Ne manquez rien avec l’infolettre.
Des artistes se mobilisent pour contrer la crise du coronavirus
Scène

Des artistes se mobilisent pour contrer la crise du coronavirus

Avec plusieurs salles de spectacle au Québec qui fermeront leurs portes pour tout le mois de mars ou jusqu’à nouvel ordre, des artistes et travailleurs culturels commencent à trouver de bonnes idées pour contrer les effets négatifs du coronavirus. 

La pandémie, parce que c’est ce qu’a décrété l’Organisme mondial de la santé, touche à peu près toutes les sphères d’activités économiques. Sauf que pour ceux qui gagnent leur vie comme pigistes, les créateurs et les techniciens de salles par exemple, les conséquences peuvent être assez désastreuses sur le portefeuille. 

// À lire aussi: Comment l’interdiction de rassemblement affectera-t-elle le milieu culturel?

Ce vendredi, l’humoriste Étienne Dano a rapidement pris le taureau par les cornes. En soirée, il organise un spectacle diffusé en direct du Délires et Délices de Chambly depuis sa chaîne YouTube. «Tout le monde est bénévole jusqu’à preuve du contraire. On fait ça à la bonne franquette, […] on ne veut pas demander d’argent à personne, mais s’il y a des gens qui veulent faire des dons, on va verser les profits aux techniciens qui se sont déplacés et qui ont travaillé fort pour essayer de monter tout ça.» 

L’idée d’un pareil show lui est venue, dit-il, peu après que l’annonce du premier ministre Legault ait été émise. «J’avais un spectacle corporatif de prévu à Tremblant, mais la ville a emboîté le pas pour suspendre toute activité de groupe. Le spectacle n’est pas reporté, c’est annulé donc je perds des sous. C’était une conséquence immédiate donc je me suis demandé comment je pourrais essayer de tourner ça en positif.»

Étienne Dano y présentera d’ailleurs un numéro thématique, quoi qu’écrit il y a quelque temps, du matériel inédit inspiré par ses visites à la pharmacie. «Je ne l’ai pas écrit pour le coronavirus, mais je vais parler, sans brûler de punch, des incongruités que j’ai remarquées dans les pharmacies.»

Organisé à la va-vite, ledit événement regroupe plusieurs autres humoristes. Sept d’entre eux ont déjà confirmé leur présence, mais Étienne tient à garder la surprise. Ce sera aussi un happening éphémère. «Le show, on l’efface dès qu’il est fini. Je vais le dire au micro en commençant. La raison pour laquelle je fais ça, c’est parce que je veux créer un moment et, deuxièmement, je ne veux pas que mes collègues qui ont accepté de venir brûlent leurs numéros.»

Le spectacle sera diffusé sur sa chaîne YouTube dès 20h ce soir. Les courageux qui voudront se présenter au 1626 avenue Bourgogne à Chambly seront accueillis par des bouteilles de Purell et des comiques aux mains propres.

Dans le monde de la musique, Frannie Holder (connue pour ses groupes Random Recipe et Dear Criminals) y est allée d’un message de réconfort à l’endroit de ses collègues sur sa page Facebook. 

Jointe par téléphone, elle nous a expliqué la mission du Unison Benevolant Fund (UBF), un organisme somme toute assez méconnu au Québec. «C’est pour toutes les personnes qui oeuvrent dans le domaine de la musique. C’est un fonds qui a été développé pour pallier ou répondre au fait que dans notre milieu, il y a déjà une précarité, mais en plus, il n’y a souvent pas les assurances ou les filets sociaux pour réagir aux crises.»

Le UBF vient surtout en aide aux gens qui souffrent de problèmes de santé mentale et physique. Ils peuvent aussi offrir un support d’urgence aux personnes qui n’arrivent plus à joindre les deux bouts. «Moi, personnellement, j’ai jamais eu recours à leurs services. Oui, j’ai deux mois de tournée qui sont annulée, oui c’est une grande perte de revenus, mais tant et aussi longtemps que je suis capable de payer mon loyer, je ne vais pas les appeler. C’est comme un fonds de bienfaisance pour ceux qui sont dans la merde avant qu’ils angoissent, qu’ils changent de job, paniquent ou se retrouvent dans la rue. C’est un dernier recours, pas le premier.»

Vendredi soir, Marie-Mai a annoncé la tenue d’un «rassemblement virtuel» organisé à l’attention de ses fans. L’événement, un Instagram Live diffusé depuis le compte de la chanteuse, aura lieu ce samedi 14 mars à 20h.


Quelques idées pour aider les artistes pendant la crise du coronavirus

1. Éviter de demander un remboursement de billets (si on peut se le permettre)
Le mouvement est né en Hongrie, ça vient même avec un mot-clic #nevaltsvisszajegyet (ne renvoyez pas vos billets). Le meilleur moyen d’aider les artistes, les techniciens et les autres travailleurs culturels, c’est celui-là. Au Québec, l’initiative citoyenne #Billetsolidaire vient d’être lancée dans le même but. 

Image tirée de Facebook

2. Consommer des séries locales
C’est comme ça que je t’aime, la troisième série de François Létourneau, vient d’être téléversée sur Ici.Tou.TV Extra. C’est super bon. Il y a aussi les webséries Amours d’occasion de Eva Kabuya et Fourchette de Sarah-Maude Beauchesne qui s’écoutent d’un trait.

3. Écouter des podcasts d’ici
On en suggère de très bons dans cet article. 

4. Passer à la librairie
Pour ceux qui n’ont pas encore lu la trilogie 1984 d’Éric Plamondon, c’est le meilleur moment pour le faire, idem pour d’autres classiques québécois en devenir comme La femme qui fuit d’Anaïs Barbeau-Lavalette ou Géolocaliser l’amour de Simon Boulerice. Et même si les bibliothèques sont fermées, le prêt numérique lui, est toujours en vigueur. Très pratique pour lire sans interruption!

5. Regarder des films québécois 
Il y a vraiment des perles à trouver dans le répertoire Éléphant ou sur la plateforme en ligne de l’ONF.

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie