Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
Ces suggestions culturelles pourraient être considérées tabou (ça dépend)
CreativeMornings

Ces suggestions culturelles pourraient être considérées tabou (ça dépend)

Le thème global de CreativeMornings ce mois-ci est : TABOO. Ça tombe bien, c’est d’actualité. Tous les tabous sont sortis de la poubelle. Vous souvenez-vous des mots poubelles? Ceux qu’ont n’avaient pas le droit de prononcer enfant sous peine de punition ou du regard désapprobateur des grands? C’était en quelque sorte pour nous garder loin des ennuis ou éviter de dire des choses grossières hors contexte. On dirait pourtant que l’intérêt se ravive pour l’odeur des vidanges parce que ça sent très mauvais dans l’air ces temps-ci.

Une chance que l’art n’ait rien perdu de sa pertinence!

Voici donc une courte liste de pièces de théâtre à aller voir, de festivals où aller pavaner sa couronne fleurie et d’albums qui font du bien pour nous amener plus loin que nos idées préconçues…  Loin de l’air vicié virtuelle. Mhhh. Inspire. Expire.

 

Festival d’été de Québec

Catherine Genest, le décrit comme « toujours rassembleur (lire: joyeusement hétéroclite)». Il y aura donc le duo malien Amadou & Mariam, Arkells et les Backstreets Boys, mais aussi Dead Obies, Groenland ET Kendrick Lamar! De tout pour faire un monde comme on dit.

Avertissement: ce festival pourrait exposer la cohabitation, l’échange, la culture, les minorités visibles et quelques chanteurs marginaux.

crédit photo : Kendrick Lamar
crédit photo : Kendrick Lamar

Les manchots

Jérémy Laniel pose la question suivante aux comédiens : Qu’est-ce que vous feriez si vous étiez dans un hôtel au Caire et que subitement, la guerre apparaissait et la révolution se mettait au pied de votre hôtel, avec chars d’assaut et tirs de mitraillettes? Qu’est-ce que vous feriez?

L’idée de cette pièce de Olivier Kemeid fut présentée ainsi au Théâtre de Quat’Sous et aux acteurs. Elle a fait beaucoup de chemin depuis. Vous en aurez un aperçu en lisant ces lignes ou en vous rendant au théâtre en chair et en os pour connaître LA réponse. S’il y en a une.

Avertissement: cette pièce risque de mettre en vedette des comédiens d’origines diverses, certains peu connues du grand public.

Crédit photo : Antoine Bordeleau
Crédit photo : Antoine Bordeleau

Paterson

Je ne l’ai pas encore vu mais j’ai lu beaucoup de bien sur cette dernière offrande de Jim Jarmusch. À voir le teaser, ça semble drôle, doux et bon. En un mot : rafraîchissant. À défaut de trouver une meilleur façon de le dire, ça a l’air real. Un film sur la vie d’un gars ordinaire à qui on a sûrement répété depuis qu’il est tout petit qu’il pouvait accomplir ses rêves mais qui se retrouve à conduire un bus dans une ville du New Jersey. Il continue de rêver et d’écrire des poèmes et croise du vrai monde sur son chemin, toutes origines et toutes tranches d’âge confondues. Quelque chose de différent, ça fait du bien.

Avertissement: Le personnage principal du film n’a pas de téléphone cellulaire bien qu’il ne soit pas contre la technologie.

Crédit photo : Paterson
Crédit photo : Paterson

PONY

Je suis une grosse fan, que dire, groupie de cette marque Montréalaise et de l’artiste qui se cache derrière. Avec humour elle détourne les légendaire citations d’album rap iconique, les figures de hip hop célèbres et autres images de la culture pop. J’ai de bons souvenirs quand je repense aux moments où j’ai ri en regardant passer les mois sur mon calendrier Larmes de thug 2017. J’irai donc faire un tour du côté du Centre Phi pour aller voir sa toute première installation, intitulée No Role Models. Gabrielle-Laïla Titley «explore un genre de retour à une naïveté que l’on ne retrouve que trop peu un coup l’enfance passée» comme le dit si bien Antoine Bordeleau

Avertissement: Certaines oeuvres d’art risquent de vous faire sourire… beaucoup même. Quand l’art ne se prend pas au sérieux, ça peut devenir tabou mais ça, sera pour une autre discussion.

Crédit photo : PONY
Crédit photo : PONY

 

Texte: Jessica Beauplat

Illustration by David Stenmark