passé, les accusations et les justifications, il y a assez de temps dans un débat pour que les candidats expliquent leurs idées, etc. Ma [...]

Lire le billet →

À propos du débat des chefs

20 août 2012 · Société · Jérôme Lussier
27

  J’ai écouté le débat des chefs de ce soir en différé, chez des amis, avec une heure de retard. Je viens de rentrer chez moi. Il est 23h45. Volontairement, je n’ai pas été sur Twitter ou Facebook, et je n’ai pas écouté le spin post-débat. Au moment d’écrire ces lignes, je n’ai aucune idée de ce qui se dit à propos du débat, tant dans les grands médias que dans les médias sociaux. Quelques observations éparses, subjectives mais aussi honnêtes que possible : 1) Les gagnants sont clairement François Legault et Françoise David. Les perdants sont clairement Pauline Marois et Jean Charest. Les nouveaux partis ont planté les anciens. Je ne vois pas beaucoup d’intérêt à distinguer entre la première et la seconde place, ou la troisième et la quatrième. François Legault et Françoise David avaient l’air de gens passionnés, authentiquement préoccupés de changement et de renouveau politique. Pauline Marois et Jean Charest avaient l’air de vieux politiciens de carrière, débitant inlassablement les mêmes lignes prévisibles. 2) Françoise David a fait preuve d’une aisance et une confiance remarquables. Elle a su éviter les questions techniques qui sont la faiblesse de Québec solidaire mais elle a réussi à faire passer [...]

Lire le billet →

La Tricherie

18 août 2012 · Divers, Société · Jérôme Lussier
41

  Le Parti Québécois a annoncé cette semaine qu’il imposerait le français au cégep « avant 100 jours  » de son accession au pouvoir. La proposition n’est pas nouvelle. Au fil des ans, elle a souvent été débattue, rejetée, et ramenée à l’avant-plan par les péquistes les plus militants, Pierre Curzi étant le dernier en lice. Les cégépiens n’en veulent pas. Le Conseil supérieur de la langue française pense que ce serait une erreur. Mais ce n’est pas grave, le slogan de campagne du PQ est sans équivoque: c’est à « nous » de choisir. Depuis des décennies, sauf exceptions, la loi 101 impose le français comme langue d’éducation au primaire et au secondaire — et personne ne remet cela en question. Arrivés au cégep, les étudiants québécois, maintenant âgés de 17-18 ans, peuvent choisir la langue d’enseignement qu’ils souhaitent. Plus de 92% des étudiants qui étudient en français au secondaire s’inscrivent au cégep français. Chez les allophones (qu’ils aient étudié en français ou en anglais au secondaire), 53% choississent le cégep francophone. En 2000, c’était 43%. En 1980, c’était 20%. Pour les allophones qui ont étudié en français au secondaire, la proportion monte à 68%. La tendance historique [...]

Lire le billet →

Commentaire rapide (et vidéo) sur le revenu minimum garanti

15 août 2012 · Société · Jérôme Lussier
3

  Québec solidaire a lancé cette semaine sa proposition de revenu minimum garanti. C’est une idée que j’ai toujours trouvée intéressante — ne serait-ce que parce que le principe rallie (parfois) des gens aux deux extrêmes du spectre gauche/droite. Historiquement, la personne la plus associée à cette notion est l’économiste et prix Nobel américain Milton Friedman. Friedman avait développé le concept d’un « impôt négatif sur le revenu » qui établissait un seuil de revenu minimal pour tous (et qui remplaçait plusieurs programmes sociaux), tout en préservant un incitatif au travail. La proposition de l’ultra-libéral Friedman a aussi été reprise et développée par des militants et des partis de gauche, via diverses formes de revenu minimum garanti ou de revenu de citoyenneté. La proposition de Québec solidaire en est un exemple. Dans la vidéo ci-dessous (merci à Frédéric Boiteau pour le lien), Friedman explique le fonctionnement de son impôt négatif et souligne la différence importante entre sa proposition et celle d’un revenu minimum garanti qui fixerait le « revenu minimum » au seuil minimal d’imposition. (En gros: on détruit alors tout incitatif au travail.) Pour ceux que ces questions intéressent, il faut endurer le spectaculairement suffisant et fanatiquement prétentieux William F. [...]

Lire le billet →

Ringo et les assemblées générales

14 août 2012 · Divers, Société · Jérôme Lussier
35

  Mon dernier billet sur la démocratie étudiante a suscité de vives réactions chez quelques lecteurs, de même que chez mon ami Étienne, qui me répond ici. Ne serait-ce que pour éviter tout malentendu, je revisite la question. Un des problèmes dans ce débat (et j’en suis coupable, autant sinon plus que les autres), c’est l’utilisation de grands mots comme « démocratie », « libéralisme », « collectivisme », « individualisme », « liberté », « dissidence », etc. Ces mots ne sont pas dépourvus de sens, et ils sont parfois nécessaires, mais il arrive aussi qu’ils prennent tellement de place — parce que chacun peut y projeter les nuances qu’il veut — qu’on finisse par perdre l’essence ou la portée d’un texte. Je vais essayer de ne pas les employer ici. * * * Imaginez que vous invitiez 20 amis à bruncher dans un restaurant pour célébrer la naissance de votre fils. Vous réservez une salle spéciale pour l’occasion. Tout le monde se pointe à l’heure. Au moment de faire un toast, vous annoncez triomphalement que votre fils s’appellera Ringo. Vos amis sont consternés par ce choix. Ils considèrent que votre fils sera raillé toute sa vie pour son nom ridicule. Vos 20 amis entament donc des discussions structurées autour [...]

Lire le billet →

À propos de la « démocratie étudiante »

11 août 2012 · Société · Jérôme Lussier
41

  Les votes de grève ont repris dans les cégeps et les universités du Québec la semaine dernière. C’était prévu: les assos étudiantes allaient se prononcer sur la reprise des cours décrétée par la loi 78 (maintenant loi 12). Des facs de l’UQÀM ont voté pour la poursuite de la grève. Des cégeps ont voté contre. Le vote des cégeps augure mal pour les partisans de la grève/boycott. Au-delà des enjeux entourant la crise étudiante — lutte au néolibéralisme, au principe de l’utilisateur-payeur, opposition au Plan Nord, revendications féministes et syndicales, écoeurement d’un gouvernement apparemment corrompu — on trouve la notion de « démocratie étudiante », c’est-à-dire la question de la forme et de la portée des votes des diverses assemblées. Pour le mouvement étudiant, ces votes représentent l’expression légitime de la volonté d’une majorité et sont, à ce titre, dignes de respect et d’obédience. Si une majorité d’étudiants votent pour une suspension des cours, il s’ensuit que cette décision peut être imposée — via des blocages et piquetages — aux étudiants dissidents. La volonté d’une majorité exprimée en assemblée autorise qu’on impose cette décision à tous, incluant par la coercition. Pour d’autres, les votes majoritaires expriment l’opinion des associations étudiantes [...]

Lire le billet →
Page 1 sur 812345678

S’abonner au blogue

@jeromelussier

+ @jeromelussier →

Catégories