Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
Juste pour rire 2019 : nos incontournables
Scène

Juste pour rire 2019 : nos incontournables

Zoom sur cinq spectacles à ne pas manquer dans le cadre du festival Juste pour rire, qui se poursuit jusqu’au 28 juillet.

Carte blanche à Anne-Élisabeth Bossé

Juste pour rire joue d’audace en offrant une carte blanche à Anne-Élisabeth Bossé, comédienne qu’on a surtout vue à la télévision (Les Appendices, Les Simone) mais rarement sur scène. Présente l’an dernier lors du gala des Denis Drolet, l’artiste s’entoure de certains de ses humoristes préférés : Katherine Levac, Dominic Paquet, Alexandre Forest, Guillaume Pineault, Sébastien Dubé (le barbu des Denis), Daniel Tirado et Julien Chidiac.

Le 18 juillet
Salle Wilfrid-Pelletier (Place des Arts)


La ligue d’impro des Pic-Bois

Initialement présenté en 2017 à Zoofest, ce spectacle des Pic-Bois, l’un des duos d’humour les plus inventifs au Québec, a connu un franc succès. Ce pastiche ridicule à souhait d’un match d’improvisation collégial typique avait alors permis à Dom Massi et Maxime Gervais d’explorer des zones humoristiques encore inouïes, tout en assurant à leur public une certaine continuité dans la réactualisation de quelques personnages déjà bien rodés

Le 24 juillet
Théâtre Jean-Duceppe (Place des Arts)


Sèxe Illégal 361°

Leur tournée Légendes à peine terminée, Paul Sèxe et Tony Légal (alter egos de Mathieu Séguin et Philippe Cigna) refont surface avec 361°, un show qui a la prétention d’avoir un degré de plus que celui de U2. En plus d’y revisiter certains de leurs plus grands succès, le duo humoristique et musical y présentera quelques nouvelles compositions et reprises sur une scène centrale, bordée par les spectateurs. De quoi rendre jaloux Bono.

Le 20 juillet
Cinquième Salle (Place des Arts)


Le clone est triste

Après avoir repoussé les frontières du rétrofuturisme avec leurs trois premières productions (Clotaire Rapaille, l’opéra rockÉpopée nord et Les secrets de la vérité), Olivier Morin et Guillaume Tremblay (les deux cofondateurs du Théâtre du futur) se projettent à la fin du XXIe siècle avec Le clone est triste. Présenté au théâtre Aux Écuries l’hiver dernier, ce spectacle dépeint un avenir par si lointain où le clonage est interdit, «d’un coup qu’un boomer aurait l’odieuse idée de se cloner en cachette». On y suit les aventures rocambolesques de Gilles Douillette, «un citoyen hautement banal», qui découvre à la dure qu’il est lui-même un clone…

Les 18, 19 et 20 juillet
Théâtre Jean-Duceppe (Place des Arts)


Daniel Grenier

Ex-Chick’n Swell, Daniel Grenier s’expose comme jamais dans Chansons et anecdotes, un spectacle extérieur aux allures de laboratoire. Fort des nombreux spectacles de son premier one-man-show J’adore, dont les représentations se poursuivent partout au Québec, l’humoriste et auteur-compositeur-interprète dévoilera cette fois «le parcours qui le mène à la création» ou, si vous préférez, l’envers du décor de ses concepts humoristiques les plus farfelus.

Le 24 juillet
Scène Loto-Québec

Toute la programmation du festival

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie