Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
Théologie Médiatique

Le mystère de la bûche de Noël

Décembre 2017. En pleine période de l’avent, Éric Duhaime, animateur au FM 93 à Québec, pétait une sérieuse coche dans son micro. La bûche de Noël était disparue. Plus moyen d’en trouver dans les supermarchés. À la place, on trouvait des bûches des fêtes, des bûches traditionnelles ou encore des bûches du bonheur. «Voyons donc, se lamentait-il, ça s’est toujours appelé une bûche de Noël! On peut-tu exister?» On avait sans doute voulu accommoder quelques non-chrétiens qui veulent en finir avec nos traditions et notre patrimoine. Un drame suffisant pour lancer une séance de ligne ouverte et s’indigner tous ensemble.

Sauf que voilà, ce fameux complot contre Noël, on l’avait élucidé… 12 ans plus tôt. Le 16 décembre 2005, ce même débat sur l’appellation du populaire gâteau traditionnel avait fait la manchette au journal Le Soleil à Québec. À l’époque, le journaliste Marc Lestage rapportait en effet que «la rectitude politique» était venue à bout des traditionnelles bûches de Noël Vachon qui, depuis quelques années, écrivait-il, portaient le nom de «bûches des fêtes».

Le lendemain, Le Soleil publiait un rectificatif. Il y avait eu erreur. Le nom «bûche de Noël» avait été retiré 30 ans plus tôt, en 1975. Pourquoi? Parce que les ventes du gâteau diminuaient considérablement après le 25 décembre. Qui veut manger une bûche de Noël au jour de l’An? Il fallait régler ce problème. Un génie du marketing avait ainsi eu la bonne idée de changer le nom. Problème résolu. Depuis, les épiciers peuvent vous vendre ces bûches des fêtes une bonne semaine de plus.

Coquin de sort, ce n’était pas un complot du nouvel ordre mondial ou je ne sais quel accommodement religieux qui avait motivé le changement de nom, mais bien plutôt les règles du libre marché, de l’offre et de la demande, du commerce et de la concurrence. Le genre de feuillet paroissial que Duhaime rédige lui-même depuis des années, en somme.

Une simple recherche dans la collection des Archives nationales du Québec suffisait pourtant pour le découvrir. Mais bon, il faut croire que s’aventurer dans le passé est un luxe qu’un tel défenseur des traditions ne peut se payer, même si c’est gratuit. Lire les circulaires et les coupons rabais suffit amplement pour celui qui érige chaque jour des monuments à la mémoire de sa fin de semaine au centre d’achat.

J’ai repensé à cette histoire en entendant le premier ministre François Legault expliquer son projet de loi sur la laïcité dans une courte capsule diffusée sur son compte Facebook. Après avoir indiqué qu’il considère légitime et tempéré de légiférer sur le port des signes religieux, il a voulu emballer l’essence profonde de ses motivations en deux phrases courtes.

Au Québec, ça fait longtemps qu’on a décidé de séparer la religion et l’État et ça fait plus de 10 ans qu’on débat des signes religieux. Y est temps de fixer des règles, parce qu’au Québec, c’est comme ça qu’on vit.

Il y a quelque chose de séduisant dans une telle simplicité. Certains l’ont d’ailleurs félicité d’avoir pu dire tant de choses vraies en si peu de mots.

Comprenez qu’on débat depuis trop longtemps et qu’il est temps d’agir.

Pourquoi?

Parce qu’au Québec, c’est comme ça qu’on vit.

Cet énoncé mérite qu’on s’y attarde. Qui vit comme ça au juste? Le pronom on, indéfini, est lourd de sens. Il marque le caractère universel de la proposition. Comme lorsqu’on vous dit qu’on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs ou qu’on ne met pas ses coudes sur la table. Ici, la vérité exprimée est indépendante de toute particularité individuelle. C’est vrai pour tout le monde, en tout temps, toujours, partout. Peu importe comment vous, votre voisin ou moi choisissons de vivre nos vies respectives à telle ou telle époque ou dans telle ou telle région, ici, on vit comme ça. Tous les je qui existent dans le monde réel s’évaporent dans le on. C’est un sujet qui n’a pas d’histoire ou de territoire.

Et comment vit-on au Québec, au juste?

Réponse simple: Comme ça.

Si cet énoncé apparaît si clair et limpide, c’est précisément parce qu’il est vide de toute substance, de toute matière. Il évacue toutes les aspérités des situations auxquelles nous sommes confrontés. Ainsi présenté, le problème que François Legault tente de résoudre est en tout point semblable à celui de la bûche de Noël mystérieusement disparue comme ça des supermarchés.

Si, aujourd’hui, nous jugeons qu’il est temps de légiférer sur la question de la laïcité, c’est justement parce que nous devons composer avec des difficultés d’époque et des particularités individuelles qu’il convient d’expliquer et de démêler. Des particularités qui se manifestaient, d’abord et avant tout, dans des demandes d’accommodements raisonnables qui, pour la plupart, donnaient lieu à une grande confusion médiatique. Comment ces discussions qui nous occupent depuis plus d’une décennie sont-elles apparues? Sur la base de quoi au juste? Quels sont les problèmes qu’on tente aujourd’hui de régler? C’est en cherchant dans cette collection de faits divers qu’on trouvera de quoi justifier ou non une telle loi.

À ce titre, le projet de loi présenté par la CAQ ne réglera rien du tout, si tant est qu’il y ait quelque chose à régler. Que les professeurs portent un turban ou pas, que les maîtresses d’école portent un voile ou pas, les citoyens continueront de vivre ensemble de diverses manières en cherchant, au jour le jour, à force de conversations, de désaccords et de conciliations, des manières de s’accommoder.

Espérons en tout cas que la formule magique «Au Québec, c’est comme ça qu’on vit» ne deviendra pas un argument dans ces discussions qui, inévitablement, vont continuer.

ac#TOD#riov#TA#niodojs

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie